Huffpost Canada Quebec qc

Un policier de la GRC accusé d'agression sur des enfants restera en prison

Publication: Mis à jour:
RCMP
Alamy

OTTAWA - Le policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et sa femme inculpés dans le cadre d'une enquête sur des agressions commises contre des enfants seront de retour en cour la semaine prochaine.

Les deux suspects, dont l'identité ne peut être révélée, ont comparu séparément vendredi et ont été renvoyés en détention. Ils font face à de multiples accusations après avoir été arrêtés plus tôt cette semaine à leur domicile d'Ottawa.

Accompagné de deux agents de la Police d'Ottawa, l'homme est demeuré debout durant la courte audience, épaules voûtées et tête basse, serrant une liasse de papiers entre ses mains. Le tribunal a reconduit l'ordonnance de non-publication et a interdit à l'accusé de communiquer avec plusieurs personnes dont les noms n'ont pas été dévoilés.

L'épouse du policier a comparu vendredi après-midi par vidéoconférence. Sa voix était à peine audible lorsqu'elle a répété son nom pour la cour.

Afin de préserver l'anonymat des présumée victimes, l'identité du couple n'a pas été divulguée.

L'avocat du suspect, Peter Azziz, a dit croire que les victimes étaient sous la responsabilité d'une société d'aide à l'enfance, mais cette information n'a pu être confirmée. Il a refusé de commenter davantage, invoquant l'ordonnance de non-publication.

La Section des agressions sexuelles et de la violence faites aux enfants du Service de police d'Ottawa a accusé l'homme de 41 ans de trois chefs de voies de fait graves, de trois chefs de voies de fait armées, d'un chef d'agression sexuelle grave, d'un chef d'omission de fournir les choses nécessaires à l'existence, et d'un chef de séquestration.

Sa femme, âgée de 34 ans, a pour sa part été inculpée de trois chefs de voies de fait graves, de deux chefs de voies de fait armées, d'un chef d'omission de fournir les choses nécessaires à l'existence, et d'un chef de séquestration.

Une source au sein de la police a révélé que l'enquête avait été ouverte après qu'un enfant de onze ans eut été retrouvé, errant, dans un quartier résidentiel. D'après la source, l'enfant aurait été séquestré dans le sous-sol pendant des mois, menottes aux poignets.

Le policier et son épouse doivent revenir devant le tribunal le 19 février. Il n'a pas été possible de déterminer s'ils comparaîtraient ensemble ou séparément.

L'agent de la GRC est en congé administratif depuis mai 2011. Une source au sein de la police fédérale a cependant précisé que l'homme ne travaillait déjà plus depuis des mois à ce moment-là.

Il a été suspendu avec solde le 13 février dernier et la GRC a indiqué qu'elle avait ouvert une enquête interne afin de vérifier si l'homme avait enfreint le code de conduite du corps policier.