NOUVELLES

L'avion-cargo Hercule canadien effectue son premier transport au Mali

17/01/2013 03:59 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT
AP
Canada's Minister of Defense Peter MacKay and CFB Trenton Commanding Officer Col. Sean Friday speak during a news conference at CFB Trenton, in Trenton, Ontario, Tuesday Jan. 15, 2013. Canada is contributing one of its large C-17 military cargo planes to deliver supplies to the capital of Mali after a request from France. Prime Minister Stephen Harper insists no Canadian Forces personnel will be involved in any combat action in the landlocked West African country. (AP Photo/The Canadian Press, Lars Hagberg)

OTTAWA - L'avion-cargo militaire canadien prêté à la France par le Canada s'est posé au Mali pour la première fois, jeudi matin, avec, à son bord, un véhicule blindé français.

L'appareil est parti de Le Tubé, en France, et a atterri à Bamako, la capitale malienne, à 10 h, heure locale (5 h, HNE).

Jay Paxton, un porte-parole du ministre de la Défense, Peter MacKay, a révélé qu'en plus du véhicule blindé, le Hercule C-17 transportait aussi de l'équipement et 900 kg de batteries.

L'avion-cargo participe à une opération internationale visant à soutenir les troupes françaises et maliennes dans leurs efforts pour combattre les militants liés à Al-Qaïda qui occupent actuellement le nord du Mali.

Le premier ministre Stephen Harper a offert à la France l'appareil pendant une semaine, mais le président François Hollande lui a ensuite demandé de prolonger la participation canadienne.

Le gouvernement Harper n'a pas encore pris de décision relativement à cette requête.

M. Harper a clairement fait savoir qu'il n'enverrait pas de soldats en sol malien.

Le Canada déploie actuellement des effectifs, incluant des forces spéciales et des hélicoptères, en Mauritanie, l'un des pays voisins du Mali, dans le cadre de l'exercice militaire international Flintlock 13.

M. Paxton a toutefois écarté la possibilité que ces troupes soient plus tard affectées à l'opération malienne. «Flintlock est complètement séparé du Mali», a-t-il soutenu.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a affirmé que, advenant le cas où le Canada voudrait contribuer davantage à l'intervention militaire en sol malien, le sujet devra d'abord faire l'objet d'un débat à Ottawa.

«C'est certainement une décision qui devra être prise par le Parlement du Canada, a indiqué M. Mulcair jeudi. Cela dépendra de la situation au moment de la discussion et de la situation sur le terrain. Comme vous le savez, les choses évoluent constamment.»

Le nombre de soldats français au Mali est récemment passé de 800 à 1400 et pourrait atteindre prochainement 2500.

L'ambassadeur de France au Canada, Philippe Zeller, a déclaré à La Presse Canadienne que son pays était reconnaissant pour le Hercule C-17 et qu'il ne prévoyait pas avoir besoin que le Canada envoie des effectifs en sol malien.

Il a cependant ajouté que la France s'attendait à ce que le Canada et le reste de la communauté internationale fournissent un soutien financier à l'opération militaire.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les soldats français au Mali