NOUVELLES

La remise en question de l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu fait réagir

01/03/2013 01:37 EST | Actualisé 30/04/2013 05:12 EDT

La remise en question par un groupe de médecins du projet d'agrandissement de l'Hôtel-Dieu provoque de nombreuses réactions dans le Vieux-Québec.

Dans une lettre envoyée au ministre de la Santé et des Services sociaux Réjean Hébert, une centaine de médecins demandent à Québec de revoir le projet d'agrandissement de l'hôpital. Ils réclament plutôt la construction d'un nouvel établissement de santé. Certains soutiennent que le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus serait un endroit tout désigné pour la construction d'une nouvelle bâtisse.

Le président du conseil de quartier, Alain Samson, se dit surpris de la démarche du groupe de médecins. Il est d'avis que le quartier risque de perdre un projet qui faisait la rare unanimité.

M. Samson fait savoir que l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu est important pour stimuler et revitaliser le secteur et que l'abandon du projet pourrait avoir d'importantes conséquences. « C'est une baisse d'achalandage au niveau des commerces. C'est une offre de résidences qui sera moins comblée. C'est le dynamisme d'un quartier, aussi, qui est remis en cause », déplore M. Samson.

Le son de cloche est le même du côté du président du conseil d'administration des gens d'affaires du Vieux-Québec, Jean-Pierre Du Sault. Ce dernier pensait, jusque-là, que cette affaire était conclue. « On risque de perdre de la vigueur. On serait triste de voir ce projet-là ne pas se faire », note-t-il.

Contrairement à MM. Samson et Du Sault, certains usagers de l'Hôtel-Dieu de Québec estiment de leur côté qu'il ne faut pas fermer la porte à la construction d'un nouvel établissement. « Réparer une vieille bâtisse, ça coûte cher. Il faut que tu payes deux fois puis il faut que tu ragrandisses. C'est au centre-ville tandis que là-bas, il y a des terrains de libres », affirme Gilles Proulx, en parlant du site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

Cet avis est partagé par David Methot, qui déplore l'encombrement au centre-ville de Québec. « Ce n'est pas facile l'accès ici, le stationnement. On connaît la place, on est de Québec, mais ceux qui viennent de loin, ce n'est pas drôle », dit-il.

Le CHU à l'écoute

Malgré les nombreuses réactions suscitées par la remise en question du projet, la direction du centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec a promis, vendredi, d'évaluer la proposition faite par les médecins.

Geneviève Dupuis, directrice adjointe aux communications du CHU, a fait savoir que leur demande sera examinée. « On voit que le ministre est ouvert à la situation », dit-elle.

« On va évaluer, on va analyser la situation, on va prendre le temps de faire des consultations auprès de nos conseils professionnels puis ensuite, on reviendra avec une évaluation », ajoute Mme Dupuis.

Selon le groupe de médecins, le projet d'agrandissement de 850 millions de dollars à l'Hôtel-Dieu de Québec présente trop de contraintes budgétaires, techniques et patrimoniales pour qu'il soit viable.

PLUS:rc