DIVERTISSEMENT

19-2: une fusillade ouvre la deuxième saison (TWITTER)

16/01/2013 06:51 EST | Actualisé 29/01/2013 09:31 EST
Radio-Canada

Il faudra coucher les enfants tôt le lundi 28 janvier prochain, alors que la série policière 19-2 reprendra l’antenne avec un premier épisode à glacer le sang. Appelés à maîtriser une fusillade dans une école secondaire, nos deux héros Ben Chartier (Claude Legault) et Nick Berrof (Réal Bossé), assistés de tous leurs collègues, vivront là une expérience traumatisante qui les hantera pour le restant de leurs jours.

Radio-Canada a délibérément permis aux journalistes, lors du visionnement de presse, mardi matin, d’éventer l’intrigue qui occupe la totalité de la première heure de cette deuxième saison, question de préparer les téléspectateurs à ce qui les attend. Des messages d’avertissement seront aussi insérés pendant la diffusion, aux retours des pauses. On prévoit même présenter du contenu d’appoint dans les autres émissions et sur les différentes plateformes de la société d’État, dans le but de susciter la réflexion et d’informer adéquatement les gens. Avec la tragédie survenue à Newtown, au Connecticut, le 14 décembre dernier, les décideurs de la grande tour du boulevard René-Lévesque ne ménagent pas les précautions afin d’éviter de heurter la sensibilité de leur public. On ne souhaite d’aucune façon verser dans le sensationnalisme gratuit.

Car il faut avoir le cœur solide pour regarder sans frémir le drame qui se joue sous les yeux de nos patrouilleurs. Montrée de façon hyperréaliste, la tuerie se déroule en temps réel dans les couloirs d’une polyvalente de Montréal. Nul détail n’a été négligé pour nous faire ressentir les émotions propres à pareille situation. On ne peut hélas en dire plus pour ne pas gâcher l’effet de surprise (bien qu’à la limite du supportable, l’épisode est visuellement très impressionnant), mais préparez-vous à être chamboulé lorsque vous éteindrez votre téléviseur.

Derrière la caméra, le réalisateur Podz a accompli une véritable prouesse en parvenant à filmer un plan séquence (une scène en un seul plan) de 13 minutes. Pas moins de 12 prises ont été nécessaires pour tourner ce segment.

« On voulait partir forts! », a souligné le cinéaste lorsque questionné sur l’intérêt de placer cet événement majeur en ouverture de ce second volet de 19-2. Selon lui, il n’y a pas à craindre de dépeindre un cauchemar de la sorte à la télévision québécoise, puisque de telles horreurs existent bel et bien dans notre société.

Des séquelles importantes

La fusillade donnera le ton aux neuf semaines suivantes, les principaux protagonistes devant apprendre chacun à leur façon à vivre avec les séquelles que distillera la catastrophe. Ce n’est certes pas celle-ci qui amoindrira les souffrances déjà existantes de Ben et Nick; pendant que le premier doit sans cesse vivre avec le spectre de son père qu’il a fait mettre en prison, le second contient toujours en lui une rage inassouvie qu’il sublime au quotidien en maugréant sans cesse.

Les créateurs de 19-2 ont révélé que ce nouveau tour de piste se voulait plus « familial » que le précédent. De fait, les humeurs de Nick déteindront de plus en plus sur son fils Théo (Robert Naylor), qui se révoltera contre l’autorité. On fera aussi la connaissance de la mère de Berrof, Michelle (Louise Turcot), une femme apparemment très peu aimante. Ben, lui, tentera d’avoir un enfant avec Catherine (Fanny Mallette), mais on sent qu’Amélie (Magalie Lépine-Blondeau) est encore dans son esprit.

Au poste 19, une nouvelle policière, Valérie (Marie-Évelyne Lessard), fera son entrée en remplacement d’Audrey (Catherine Bérubé) qui réintégrera ses fonctions plus tard après une longue convalescence. Le commandant Marcel Gendron (Jean Petitclerc) aura lui aussi maille à partir avec sa fille adolescente, Sandrine (Léa Roy), qui entretient d’inquiétantes fréquentations. Et, bien sûr, on cherchera encore à savoir qui est la fameuse « taupe » qui vend des informations au crime organisé et que les officiers de la SQ ont mandaté Ben de démasquer. On nous promet que ce suspense sera résolu d’ici peu de temps.

On pourra renouer avec l’univers de 19-2 et ses têtes d’affiche le lundi 28 janvier prochain, à 21h. Le dernier épisode de la première saison sera rediffusé une semaine plus tôt, le 21 janvier. Radio-Canada a confirmé, mardi, qu’une troisième mouture du projet est actuellement en développement.

Un pilote anglophone de la série a par ailleurs été tourné et se trouve présentement « en analyse », a précisé le producteur Jocelyn Deschênes. C’est en mars qu’on saura si Chartier et Berrof auront bien leurs équivalents sur la chaîne CBC ou ailleurs dans la prochaine année.

VOS RÉACTIONS SUR TWITTER:

INOLTRE SU HUFFPOST

Une fusillade dans 19-2: vos réactions