POLITIQUE

Option nationale veut une place au Sommet sur l'enseignement supérieur

12/02/2013 11:53 EST | Actualisé 12/02/2013 12:01 EST
CP

Le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant, estime que le gouvernement Marois fait preuve de «basse partisanerie» en excluant sa formation du Sommet sur l'enseignement supérieur qui se tiendra les 25 et 26 février prochains à Montréal.

Malgré des discussions avec le cabinet du ministre de l'Enseignement supérieur Pierre Duchesne, le jeune parti souverainiste n'a toujours pas reçu d'invitation à l'événement. «Pour l'instant ce n'est pas confirmé, dit Jean-Martin Aussant. Disons que c'est un euphémisme pour dire que nous ne sommes peut-être pas les bienvenus.»

«Pourtant, le gouvernement semble faire des pieds et des mains pour plaire à l'ASSÉ», lance-t-il. Jean-Martin Aussant rappelle que l'association étudiante représente 70 000 membres, tandis que son parti a récolté plus de 83 000 votes aux élections générales de septembre dernier. Notons que son parti compte toutefois environ 8 000 membres.

Gratuité scolaire

Option nationale continue de prôner la gratuité scolaire, tandis que le gouvernement de Pauline Marois favorise une indexation des frais de scolarité.

La première ministre a d'ailleurs comparé l'indexation à une forme de gel lors du Conseil national du Parti québécois le week-end dernier, puisque celle-ci serait établie en fonction de l'augmentation du coût de la vie. «C'est jouer sur les mots, dit Jean-Martin Aussant. Une indexation est une augmentation à la hauteur du coût de la vie, et rien d'autre.»

Pour le chef d'Option nationale, la gratuité scolaire pourrait être atteinte grâce à diverses mesures, dont un rapport d'impôts unique au Québec. Même sans accéder à la souveraineté, le Québec pourrait se doter d'une telle déclaration unique et envoyer sa part à Ottawa. «Cette seule mesure permettrait d'économiser environ 500 millions$ par année, estime Jean-Martin Aussant. C'est suffisant pour permettre la gratuité scolaire universitaire.»

Autre avenue possible, Option nationale propose de hausser les redevances minières pour financer les cégeps et les universités.

«Quand j'entends les politiciens en place dire qu'on n’a pas les moyens... c'est d'une myopie sans nom, dit Jean-Martin Aussant. C'est un manque d'imagination total.»

Pour le chef d'Option nationale, la gratuité scolaire doit absolument être discutée lors du Sommet. «Le rôle d'un sommet n'est pas seulement de se demander ce qu'on peut faire dans le mois à venir, mais de se questionner sur la direction qu'on veut donner au système universitaire pour le long terme, dit Jean-Martin Aussant. Et à long terme, la gratuité scolaire est clairement une option.»

L'oeil sur le congrès

Par ailleurs, l'équipe d'Option nationale est présentement occupée à préparer le prochain congrès de son parti, qui se tiendra au Palais des congrès de Montréal, les 2 et 3 mars prochain. Option nationale attend environ 800 participants pour l'événement.

L'ex-premier ministre Jacques Parizeau y prononcera un discours sur la souveraineté du Québec. Jacques Parizeau appuie publiquement Option nationale, bien qu'il ne soit pas membre du parti. «Monsieur Parizeau appuie toujours les souverainistes, explique Jean-Martin Aussant. Ce n'est pas une prise de position pour ON ou contre le PQ»

Une petite surprise attend par ailleurs les participants au congrès. La candidate bien connue Catherine Dorion présentera une prestation de «slam», accompagnée au clavier par Jean-Martin Aussant. «C'est une musique que j'ai composée spécialement pour l'occasion», dit le musicien de formation.

INOLTRE SU HUFFPOST

À propos d'Option nationale sur Twitter