Huffpost Canada Quebec qc

Benoît XVI, le pape théologien confronté aux scandales de l'Eglise (VIDÉOS)

Publication: Mis à jour:

DÉMISSION DU PAPE - En annonçant sa démission surprise ce lundi 11 février pour des raisons de santé, Benoît XVI restera quoi qu'il arrive dans les annales de l'Eglise catholique comme l'un des rares souverains pontifes à avoir abdiqué de ses fonctions. Mais passée l'émotion provoquée par ce "coup de tonnerre dans un ciel serein", que restera-t-il des huit années de règne de Joseph Alois Ratzinger, successeur d'un Jean-Paul II au sommet de sa gloire et confronté à une avalanche de polémiques et de scandales?

Très respecté dans les cercles catholiques, même s'il ne retrouvera jamais la ferveur de son prédécesseur, cet éminent professeur de théologie allemand est élu presque sans surprise à la tête du Saint-Siège le 19 avril 2005 à 78 ans après avoir régné près d'un quart de siècle sur la Congrégation pour la doctrine de la foi. En raison de son âge avancé, l'homme apparaît comme un pape de transition, d'autant qu'il connait parfaitement les arcanes du Vatican.

À LIRE: Les réactions à Québec

Mais dès son élection, son passé sous l'Allemagne nazie et son enrôlement (de force) dans les Jeunesses hitlériennes sèment le trouble. Un procès injuste. Né le 16 avril 1927 dans une famille modeste de la très catholique Bavière à Marktl-am-Inn, Joseph Ratzinger, entre en 1939 au petit séminaire quand intervient un décret imposant l'enrôlement dans les Jeunesses hitlériennes. Le pape, qui a dénoncé l'"inhumanité" du régime nazi, a souligné que cet engagement avait eu lieu contre son gré.

Revoyez son portrait au moment de son élection à la tête du Saint-Siège.

Une ligne conservatrice assumée

Gardien d'une tradition millénaire, Benoît XVI assumera tout au long de ses huit années à la tête du Vatican une ligne conservatrice, notamment sur les grandes questions de société qui agitent le monde contemporain. Dans des centaines d'homélies et de discours, il développe le contenu de la foi et appelle le clergé lui-même à la conversion et au retour à l'essentiel du message de Jésus.

S'il refuse toute évolution de l'Eglise sur les questions de moeurs (avortement, euthanasie, famille, homosexualité), il sera le premier à admettre l'utilisation du préservatif, dans des cas très limités, pour éviter la contamination du sida. Un pas que Jean-Paul II ne s'était jamais résolu à franchir.

TRIBUNE: "Encore une démission": le pourquoi du comment, par Sophie Gherardi

Reste que la demande croissante d'une reconnaissance sociétale des droits des couples homosexuels se heurte à un refus catégorique de l'Eglise. "En tant qu'êtres humains (les homosexuels) méritent le respect (..) ils ne doivent pas être rejetés à cause de cela. Le respect de l'être humain est tout à fait fondamental et décisif [...] Mais cela ne signifie pas que l'homosexualité soit juste pour autant. Elle reste quelque chose qui s'oppose à l'essence même de ce que Dieu a voulu à l'origine", écrira-t-il dans son livre-entretien "Lumière du Monde", jugeant "incompatible" homosexualité et prêtrise. Des déclarations qui heurtent les communautés homosexuelles en Europe.

Un règne frappé par le scandale de la pédophilie

Benoît XVI, dont la santé est fragile, aura surtout dû consacrer une importante part de son énergie à mettre fin à la crise la plus profonde de l'Eglise contemporaine: celle des révélations en cascade, dans plusieurs pays d'Europe et d'Amérique du Nord, d'abus sexuels commis sur des enfants par des membres du clergé, scandales aggravés par l'"omerta" de la hiérarchie.

Condamnant durement ces "péchés" et ordonnant la tolérance zéro, Benoît XVI demandera explicitement "pardon" aux victimes en juin 2010.


Pretres pédophiles: excuse du pape Benoit 16 par every-videos

Mais l'affaire est tellement grave qu'une plainte sera déposée en 2011 devant la Cour pénale internationale (CPI) contre Benoît XVI et trois cardinaux par deux organisations américaines de défense de victimes de prêtres pédophiles.

