Face au Japon, la France peine à retrouver son titre de capitale mondiale de la gastronomie

Publication: Mis à jour:

Avec 27 restaurants trois étoiles à son compteur, la France ne parvient pas à rattraper le Japon qui en comptabilise 32. L'archipel nippon reste le pays le plus hautement étoilé, malgré l'arrivée d'un nouveau lauréat en France cette année, Arnaud Donckele, pour la Vague d'Or à Saint-Tropez.

La cuisine française, pourtant inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, évolue dans l'ombre du Japon, du moins pour ce qui est des établissements aux trois macarons.

L'Hexagone a vu s'enrichir son palmarès "trois étoiles" de deux adresses en deux ans. En 2012, Emmanuel Renaut et son restaurant Flocons de Sel à Megève a rejoint ce cercle fermé. Arnaud Donckele et la Vague d'Or à Saint-Tropez lui a emboîté le pas dès cette année.

Malgré ces arrivants, la France ne parvient pas à combler l'écart qui s'est creusé avec le Japon ces dernières années. L'archipel compte dans les établissements gastronomiques sélectionnés par les inspecteurs Michelin 100% d'adresses étoilées, mais surtout peut se vanter de posséder 32 adresses trois étoiles, un record mondial.

De la cuisine japonaise même en France

Autre preuve de la montée en puissance du Japon dans le monde de la gastronomie : l'émergence des chefs japonais sur le territoire tricolore. Sur les quelque 600 tables auréolées, 18 sont tenues par des chefs qui ont fait leurs armes dans l'Empire du Soleil levant.

Parmi les nouveaux arrivants en 2013 figure notamment le chef japonais Fumio Kudaka. Dans son restaurant la Table de Breizh Café à Cancale (Ille-et-Vilaine), il a eu l'audace de marier de la cuisine traditionnelle japonaise à celle bretonne. Un pari qui lui a permis de décrocher sa première étoile.