NOUVELLES

Les facteurs manifestent pour dénoncer leurs « nuits blanches »

02/03/2013 02:39 EST | Actualisé 02/05/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

Des centaines facteurs et des employés de Postes Canada manifestent en ce moment au centre-ville de Montréal contre l'appauvrissement leurs conditions de travail.

Une réorganisation du travail en vigueur depuis cet été rallonge leurs circuits de livraison et les oblige à faire de nombreuses heures supplémentaires. Munis de lampes frontales, ils ont choisi de sortir dans la rue à l'occasion de la Nuit blanche du festival Montréal en lumière, illustrant ainsi l'augmentation de leurs heures de travail.

Plus d'un an et demi après l'adoption d'une loi pour forcer le retour au travail de 50 000 employés de Postes Canada, les travailleurs se disent épuisés à cause de la restructuration de la société.

« Ce sont des journées de travail interminables. Ces personnes-là, physiquement, sont en train de casser et ne voient plus leurs familles », dit Sylvain Lapointe, directeur national de la région de Montréal du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, en entrevue sur les ondes de RDI.

Le travail des facteurs a été réorganisé en fonction de changements technologiques qui permettent aux machines de faire une partie du travail que les facteurs faisaient auparavant à l'intérieur pour trier le courrier. Cela permet à Postes Canada de réaliser des économies puisque le nombre de portes auxquelles peut être affecté un facteur dans une journée a ainsi pu être accru.

Mais du point de vue des facteurs, cela signifie que le temps passé à l'extérieur se trouve lui aussi, « dramatiquement augmenté », explique Sylvain Lapointe.

« Pour certains facteurs, c'est de monter et de descendre presque à deux reprises l'Empire State Building, quotidiennement, avec une charge sur les épaules. » — Sylvain Lapointe, directeur national de la région de Montréal du Syndicat des travailleurs des postes

Fermetures de comptoirs et travail de nuit

Depuis la restructuration, des comptoirs postaux ont été fermés et les fonctions de certains autres ont été réduites. Au Québec, le syndicat estime que 50 % des comptoirs postaux du Québec ont été fermés et parfois remplacés par des franchises privées qui n'offrent pas les mêmes conditions de travail aux employés.

Par ailleurs, comme il manque de personnel, certains itinéraires des facteurs prennent de 10 heures à 12 heures chaque jour, expose le Syndicat des travailleurs des postes.

Les facteurs souhaitent l'implantation de nouvelles méthodes et ils déplorent aussi le travail de nuit, puisque la restructuration, disent-ils, a aboli des postes de jours pour les remplacer par des postes de nuit.

En septembre dernier, Postes Canada évaluait que sa restructuration lui permettrait d'économiser 250 millions de dollars par année au cours des cinq prochaines années.

Les employés s'opposent depuis près de deux ans aux nouvelles méthodes de travail. À l'été 2011, ils avaient lancé une grève tournante à travers le pays pour contester les effets de la restructuration.