Autre polémique qui secoue le Vatican, en 2012, il est confronté à un scandale de fuites de documents confidentiels, qui verra l'arrestation de son propre majordome, Paolo Gabriele: un symptôme des mécontentements et des divisions dans la Curie.

L'article se poursuit après la galerie photo

Le pape Benoît XVI, de 2005 à 2013
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Un rapport ambiguë avec les religions

Oeuvrant à la réconciliation de la famille catholique, Benoît XVI a entretenu des relations partagées, pour ne pas dire contradictoire avec la foi. S'il a appelé les Européens à ne pas rejeter leurs "racines chrétiennes", travaillé à la "nouvelle évangélisation" en appelant les catholiques "à la lutte", ce souverain pontife a aussi exprimé son respect aux non croyants et multiplié les gestes de respect envers les musulmans et surtout les juifs.

Son voyage en Israël est l'occasion de dénoncer vigoureusement l'antisémitisme et le négationnisme. "Que ces souffrances ne soient jamais niées, discréditées ou oubliées. Puissent les gens de bonne volonté rester vigilants", plaide-t-il dès son arrivée à l'aéroport de Tel-Aviv.

Mais Benoît XVI envoie également des signaux aux franges les plus radicales de la famille catholique. Et il aura tout fait pour ramener les chrétiens intégristes dans le giron de l'Eglise. En janvier 2009, sa décision de lever l'excommunication de quatre évêques intégristes dont l'un, le Britannique Richard Williamson, était un négationniste, soulève un tollé. Et il n'hésite pas à multiplier les appels du pied aux prêtres de la Fraternité Saint Pie X, héritiers de Monseigneur Lefebvre en rupture avec Rome.

Benoît XVI et les intégristes

Ses relations avec l'Islam n'ont d'ailleurs pas toujours été apaisées. En septembre 2006, à Ratisbonne (Allemagne), Benoît XVI affirme que la pensée chrétienne fait plus de place à la "raison" que l’Islam, établissant un lien entre religion musulmane et violence. Tollé général dans le monde musulman où éclatent des manifestations parfois violentes.

Reconnaissant un "malentendu", Benoît XVI se recueillera à Istanbul au côté d'un imam musulman en direction de La Mecque.

Polémique, apaisement. Une séquence saluée mais révélatrice des tâtonnements d'un pape, longtemps écartelé entre son refus de rompre avec la tradition catholique et son aspiration à ancrer l'Eglise dans son époque.

L'archevêque de Lyon Philippe Barbarin, l'un des 118 cardinaux appelés à élire le successeur de Benoît XVI, a estimé ce mardi que succéder à un "géant" ne sera "pas facile". "Il faudra quelqu'un de vraiment solide, qui soit capable d'écouter tout le monde et de tenir dans la bourrasque, dans les contradictions, le conflit", a-t-il estimé au Club de la presse de Lyon. "On n'aura pas de très grands gabarits comme les deux prédécesseurs, mais cela n'a pas d'importance car la fonction (de pape, ndlr) ne doit pas être forcément prise par un géant", a-t-il ajouté.

En apprenant la démission de Benoît XVI lundi, "le premier mot qui m'est venu", a confié le prélat, "c'est celui de la liberté, c'est un homme qui a toujours été très libre dans sa mission". Selon Mgr Barbarin, "c'est un acte de courage, une décision qui n'a pas été prise depuis des siècles, en même temps c'est un bel acte d'humilité et sans doute de sagesse".

Pour lui rendre hommage, le prélat des Gaules a annoncé qu'il organisera le 28 février à 19h, en la cathédrale Saint-Jean à Lyon une messe pour dire au revoir au pape, une heure pile avant sa démission au Vatican.

Partager:

Le père Lombardi a une nouvelle fois balayé les rumeurs sur l'état de santé du pape: il a admis que Benoît XVI portait un pacemaker "depuis un certain temps", déjà avant son accession à la papauté en 2005, mais a minimisé une intervention récente révélée par un journal mardi, qui n'a consisté, selon lui, qu'"à changer les batteries, une opération de routine, qui n'a rien à voir avec sa décision".

"Le motif est celui qu'a avancé le pape, la perception que ses forces diminuent avec l'avancement de l'âge", a martelé le porte-parole, en répétant qu'"il n'y a pas de maladies spécifiques".

