NOUVELLES

Mort d'un des plus importants chefs d'Al-Qaïda au Mali

02/03/2013 04:19 EST | Actualisé 01/05/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

L'un des plus importants chefs d'Al-Qaïda, Mokhtar Belmokhtar, alias « le borgne » a été tué au Mali par les forces tchadiennes.

Belmokhtar est le chef de la brigade des Moulathamine (en français : ceux qui signe avec leur sang). Cette brigade a revendiqué la prise d'otages sanglante du complexe gazier algérien de Tiguentourine, à In Amenas, en janvier dernier. 

Ex-chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, Belmokhtar a créé sa propre unité combattante après être entré en dissidence avec l'organisation djihadiste en octobre 2012.

Il a été tué par l'armée du Tchad au cours d'une opération qui a « complètement détruit une base terroriste », a annoncé à la télévision tchadienne le général Zacharia Gobongue. « Plusieurs terroristes » ont par ailleurs été tués, a ajouté le général.

Les forces tchadiennes disent avoir récupéré dans l'opération une soixante véhicules en bon état et du matériel de guerre, dont du matériel électronique. De plus, « le ratissage se poursuit à la recherche des fugitifs », a déclaré l'état-Major.

La veille, le président du Tchad a déclaré la mort d'un autre chef islamiste algérien, Abdelhamid Abou Zeïd, dans le massif montagneux de l'Adrar des Ifoghas. Zeïd ferait partie de la quarantaine de rebelles tués il y a cinq jours dans ce massif de l'extrême nord-est du Mali, réputé imprenable et où les troupes françaises et leurs alliés tchadiens livrent des combats depuis plusieurs jours.

Qui est Mokhtar Belmokhtar? 

Surnommé « le Borgne » ou « Mister Marlboro », en raison de sa mainmise sur le trafic de cigarettes au Sahel, Belmokhtar est né en 1972, dans l'est de l'Algérie.

Belmokhtar a quitté son pays natal à 17 ans pour l'Arabie saoudite, sous prétexte de participer à un pèlerinage religieux. Il s'est ensuite rendu en Afghanistan, où il a suivi un entraînement militaire. Il a ensuite rejoint la guérilla islamiste qui a combattu les Soviétiques en Afghanistan dans les années 1980.

De retour en Algérie en 1993, Belmokhtar s'est lancé dans le conflit qui ravage son pays d'origine. Il est devenu une figure importante du Groupe islamique armé (GIA) et plus tard du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC).

À partir de 1998, il a loué ses services aux trafiquants de drogue pour escorter leurs convois en provenance de l'Afrique de l'Ouest.

Cofondateurs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Belmokhtar aurait toutefois été évincé par cette organisation en décembre dernier et il en a profité pour fonder la katiba [unité combattante] des Moulathamine.

Il aurait ordonné l'attaque contre le complexe gazier exploité par British Petroleum (BP) et la compagnie nationale algérienne Sonatrach à In Amenas.