Des 80 premières fois où il s’est fâché noir sur le portail de Yahoo! Québec, Stéphane Dompierre a choisi les 52 meilleures chroniques qu’il a regroupées dans un joli bouquin tout noir. Lors du lancement de ce huitième Dompierre, mardi soir, l’auteur nous a parlé d’éditoriaux, de structure et d’humour qui aide à accepter «les petites emmerdes du quotidien.»

«Fâché noir, c’est une parodie d’éditorial, explique Stéphane Dompierre. C’est une chronique que je fais sur Yahoo! Québec depuis près de deux ans et qui continue d’ailleurs, plus que jamais. Alors que je considère que tout le monde, de nos jours, est éditorialiste, que chacun a une tribune et que tout le monde est tout le temps fâché, j’avais envie de faire une chronique humoristique pour contrebalancer et rire un peu de tout ça. Pour moi, c’est une parodie de l’éditorial dans le sens où j’y suis tout le temps fâché, mais sur pour des sujets sur lesquels les gens ne se sont encore jamais fâchés.»

Suivant très rarement l’actualité lorsqu’il rédige ses chroniques (aucun intérêt, selon lui, à traiter d'un sujet dont tout le monde parle cette semaine-là), Stéphane Dompierre a choisi les plus intemporelles d’entre elles afin de créer em>Fâché noir. Un livre léger, malgré ce que son titre indique, juste assez sarcastique et rempli de petits clins d’œil à ce parfois horripilant quotidien, qui se retrouve déjà dans le top des ventes de certaines librairies, où il est arrivé sur les tablettes le 30 janvier dernier.

«Je trouve que maintenant, le moindre petit détail prend une ampleur exagérée, explique Stéphane Dompierre. Parfois la nouvelle est banale, mais les éditorialistes s’en emparent parce qu’il n’y a pas d’autre sujet et ça grossit… Fâché noir et mes chroniques sont donc une réaction à cela, une réaction drôle et humoristique à quelque chose qui m’achale.»

Celui qui en est à sa 104e chronique avoue qu’il se retrouvait, il n’y a pas si longtemps, «en réaction épidermique contre toutes chroniques d’opinion.» «La dernière chose que je voulais était d’ajouter ma voix à ce que je trouvais comme une cacophonie ambiante», ajoute-t-il.

L’idée de la chronique antiéditoriale lui est venue alors qu’il rejetait une offre d’écrire - à nouveau - sur les relations hommes femmes. «Comme c’était le sujet de mes premiers romans, je voulais me sortir de ça.»

«Je suis très observateur et je trouve drôles les petites emmerdes du quotidien, ajoute-t-il. J’ai une capacité à transformer les situations quotidiennes en quelque chose de drôle. Pour moi, c’est un peu une façon comique d’adoucir le quotidien. L’idée c’est aussi que, peut-être qu’après avoir lu em>Fâché noir, les gens vont aller au guichet automatique et trouver ça drôle.» (L’auteur fait ici référence à sa chronique em>Fâché noir contre les guichets automatiques, p.22)

S’il affirme ne pas vraiment se fâcher beaucoup dans la vie, Stéphane Dompierre avoue que la colère est créatrice. «Des fois, cela part de tellement large ou d’un tout petit détail. Et puis, on sait bien que tout le monde est un jour fâché contre Facebook», dit-il en souriant.

Lorsque l’auteur d’Un petit pas pour l’homme se fâche pour vrai, c’est en général contre l’injustice ou l’incompétence. Il se dit aussi fasciné, entre autres, par les gens qui n’aiment pas leur travail, mais qui l’ont pourtant choisi…
Jamais encore censuré par Yahoo! lorsqu’il livre ses chroniques, Stéphane Dompierre a lui-même demandé à ce que l’on y retire la section commentaires des internautes. «Il y avait un débat sur des sujets qui ne demandent pas de débat, je trouvais cela ridicule, explique-t-il. Ces débats partaient d’ailleurs de gens qui ne comprenaient pas que c’était de l’humour.» Certains de ces commentaires, anonymes bien sûr, se retrouvent d’ailleurs entre les pages de Fâché noir.

«L’écriture de chronique aide mon écriture de roman. J’apprends à être concis. Tranquillement, mon écriture évolue vers autre chose. Je suis moins rentre-dedans. Je fais plus place au narratif, à l’histoire. Plus ça va, plus j’ai envie de structure, c’est une écriture plus cinématographique», dit-il.

Si les 25 premières pages de son prochain roman sont déjà écrites, l’auteur dit avoir beaucoup de notes d’accumulées et de pain sur la planche. Ce prochain roman sera «un peu une fin de trilogie d'Un petit pas pour l’homme et Mal élevé. Un roman construit autour du personnage de Nicolas et sa bande, et comment ces personnages-là vivent leur mi-quarantaine amoureuse.» Et nous, amis lecteurs, avons déjà hâte!

Fâché noir de Stéphane Dompierre est en vente dès maintenant.