Le père Lombardi a confirmé que Benoît XVI avait pris sa décision au retour d'un voyage au Mexique et à Cuba, en mars 2012. Un cercle très restreint de collaborateurs dont son secrétaire Georg Gaenswein en avait été informé, selon les médias italiens.

Partager:

Le Vatican a entamé une période de transition inédite au lendemain de l'annonce-choc de la démission du pape Benoît XVI. "La dernière audience générale aura lieu le 27 février sur la Place Saint-Pierre parce qu'il y aura beaucoup de monde", a annoncé le porte-parole du pape au cours d'une conférence de presse au Vatican.

D'ici là, Benoît XVI maintiendra "tous les engagements programmés" y compris des entretiens cette semaine avec les présidents du Guatemala et de Roumanie, a précisé le père Federico Lombardi.

Le pape réapparaîtra pour la première fois en public ce mercredi, pour l'audience hebdomadaire, puis pour une messe des Cendres qui, à titre exceptionnel, se déroulera à la Basilique Saint-Pierre.

Il redeviendra le cardinal Joseph Ratzinger le 28 février à 19h GMT, "parce que d'habitude, c'est l'heure à laquelle il finit sa journée normale de travail", a expliqué le porte-parole. S'ouvrira alors la période de "siège vacant", pendant laquelle le "patron" du Vatican sera le camerlingue, l'actuel numéro deux et secrétaire d'Etat du Vatican, Tarcisio Bertone.

Un conclave des cardinaux aura lieu dans un délai de 15 à 20 jours pour élire le nouveau chef d'une Eglise forte d'un milliard de fidèles, si possible avant Pâques, le 31 mars. Il s'agit d'une première pour les catholiques depuis un peu plus de 700 ans quand le pape Célestin V avait abdiqué au bout de cinq mois de règne pour retourner à sa vie de moine ermite.

Partager:

Il y a moins de trois mois, le pape Benoît XVI aurait subit une opération du cœur à la clinique Pie XI à Rome pour remplacer son pacemaker, "dans le secret absolu ". C'est le journal italien Il Sole 24 Ore qui rapporte cette information.

"L'opération s'est bien passée", commente l'auteur de l'article, expliquant que le Pape s'est remis progressivement et n'a jamais manqué un seul service du dimanche. "Benoît XVI a fait preuve de sa sérénité habituelle et d'une bonne endurance".

Le pape aurait été opéré par le chirurgien Louis Chiariello, formé aux États-Unis et directeur de l'Université de Rome Tor Vergata. Le spécialiste du cœur a surveillé le rythme cardiaque du pape pendant plus de 10 ans après avoir mis en place son premier pacemaker.

Le chirurgien "n'a pas voulu confirmer la nouvelle" explique le journal italien. "Il s'est retranché dans son silence". Selon Il sole 24 Ore avant et après l'intervention chirurgicale, le pape n'est jamais apparu particulièrement fatigué. Le dimanche qui a suivi l'opération, il a souri aux croyants rassemblés "de plus profond de son cœur".

Partager:


Qui pour succéder à Benoit XVI ? par LeHuffPost

La "blague" de Hollande sur le pape ne fait pas rire Guéant. Voir l'intervention de Guéant sur Hollande à partir de 24'39 dans la vidéo ci-dessous :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Partager:

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a souligné lundi "l'engagement profond" du pape Benoît XVI, qui a annoncé sa démission à partir du 28 février, "en faveur du dialogue entre religions" et de la paix.

Selon son porte-parole Martin Nesirky, Ban Ki-Moon "apprécie l'engagement profond du pape Benoît XVI en faveur du dialogue entre religions et sa volonté de relever les défis mondiaux que constituent la réduction de la pauvreté, la lutte contre la faim et la promotion des droits de l'homme et de la paix".

Ban Ki-Moon espère que "la sagesse qu'il a démontrée pendant son pontificat sera un héritage sur lequel bâtir davantage encore de dialogue et tolérance".

Partager:

Jean-François Copé, président de l'UMP, a affirmé que l'annonce par le pape Benoît XVI de sa prochaine démission était "une décision courageuse", lundi lors du "Club de LCI".

