BIEN-ÊTRE

France Télévisions étoffe à son tour son dispositif second écran

07/02/2013 05:52 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

France Télévisions, qui met en place un dispositif spécial pour la 28e édition des Victoires de la musique vendredi au Zénith de Paris, étoffe à son tour son offre de second écran, qui consiste à utiliser un smartphone ou tablette en regardant la TV.

"Les programmes musicaux font beaucoup réagir les téléspectateurs. Nous avons décidé de mettre en place un dispositif spécial pour les Victoires de la musique accessible depuis l'adresse victoires.france2.fr", a annoncé à l'AFP Laurent Frisch, directeur de France Télévisions éditions numériques.

"Trois flux de tweets, l'un autour du hashtag #victoires2013, l'autre sur les messages les plus populaires et le dernier sur ceux des artistes nominés, seront regroupés sur cette plateforme qui donnera également accès à un fil de tweets appelé +un oeil sur les coulisses+", a-t-il ajouté, précisant que cette interface était destinée à "tout type d'écrans (ordinateur, smartphones, tablette, ndlr)".

Les téléspectateurs pourront aussi interagir en direct, à travers des tweets sélectionnés qui seront diffusés à l'antenne.

Enfin, le module "Livebuzzeur" agira comme un "applaudimètre" durant l'émission, selon Laurent Frisch, car "plus le public va partager sur les réseaux sociaux, plus le compteur va monter".

"C'est la première fois qu'on a un dispositif aussi complet. La boucle est bouclée avec les télénautes", a-t-il estimé.

Depuis ce dimanche, les téléspectateurs "Médias le magazine", diffusé chaque semaine sur France 5, munis d'une tablette ou d'un ordinateur peuvent partager instantanément un extrait de 30 secondes de l'émission sur Facebook, Twitter, Google+ ou par courriel.

Mi-janvier, TF1 avait présenté, "Connect", son nouveau service similaire et utilisable durant l'émission "The Voice, la plus belle voix" depuis le 2 février.

"On est convaincus que la télévision est en train de vivre une révolution massive parce que l'expérience de voir un programme est en train de se réinventer. Désormais, il s'agit de vivre une expérience", a conclu Laurent Frisch.


tup/pjl/ei/ls