POLITIQUE

L'ACDI finance un groupe anti-gai en Ouganda, où les gais sont persécutés

10/02/2013 01:37 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT
AP
Minister of Foreign Affairs John Baird responds to a question during Question Period in the House of Commons on Parliament Hill in Ottawa, Ontario, on Monday, May 14, 2012. (AP Photo/The Canadian Press, Sean Kilpatrick)

OTTAWA - Le ministre des Affaires étrangères John Baird fait la leçon à l'Ouganda parce qu'il songe à imposer la peine de mort aux homosexuels, mais cela n'empêche pas le gouvernement canadien d'y financer en parallèle un organisme évangéliste opposé à l'homosexualité.

Ottawa subventionne à hauteur de plus d’un demi-million de dollars un groupe chrétien décrivant l'homosexualité comme un «péché» et une «perversion» sur son site web. Or, ce même organisme fournit de l'aide humanitaire en Ouganda, où les parlementaires étudient un projet de loi qui, dans sa forme d’origine, impose la peine de mort aux homosexuels.

Crossroads Christian Communications, un groupe évangéliste ontarien produisant des émissions de télévision chrétiennes, reçoit actuellement 544 813 $ de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) pour creuser des puits, construire des latrines et faire de la sensibilisation à l'hygiène en Ouganda, un projet qui prendra fin en 2014.

Mais les prises de position affichées sur le site Internet de Crossroads provoquent des haussements de sourcils.

Jusqu'à mardi, on pouvait y lire une liste de «péchés sexuels» comprenant une catégorie définie par Crossroads comme de la «perversion»: «Se détourner de l'usage véritable et/ou convenable des rapports sexuels, en faire un mauvais emploi ou en abuser, tel que dans la pédophilie, l'homosexualité et le lesbianisme, le sadisme, le masochisme, le travestissement et la bestialité.»

Plus bas dans la page, on invitait le «pécheur» à se «repentir». «Dieu se préoccupe trop de vous (et de tous ses enfants) pour qu'il laisse aller cet abus spirituel sans le punir», écrivait-on, en l'invitant à contacter l'organisme pour obtenir de l'aide.

Quelques heures après que La Presse Canadienne eût joint une porte-parole de Crossroads pour lui demander des précisions sur cette section, la page en question a cessé d'être accessible aux internautes.

Mis au courant de la situation mercredi, le ministre responsable de l'ACDI, Julian Fantino, ainsi qu'une porte-parole de l'agence, ont maintenu que le gouvernement accorde les fonds aux organismes au «mérite». Mais dimanche, une fois l'histoire rendue publique, le ministre Fantino a ajouté sur Twitter: «Bien que le contenu original (du site web) ne soit plus là, j'ai demandé qu'on réexamine l'organisme avant que d'autres paiements soient faits».

La subvention de l'ACDI à un organisme s'opposant à l'homosexualité et oeuvrant en Ouganda détonne avec les récentes déclarations enflammées du ministre John Baird.

En octobre dernier, devant l'assemblée de l'Union interparlementaire à Québec, M. Baird avait dénoncé le sort réservé aux gais dans ce pays d'Afrique subsaharienne, en évoquant la mort violente d'un de ses militants homosexuels, assassiné à coups de marteau. Il avait conclu son discours ainsi: «Nous parlerons haut et fort des questions qui sont importantes pour les Canadiens - que ce soit le rôle des femmes dans le monde ou la persécution des gais (...). Le Canada parlera haut et fort.»

Sa sortie avait provoqué la colère de la chef de la délégation ougandaise, Rebecca Kadaga, qui lui a alors reproché son «arrogance» et son «ignorance», allant jusqu'à lui réclamer des excuses.

Évangélisation

Chez Crossroads, on signale que les positions de l'organisme sur l'homosexualité s'inspirent de ses croyances religieuses. «Les vues de Crossroads sur la sexualité sont fondées sur notre foi chrétienne et nos valeurs», écrit la porte-parole Carolyn Innis par courriel en réponse aux questions de La Presse Canadienne.

Elle assure que les projets financés par l'ACDI n'incluent pas d'évangélisation et sont axés sur des objectifs précis.

Dans la section «Qui nous sommes» du site du groupe, on peut toutefois lire ce passage: «Notre motivation: communiquer une expression visible de l'amour de Dieu et contribuer à changer des vies autour du monde».

Pour ce qui est du débat sur l’homosexualité qui secoue l’Ouganda, en ce moment, Mme Innis affirme que son organisme n’y participe aucunement. «Il n'est pas dans la pratique de Crossroads d'influencer les dossiers de politiques publiques dans les pays où nous complétons des projets d'aide ou de développement», écrit-elle.

Steve Foster, président du Conseil québécois LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres), croit que le gouvernement fédéral devrait tout simplement cesser d'octroyer des fonds publics à ce type d'organisme.

«C'est inadmissible que le gouvernement accepte ce genre d'organismes-là comme des organismes de coopération internationale», déplore-t-il.

«L'argent des contribuables ne peut pas servir à financer des groupes religieux à l'international, qui en plus contribuent à l'implantation de politiques discriminatoires voire inhumaines et dangereuses», tranche-t-il. M. Foster s'inquiète également de ce qu'il qualifie de «dérive dangereuse» du gouvernement conservateur en faveur des groupes religieux dans le financement de l'aide internationale.

Il n'est d'ailleurs pas le seul. Une étude menée par l'Observatoire canadien sur les crises humanitaires conclut qu'entre 2005 et 2010, l'enveloppe accordée aux ONG religieuses a gonflé de 42 pour cent. Celle des ONG laïques n'a cru que de cinq pour cent pour la même période.

«On considère l’efficacité de ces projets. (On) ne considère pas la religion des groupes qui prônent ces projets», avait répondu Stephen Harper, lors d’un point de presse à Montréal, le 15 janvier dernier, lorsqu’on l’avait enjoint d’expliquer ces chiffres.

Pour ce qui est de Crossroads et ses opinions sur l’homosexualité, le porte-parole du ministre Baird s’en distance: «Notre gouvernement n’endosse pas ces opinions», écrit Rick Roth dans un courriel.

«L’opinion du Canada est claire — nous avons été fortement opposés à la criminalisation de l’homosexualité», ajoute-t-il.

Le 5 février dernier, le Parlement ougandais plaçait le projet de loi condamnant l’homosexualité à nouveau au feuilleton. Il était au huitième rang des projets à l’étude. Bien que le député David Bahati qui l’a déposé a parlé de remplacer les peines de mort par des peines de prison, dont la prison à vie, on ignore quelle forme prendra la version finale du projet de loi et quand le Parlement l’adoptera.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des députés à Ottawa contre l'avortement