"C'est une démission courageuse. Il (Benoît XVI) en a donné par avance l'explication. Je veux le saluer et lui dire tout mon respect", a affirmé Jean-François Copé.

Mais "le responsable laïc que je suis ne peut pas commenter plus avant", a-t-il également dit, ajoutant qu'il avait "une pensée pour la communauté catholique. C'est un moment important pour elle", a-t-il dit.

Partager:

L'archevêque de Bordeaux, Mgr Jean-Pierre Ricard, l'un des cardinaux électeurs appelés à désigner le futur pape, a estimé lundi qu'"on évitera de prendre parmi les plus âgés", car "ce que Benoît XVI a manifesté, c'est que c'est une charge très lourde".

Mgr Ricard, 68 ans, créé cardinal en 2006 par Benoît XVI, a indiqué lors d'une conférence de presse avoir été "surpris par la rapidité de (la) décision" du pape, même si lors de ses rencontres récentes avec lui, il avait remarqué que le souverain pontife avait "le poids de l'âge".

"Cela a dû jouer dans sa prise de conscience, qu'il n'avait plus les forces nécessaires pour faire face à toutes les obligations particulièrement lourdes qui sont les siennes", a-t-il indiqué.

"Il a ouvert la voie pour dire que quand les forces baissent c'est le moment aussi de passer la main. On ne pourra pas l'oublier", a ajouté Mgr Ricard, ancien président de la Conférence des évêques de France.

"Il savait que c'était une décision difficile à prendre qui l'engageait et engageait aussi ses successeurs", mais "sa décision reflète bien sa double approche, croyante et rationnelle", a ajouté Mgr Ricard. Pour lui, Benoît XVI "n'est pas un homme de pouvoir" mais "un homme de conviction".

Mgr Ricard, qui participera au conclave, a estimé qu'"aujourd'hui on a besoin d'un pape avec un charisme spirituel, qui a une grande capacité de réflexion, des relations et une connaissance de la situation internationale".

"Il faut que ce soit un intellectuel. Après Benoît XVI on ne peut se passer d'un homme qui a une réflexion sur la foi", a-t-il ajouté, en réponse à une question sur le profil idéal du futur pape. Selon lui, "au moins une vingtaine" de cardinaux "répondent à ces critères".

"Ce ne sera pas forcément un Européen, cela peut-être un Sud-américain, un Philippin, un Africain", a-t-il avancé.

Partager:

Les catholiques traditionalistes de la Fraternité Saint-Pie X expriment leur "gratitude pour la force et la constance" dont a fait preuve Benoît XVI à leur égard, selon un communiqué diffusé lundi soir. Le pape n'a eu de cesse de réintégrer dans le giron de l'Eglise catholique les fidèles de Mgr Marcel Lefebvre, qui n'ont jamais accepté les conclusions du Concile Vatican II (1962-1965), jusqu'à conduire à leur excommunication en 1988.

Partager:

L'épouse de l'ancien président de la République, Bernadette Chirac, estime "souhaitable" que le nouveau pape qui succédera à Benoît XVI, démissionnaire, soit originaire "d'Afrique noire ou d'Amérique du Sud".

"Personnellement il me semble et il serait souhaitable que ce soit un pape d'Afrique Noire ou d'Amérique du Sud", a dit sur RTL la conseillère générale de la Corrèze après l'annonce lundi de la démission du pape Benoît XVI fin février.

"Ce n'est pas que les Européens ne veulent plus d'un pape européen ou un pape italien, c'est qu'il me semble que la foi est particulièrement forte dans certaines régions de ce monde et que par conséquent le nouveau pape donnera sûrement un nouvel élan à l'Eglise", a argumenté cette croyante revendiquée.

Partager:

La démission du pape Benoît XVI "n'est pas tout à fait une surprise" car le souverain pontife avait donné ces derniers temps plusieurs signes laissant envisager cette décision, a estimé lundi l'archevêque de Lille sur la radio RCF.

"D'une certaine façon, ce n'est pas tout à fait une surprise", étant donné notamment la réponse du pape à un journaliste lui demandant s'il avait déjà songé à démissionner, dans un livre d'entretiens paru à la fin 2010, a rappelé Mgr Laurent Ulrich.

Benoît XVI répondait en substance que lorsqu'"on s'aperçoit qu'on n'a plus la possibilité, notamment physique et spirituelle, de faire face à la responsabilité, alors on doit (démissionner)", a expliqué l'archevêque.

Cette décision est "une reconnaissance extrêmement lucide qui était préparée, d'une certaine façon. Il n'avait jamais fait mystère de cette intention et de cette possibilité. On n'est pas du tout dans la même atmosphère qu'avec Jean Paul II, qui avait jugé autrement", a souligné le responsable catholique.

"Le fait qu'il ait nommé six cardinaux très récemment, à l'automne dernier, était un élément supplémentaire pour imaginer que cela pouvait arriver", a aussi analysé Mgr Ulrich.

Autre signe, selon Mgr Ulrich, la manière dont le pape avait tourné son invitation pour les Journées mondiales de la jeunesse 2013 au Brésil, à la fin des JMJ de Madrid en 2011.

"Il n'avait pas donné rendez-vous lui-même à Rio. Il avait invité à aller à Rio, et il s'était bien gardé de dire s'il y serait lui-même ou pas. C'était l'une des petites notes qui m'avait fait penser personnellement que cette démission était possible", a-t-il expliqué.

Pour l'archevêque de Lille, la démission du pape est "un acte de courage". "Il est courageux d'indiquer qu'une autre voie est possible pour la conduite de l'Eglise. On est pas obligé d'attendre la diminution et la flamme qui s'éteint pour passer à un pontificat suivant", a-t-il estimé.

Partager:

Le président des Etats-Unis Barack Obama offre ses "remerciements" et ses "prières" au pape Benoît XVI qui a annoncé lundi renoncer à son pontificat, a indiqué la Maison Blanche.

"De la part des Américains partout dans le monde, Michelle (son épouse, NDLR) et moi-même souhaitons offrir nos remerciements et nos prières à Sa Sainteté le pape Benoît XVI", a déclaré Barack Obama dans un communiqué, en évoquant le "rôle crucial" que joue l'église catholique aux Etats-Unis et dans le monde.

Partager:

Benoît XVI avait décidé secrètement après son voyage au Mexique et à Cuba, en mars dernier, de présenter sa démission, a révélé lundi le directeur de l'Osservatore Romano, dans un éditorial.

"La décision a été prise il y a de nombreux mois, après le voyage au Mexique et à Cuba, dans un secret que personne n'a pu enfreindre", a écrit l'historien Giovanni Maria Vian qui est bien introduit dans l'entourage direct du souverain pontife.

Le pape Benoît XVI a créé lundi la stupeur, y compris des cardinaux, en annonçant sa démission le 28 février, une première dans l'histoire de l'Eglise moderne, au motif qu'il n'a "plus les forces" pour la diriger en raison de son "âge avancé", 85 ans.

Un conclave sera organisé dans les 15-20 jours suivant la démission, a indiqué son porte-parole. Apparemment, le pape avait pris sa décision de manière très secrète, informant seulement quelques proches.

Partager:

Le pape Benoît XVI "a encore deux semaines" pour agir contre la pédophilie, a affirmé lundi une association américaine de victimes de prêtres pédophiles qui lui suggère la mise à pied d'évêques ayant couvert les faits.

"Aussi fatigué et faible que le pape Benoît XVI soit, il a encore deux semaines pour se servir de son immense pouvoir pour protéger les plus jeunes", affirme un communiqué du SNAP, une association de victimes de prêtres pédophiles.

"Imaginons l'onde de choc et l'espoir suscités si, dans ses derniers jours, le souverain pontife rétrogradait, punissait ou défroquait même une poignée d'évêques qui ont caché les actes pédophiles", ajoute le communiqué.

Pour le Snap, le pape "a suivi le même script que les responsables de l'église ont utilisé pendant des années, parlant d'abus en termes indirects et seulement quand c'était obligatoire, ignorant les dissimulations, utilisant le passé composé (comme pour faire croire que les abus n'ont plus lieu aujourd'hui)".

Benoît XVI "a parlé de ce drame plus ouvertement que son prédécesseur mais cela seul n'est pas une prouesse. (...) Mais quand il a fallu agir, le pape Benoît XVI a fait bien peu pour dévoiler les prédateurs, punir les auteurs et protéger les enfants", ajoute le Snap qui conclut que le bilan du pape est "terriblement décevant".

