Nourriture et amour ne font qu'un au plan hormonal

Publication: Mis à jour:
CAKE
Alamy

La plupart d'entre nous connaissons une personne qui a disparu un certain temps pour réapparaître en couple avec un tour de taille allégé de 5 kilos – si ce n'est un ami dont la vie amoureuse a, au contraire, résulté en un ventre plus proéminent. Ce qui passe pour un phénomène purement individuel est en réalité un comportement social et psychologique fortement enraciné. La nourriture et l'amour sont inexorablement liés par une série de réactions hormonales complexes qui ont un impact direct sur notre vie émotionnelle et notre besoin quotidien de nourriture.

« L'alimentation pèse de tout son poids dans le développement d'une nouvelle relation amoureuse », affirme Maryanne Fisher, professeure de psychologie à l'Université Saint Mary de Halifax, dont les travaux de recherche portent sur l'évolution des comportements romantiques. « La préparation des repas est un excellent moyen de démontrer son savoir-faire à un partenaire potentiel », ajoute-t-elle. « Une personne aura tendance à acheter des aliments de meilleure qualité et à cuisiner des repas plus savoureux. Il est fascinant de voir à quel point la nourriture joue un rôle important au plan relationnel. »
Si une personne dévoile ses talents de chef ou invite son partenaire au restaurant dans le cadre d'un rituel de séduction, les résultats ont tendance à être bénéfiques. En effet, les partenaires qui tombent amoureux ont tendance à moins manger. Comme le mentionne Mme Fisher dans l'essai qu'elle a publié à ce sujet, les atomes crochus produisent une surabondance d' « hormones de récompense » comme la noradrénaline. Ces hormones procurent une sensation d'énergie, d'euphorie et de vertige, mais peuvent aussi couper l'appétit de nombreux sujets.

Puisque tout ce qui monte redescend, la raréfaction progressive de ces « hormones de l'amour » peut toutefois mener à l'obésité. En 2008, une étude publiée par l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill a révélé que les femmes mariées sont deux fois plus susceptibles de devenir obèses que les femmes célibataires. Cette proportion tombe à 63 pour cent chez les femmes vivant en union libre. Les hommes ne sont pas épargnés, puisqu'ils courent eux aussi un risque deux fois plus grand de devenir obèses s'ils convolent en justes noces. Mince consolation : les hommes vivant en union libre ont tendance à rester aussi sveltes que les hommes célibataires.

Mais attention, les hormones n'expliquent pas tout ! La prise de poids est souvent le résultat d'une contagion sociale. Si l'un des époux a de mauvaises habitudes alimentaires – une tendance à prendre des portions gargantuesques ou un appétit particulier pour la malbouffe, par exemple – ces habitudes risquent d'être transmises à son partenaire. Comme l'expliquait la nutritionniste Joy Bauer sur la chaîne TODAY, les couples n'ont pas d'incitatif à restreindre leur consommation :

Si vous êtes en couple, vous n'avez plus à subir la compétition qui prévaut sur le « marché de la séduction ». Vous n'avez plus aucune raison de rester en bonne forme physique et de soigner votre apparence. En outre, votre mode de vie risque d'être beaucoup plus axé sur la nourriture. Vous allez probablement rester à la maison avec votre conjoint, prendre vos aises à table, et laisser les sorties en ville aux célibataires.

Avez-vous perdu du poids après être tombé amoureux ou amoureuse? Avez-vous pris du poids durant une relation à long terme ou après votre mariage? Dites-le-nous dans la section Commentaires.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Celebrity Couples Who Help Each Other Stay Healthy And Fit
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction