MONTRÉAL - L'auteure et cinéaste Anaïs Barbeau-Lavalette a reçu jeudi le titre d'Artiste pour la paix de l'année 2012.

Cette distinction lui est décernée le jour où elle rentre du Festival de Berlin, où elle a présenté son dernier film, «Inch' Allah».

Selon le collectif Artistes pour la paix (APLP), la réalisatrice est primée en raison de «ses actions de paix internationale». Dans un communiqué, l'organisme indique que le regard «lucide et équilibré» de Mme Barbeau-Lavalette sur les violences dans la Palestine occupée, tant du côté israélien que chez le groupe islamiste Hamas, a séduit le conseil d'administration.

Le collectif indique par ailleurs que la réalisatrice a effectué six séjours en Palestine, en plus d'avoir tourné un documentaire intitulé «Se souvenir des cendres — regards sur Incendies», portant sur le film de Denis Villeneuve, qui se déroule dans la région.

APLP rappelle également les précédents efforts socioculturels de la réalisatrice, particulièrement en lien avec les Autochtones du projet Wapikoni mobile.

Parmi les autres prix décernés par le collectif, le défunt cinéaste-documentariste engagé Magnus Isaacson a reçu un prix Hommage posthume, et un autre prix Hommage a été remis à l'École de la Montagne Rouge, ce groupe d'étudiants en design graphique de l'UQAM qui a donné au «printemps érable» sa signature visuelle particulière.