NOUVELLES

Les francophones du nord du Nouveau-Brunswick auront moins de députés provinciaux

17/01/2013 10:41 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT

Les craintes exprimées par les francophones du nord du Nouveau-Brunswick sur l'avenir de leur poids politique à Fredericton se matérialisent.

La Commission de délimitation des circonscriptions électorales provinciales du Nouveau-Brunswick présente le rapport préliminaire sur son projet de refonte.

La carte proposée compte moins de circonscriptions puisque la commission de délimitation avait pour mandat de réduire leur nombre de 55 à 49, afin d'équilibrer le nombre de leurs électeurs.

Principaux changements proposés dans les régions à prédominance francophone :

  • Centre-Péninsule disparaitrait pour être répartie entre les circonscriptions voisines.
  • Edmundston-Saint-Basile disparaitrait au profit des nouvelles circonscriptions d'Edmundston-Madawaska Centre et de Madawaska-les-Lacs-Edmundston.
  • Campbellton, Dalhousie-Restigouche-Est et Nigadoo seraient réorganisées pour ne former que deux circonscriptions.
  • Dieppe-Lakeville-Memramcook serait scindée. Le secteur de Memramcook rejoindrait Sackville dans une nouvelle circonscription.

Plusieurs résidents des régions du nord avaient exprimé la crainte de voir leur poids politique affaibli à Fredericton.

Le maire d'Edmundston s'interroge

Cyrille Simard, maire d'Edmundston, est perplexe. Géographe de formation, il veut étudier la nouvelle carte avant de partager une réflexion plus poussée. Entre-temps, il se pose des questions.

« C'est clair que la carte qui est proposée là change la donne considérablement sur le plan de la représentativité politique, en particulier dans le cas du nord-ouest et d'Edmundston où on retrouve deux circonscriptions qui se trouvent à trancher la ville en deux sections. C'est évident que c'est un changement draconien. Alors moi, je veux absolument être capable de regarder les détails sur le plan démographique également parce qu'il y a des enjeux qui sont au-delà d'Edmundston, qui parlent de la représentativité du nord au complet et notre région. Ça soulève beaucoup d'interrogations », affirme Cyrille Simard.

Consultations à venir

Le public pourra se prononcer sur les nouvelles frontières proposées lors d'un exercice consultation, en février et en mars, avant la présentation du rapport définitif.

« Les prochaines étapes sont qu'on va commencer à faire notre tournée à la grandeur de la province. On demande à la population de nous donner ce qu'elle pense, s'il y a des lignes qu'on devrait changer, mais on doit quand même suivre la loi sur les délimitations », explique Anise Hébert-Hollis, coprésidente de la Commission.

PLUS: