DIVERTISSEMENT

Orange mécanique: Maxime Le Flaguais satisfait des critiques

01/03/2013 12:37 EST | Actualisé 01/05/2013 05:12 EDT
Courtoisie

Les critiques ont été mitigées envers le spectacle Orange mécanique, adaptation québécoise du classique littéraire d’Anthony Burgess et du légendaire long-métrage de Stanley Kubrick. Certains ont reproché à la production de la boîte Tandem un manque de subtilité, tandis que d’autres encore ont été choqués par les scènes de sexualité très explicites de la pièce. Ces récriminations n’ont toutefois pas trop ébranlé Maxime Le Flaguais qui, dans la peau du troublé Alexandre DeLarge, porte l’histoire sur ses épaules. Le comédien se dit en effet plutôt satisfait de l’accueil réservé à son travail et celui de ses collègues.

«Moi, les critiques m’ont épargné et j’en suis bien content, a franchement avoué le jeune homme. C’est ce qui est bien au théâtre : tu peux te démarquer même si certains éléments ne plaisent pas à tout le monde. Puisque notre performance est live, on ne peut pas se cacher. La mise en scène a été un peu écorchée, mais c’était la première expérience de Véronique Marcotte au théâtre. Moi, quand j’ai fait ma première pièce comme acteur, je me suis aussi fait taper dessus.»

Lire aussi:

Orange mécanique : frissonnante thérapie (CRITIQUE)

«On savait que ça ne plairait pas à tout le monde, a poursuivi Maxime. Les gens qui s’attendent à voir le film sur scène sont inévitablement déçus, tandis que ceux qui sont ouverts d’esprits sont contents de ce qu’ils voient. Les attentes étaient tellement élevées! De mon côté, j’ai lu plus de bonnes critiques que de mauvaises, et je suis heureux du résultat. C’est un rôle que je ne pouvais pas refuser, et il faut saluer l’audace des créateurs d’avoir monté ce spectacle.»

La troupe d’Orange mécanique vient de terminer un premier périple à Québec et retournera dans la Vieille Capitale les 15 et 16 mars, après un deuxième saut dans la métropole, les 8 et 9 mars. Des arrêts sont aussi prévus à Gatineau et Sherbrooke. Si aucun changement ne survient, l’aventure se conclura à Montréal les 24 et 25 mai. On peut se procurer des billets au www.orangemecanique.ca.

L’Europe l’attend

En ce qui a trait à ses autres projets, Maxime Le Flaguais endossera pour une cinquième année consécutive le sarrau du docteur Éric Lanoue lors de la suite du tournage de Trauma, l’été prochain. Il reprendra aussi son rôle dans la pièce Caligula (Remix), de Marc Beaupré, qui sera bientôt jouée en Corée du Sud. Le scénario d’une coproduction franco-québécoise repose aussi sur sa table de chevet. Enfin, l’artiste continue toujours de lorgner du côté de l’Europe, où une agente travaille à lui dénicher des contrats. Il compte notamment se rendre au Festival D’Avignon de Paris, en juillet, dans le but d’y passer des auditions.

«Je n’ai pas encore obtenu de rôle là-bas, mais à force de persévérer, je vais avoir une opportunité à un moment donné, s’est promis à voix haute Maxime. Je suis content, car j’ai passé de grosses auditions. Puisque je suis Québécois, je croyais que mon agente n’allait me proposer que pour de petits rôles, mais non. Elle a confiance en moi et on m’a pressenti pour des personnages importants. C’est donc normal que je ne les ai pas eus. Ils ont sans doute été attribués à des comédiens de là-bas…»