L'Eglise catholique américaine a été confrontée ces dernières années à de nombreux scandales de prêtres pédophiles. L'archevêque de Los Angeles Jose Gomez a notamment rendu public en début de mois les dossiers de cas de pédophilie présumée concernant une centaine d'hommes d'Eglise.

Partager:

Partager:

Le Vatican a précisé lundi que la démission de Benoît XVI n'est pas due à une dégradation de son état de santé.

Le pape a pourtant déclaré, dans son annonce: "je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien".

Partager:

Les journées mondiales de la jeunesse catholique (JMJ) prévues à Rio de Janeiro du 23 au 28 juillet 2013 sont maintenues malgré la démission du pape Benoît XVI, a annoncé lundi l'archidiocèse de la ville.

"Les JMJ sont maintenues. La démission du pape ne change rien", a déclaré à l'AFP Adionel da Cunha, attaché de presse de l'archidiocèse de Rio. Quelque deux millions de jeunes sont attendus dans le cadre de ces JMJ, selon les organisateurs, et 60.000 volontaires doivent être recrutés pour les encadrer.

Partager:

Benoît XVI "a approfondi le sillon de confiance et de fraternité" entre juifs et catholiques, a salué le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), témoignant lundi de sa "grande émotion" et de son "très grand respect" après l'annonce de la démission du pape.

"Mû par sa ferveur chrétienne, mais aussi par son exceptionnelle connaissance des textes, Benoit XVI a approfondi encore le sillon de confiance et de fraternité tracé par ses prédécesseurs à la suite du concile de Vatican II, qui a provoqué une transformation complète des relations entre juifs et catholiques", déclare son président, Richard Prasquier, dans un communiqué.

"Ce sillon est désormais d'une profondeur irréversible", ajoute-t-il. "Nous souhaitons à Benoît XVI paix et sérénité au cours de sa retraite et nous lui adressons nos sentiments de très respectueuse amitié", conclut-il.

Partager:

Voici la liste des dix papes ayant précédé Benoît XVI et la durée de leur pontificat. A part Jean-Paul II, tous les autres papes sont italiens.

  • Jean-Paul II (Karol Jozef Wojtyla, octobre 1978/avril 2005): 26 ans. Premier pape non italien depuis Adrien VI (XVIe siècle) et seul pape polonais. Un des pontificats les plus longs.
  • Jean-Paul Ier (Albino Luciani, août 1978/septembre 1978): mort subitement 33 jours après son élection.
  • Paul VI (Giovanni Battista Montini, juin 1963/août 1978): 15 ans. A nommé cardinaux ses trois successeurs.
  • Jean XXIII (Angelo Giuseppe Roncalli, octobre 1958/juin 1963): 5 ans. A convoqué le concile Vatican II.
  • Pie XII (Eugenio Pacelli, mars 1939/octobre 1958): 19 ans. Pape pendant la seconde guerre mondiale, confronté au nazisme et à la question juive.
  • Pie XI (Achille Ratti, février 1922/février 1939): 17 ans. Confronté à la montée du communisme et du fascisme en Europe.
  • Benoît XV (Giacomo della Chiesa, septembre 1914/janvier 1922): 8 ans. Mena une intense activité diplomatique pendant la "grande guerre".
  • Pie X (Giuseppe Melchiorre Sarto, août 1903/août 1914): 11 ans. Premier pape depuis le XVIe siècle à être canonisé.
  • Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, février 1878/juillet 1903): 25 ans. Pape politique, défenseur de la doctrine sociale de l'Eglise.
  • Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, juin 1846/février 1878): 31 ans, le plus long pontificat de l'histoire de la papauté.

Partager:

L'Union départementale CFTC Paris a salué lundi le Pape Benoît XVI pour avoir su, "dans la continuité de son prédécesseur, mettre en avant la doctrine sociale de l’Église".

Le pontificat de Benoît XVI "restera notamment marqué par la publication du compendium de la doctrine sociale de l’Eglise", une "remarquable somme qui affirme la prédominance absolue de la personne humaine et de la valeur travail sur toute considération" économique ou financière, affirme dans un communiqué Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC et président de la CFTC Paris.

