BIEN-ÊTRE

Mamans et dépression: attention au «burn-out» maternel!

12/02/2013 08:46 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT
Alamy

Le premier signe est une fatigue intense, qui s’étire dans le temps. Cette fatigue peut être tant physique qu’émotionnelle. Le burn-out maternel est différent de la dépression post-partum, en ce sens qu’il survient habituellement après la première année de vie, plus tard dans le cheminement parental d’une mère.

Une mère aimante peut en venir à changer du tout au tout, ne trouvant plus de plaisir dans les petits moments du quotidien, trouvant les repas, la routine et les activités pratiquement insurmontables.

Les mères culpabilisent énormément, se disant à la fin de chaque journée que le lendemain ira mieux, qu’elles ne crieront pas sans arrêt, qu’elles ne «craqueront» pas. Mais la réalité étant ce qu’elle est, elles n’arrivent pas à briser le cycle.

Les mères qui souffrent d’épuisement maternel sont souvent assez isolées, elles se sentent seules, non valorisées et pas bien soutenues dans leur rôle de mère.

La première étape vers la guérison est la prise de conscience que cette «mauvaise passe» est peut-être plus sérieuse que ce qu’elles croyaient. Lire sur le sujet et partager son expérience avec d’autres femmes qui vivent la même chose, par exemple dans des communautés en ligne, peut également être très salutaire.

INOLTRE SU HUFFPOST

5 trucs pour éviter le stress