NOUVELLES

Employé tué par un manège : la CSST blâme La Ronde

12/02/2013 11:48 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT
Alamy

Une enquête de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) a identifié deux causes pour expliquer la mort tragique d'un employé de La Ronde, à Montréal, l'été dernier, qui a été frappé à la tête par un train du manège Le Vampire.

La CSST signale qu'une assignation de tâches mal comprise a amené le travailleur à se trouver dans la zone de danger du mauvais manège. D'autre part, la CSST ajoute qu'une gestion déficiente des accès aux zones de danger sous les manèges rend inefficaces les moyens de protection et expose le travailleur au danger de happement par un train du manège.

La CSST a donc exigé des changements dans la méthode de travail dans le rapport qu'elle a déposé mardi et a remis un constat d'infraction à l'employeur.

Ainsi, la CSST a exigé de l'employeur qu'il installe des dispositifs de sécurité permettant d'éliminer la possibilité d'ouvrir les portes des zones de danger pendant le fonctionnement du manège, ou qu'il rende les protecteurs conformes à une norme offrant une sécurité équivalente. Elle a également exigé qu'il révise son programme de « cadenassage ».

Le travailleur qui a été victime de l'accident était à l'emploi de Parc Six Flags Montréal; il était plombier.

Le matin de l'accident, le 6 juillet, un confrère a constaté le bris de la pompe de vidange dans la fosse du manège le Vertigo, situé à proximité du Vampire. Il a donc demandé à un superviseur de faire nettoyer la fosse pour que la pompe puisse être changée.

Puisque le travail n'avait pas été complété à la fin de son quart de travail, il a avisé verbalement et par écrit son remplaçant du travail à faire.

Le deuxième plombier est donc entré dans la zone à accès limité du Vampire, vers 13 h, en direction de l'une des fosses. Le train circulait à ce moment sur le rail et à son passage, l'un des sièges a percuté l'arrière de la tête du plombier.

Des opératrices du manège lui ont porté secours, mais peu après, les ambulanciers ont constaté son décès.

La CSST considère que Parc Six Flags Montréal a agi de façon à compromettre la sécurité des travailleurs et lui a remis un constat d'infraction dont l'amende peut varier de 15 420 $ à 61 680 $ pour une première offense, et de 30 840 $ à 154 200 $ en cas de récidive.