La centrale chrétienne "n’oublie pas le soutien du souverain pontife au respect de l'équilibre vie familiale, vie personnelle et vie professionnelle", soutien "matérialisé par la défense du repos dominical", ajoute Joseph Thouvenel qui "remercie celui qui a appelé à une nouvelle synthèse humaniste, car l’activité économique ne peut résoudre tous les problèmes par la simple extension de la logique marchande".

"Nous faisons nôtre la conclusion de l’Encyclique sociale 'Caritas in Veritate' qui après avoir condamné les excès du capitalisme financier appelle à avoir 'la force, l’espérance et la joie nécessaire pour continuer à nous dévouer généreusement à la réalisation du développement de tout l’homme et de tous les hommes'", conclut Joseph Thouvenel.

Partager:

Le frère du pape, Georg Ratzinger, a déclaré lundi à l'AFP qu'il savait "depuis quelques mois" que Benoît XVI envisageait de renoncer à son pontificat en raison de son âge avancé.

"Je sais depuis quelques mois que ceci (la démission) était envisagé", a dit le frère du pape, joint par téléphone à son domicile de Ratisbonne, dans le sud de l'Allemagne. "Il va rester à Rome", a-t-il ajouté.

Partager:

Le chef de l'Eglise catholique française, Mgr André Vingt-Trois, a salué lundi la "décision lucide" et l'"acte particulièrement courageux" de Benoît XVI qui a renoncé à son poste, ce qui est "un événement considérable" selon l'archevêque de Paris.

Si le pape reste "quelqu'un en pleine capacité intellectuelle", "nous avons pu constater que son endurance physique était très éprouvée", a ajouté le prélat, évoquant notamment sa "capacité de locomotion".

A la question de savoir si le prochain pape pouvait être français, Mgr Vingt-Trois a répondu: "Cela pourrait arriver, mais je ne vois pas très bien comment".

Interrogé sur sa possible candidature, il a répondu qu'elle n'était "pas à l'ordre du jour". "Vous savez qu'il y a des intuitions, des inspirations qui permettent de sentir les choses", a-t-il ajouté avec humour.

Le président de la Conférence des évêques de France a énuméré les qualités indispensables à ses yeux pour être pape: "Qu'il soit humble, qu'il ne se prenne pas pour le Bon Dieu, qu'il ait suffisamment d'ouverture d'esprit pour comprendre ou au moins essayer d'entrer dans des cultures différentes."

"Celui qui a un poste de portée universelle, même s'il ne parle pas toutes les langues, doit avoir l'esprit assez ouvert pour se propulser dans ce maquis", a-t-il dit. "Il faut quand même qu'il soit malin" et qu'il ne soit "pas seulement une devanture", a-t-il encore dit.

"Le critère d'âge n'est pas un critère déterminant", a ajouté le prélat, citant Jean XXIII, élu pape à 77 ans avant de profondément réformer l'Eglise catholique en convoquant Vatican II.

Mais le critère de la nationalité "n'est pas le principal" non plus, a-t-il ajouté. "Ce qui me paraît le plus important, c'est la capacité d'écoute (...), de développer une communion entre membres de l'Eglise", a-t-il dit.

Interrogé sur l'hypothèse d'un pape africain, Mgr Vingt-Trois a répondu: "Le fait d'être Africain, en soi ce n'est pas une qualification essentielle. Ce qui est une qualification essentielle, c'est la qualité de la personne et la capacité à assurer la fonction."

"Il y a des Africains qui ont certains profils, il y a des filières de formation différentes et des périodes d'étude différentes", a dit le prélat. "Même si on avait un pape africain, je ne crois pas qu'il irait danser en pagne sur la place Navone", a-t-il encore dit.

Partager:

Partager:

Ed Husain, membre du Council on Foreign Relations, un des think tank les plus influents sur les questions de relations internationales aux États-unis, a publié un tweet qui surprend ses abonnés :

"Un spécialiste du Vatican me dit que le pape a démissionné à cause de doutes sur Dieu. Des rumeurs de coulisses."

Partager:

La chancelière a exprimé son "plus grand respect" pour la décision du pape -d'origine allemande- de démissionner.

"Si le pape lui-même, après mure réflexion, en est venu à la conclusion que ses forces ne sont plus suffisantes pour exercer sa fonction, cela suscite mon plus grand respect", a dit Angela Merkel lors d'un point presse à la chancellerie, estimant que Benoît XVI "est et reste l'un des plus grands penseurs religieux de notre époque".

Partager:

Le pape Benoît XVI a amélioré les relations entre le christianisme et le judaïsme, contribuant à "une diminution des actes antisémites dans le monde", a déclaré le Grand rabbin ashkénaze d'Israël, Yona Metzger.

"Sous son autorité, les relations entre le Grand rabbinat et l'Eglise, le judaïsme et le christianisme, sont devenues beaucoup plus étroites, ce qui a conduit à une diminution des actes antisémites dans le monde", a déclaré un porte-parole du Grand rabbin, citant celui-ci, en réaction à l'annonce de la démission de Benoît XVI.

Partager:

"C'est une décision historique dans l'histoire de l'Eglise et nous respectons profondément la démarche d'un homme très estimable", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, également responsable des cultes en France, après l'annonce du renoncement au trône de Saint-Pierre du pape Benoît XVI.

Partager:

Le pape Benoît XVI "manquera comme chef spirituel à des millions de gens", a réagi le Premier ministre britannique.

Adressant ses "meilleurs voeux" au souverain pontife, David Cameron a souligné que Benoît XVI avait "travaillé sans relâche à renforcer les relations de la Grande-Bretagne avec le Saint-Siège".

De son côté, le chef spirituel des anglicans a déclaré avoir le "cœur lourd", mais "comprend" cette démission. "C'est avec le cœur lourd mais avec une compréhension totale que nous avons appris ce matin la décision du pape Benoît XVI de renoncer à sa charge d'évêque de Rome, qu'il a remplie avec une grande dignité, clairvoyance et courage", a déclaré le responsable religieux, ajoutant qu'il parlait au nom des "anglicans du monde entier".

Partager:

La démission annoncée lundi du pape Benoît XVI a été "une grande surprise" pour l'épiscopat de Pologne, a indiqué son secrétaire, Mgr Wojciech Polak.

"Le pape Benoît XVI avait réfléchi à plusieurs reprises sur la question de savoir si, à cause de son grand âge, il avait encore assez de forces pour assumer correctement sa fonction du successeur de Saint Pierre", a-t-il déclaré.

Pour le père Adam Boniecki, proche ami du pape polonais Jean Paul II, par sa décision, "Benoît XVI a montré comment, dans la grande foi, résoudre le problème du service, de la vieillesse et de la faiblesse".

"Benoît XVI a été témoin des derniers instants du pontificat de Jean Paul II. Je pense qu'il ne voulait pas refaire ces derniers mois dramatiques quand le pape restait à son poste mais était pratiquement incapable de remplir cette fonction", a déclaré le père Boniecki sur Facebook.

Partager:

Un Africain, un Italien ou peut-être même un Canadien: les bookmakers parient déjà sur le nom du successeur de Benoît XVI.

Selon l'agence de presse italienne de jeux et de paris Agipro News, les bookmakers britanniques misent sur un affrontement entre Italie et Afrique, donnés respectivement à 2,75 et 3,00 par l'agence Paddy Power.

Un tête-à-tête confirmé par la liste de noms qui circule: le cardinal nigérian Francis Arinze mène le jeu à 2,90, suivi du Ghanéen Peter Turkson à 3,25 et du Canadien Marc Ouellet (6,00). Le premier Italien est l'archevêque Angelo Scola (8,00), suivi du cardinal secrétaire d'Etat Tarcisio Berlone (actuel numéro deux du Vatican).

Les bookmakers ont également lancé des paris sur le nom du prochain pape: Pierre (5,00), Pie (6,00), Jean Paul (7,00) ou un nouveau Benoît (9,00).

Partager:

À VOIR AUSSI

Les chapeaux du pape
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Démission du pape - Wikipédia

Pape - Wikipédia

Journal du Vatican / Démission du pape. La théorie et la pratique

EN DIRECT - Le pape démissionne

La première démission d'un pape avait eu lieu en... 1294

Démission du pape. Une décision « éminemment respectable ...

Le pape annonce sa démission et dit n'avoir plus "les forces" de ...

Le pape va démissionner annonce le porte-parole du Vatican.

Démission du pape: «Une énorme surprise»

Pourquoi le Pape démisionne-t-il ? Posez-nous vos questions