NOUVELLES

Alonso craint toujours autant Hamilton

17/01/2013 12:05 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT

Fernando Alonso veut qu'on le comprenne bien. Quand il dit que Lewis Hamilton est l'adversaire qu'il considère le plus coriace, il ne fait pas de politique, il donne son opinion.

Le pilote Ferrari n'a donc pas changé d'avis. L'an dernier, il avait surpris tout le monde en disant que son adversaire le plus dangereux était Hamilton, et non pas Sebastian Vettel, son rival au championnat. 

Alonso a donc précisé sa pensée à la demande des journalistes, jeudi, dans le cadre de la semaine médiatique de l'équipe italienne à la station de Madonna di Campiglio.

«Je ne sais pas qui sera mon rival cette saison, a dit Alonso, quelle sera la meilleure équipe, laquelle sera la mieux préparée pour aider ses pilotes, mais si vous me demandez quel est le pilote le plus fort, celui dont il faut tout le temps se méfier ? Ma réponse est Hamilton. C'était vrai en 2012, ce sera vrai en 2013. C'est une opinion personnelle, non un commentaire politique ni une façon de brouiller les pistes.  

«Il a réussi à gagner chaque année, quelle que soit la voiture, a rappelé Alonso. En 2009, McLaren a démarré la saison à 2 secondes des chronos de référence, et il a gagné des courses. Même chose en 2010. Alors je suis certain qu'il sera capable de gagner.» 

Appelé à expliquer pourquoi il ne désigne pas Vettel comme le plus fort. avec ses trois titres, Alonso avait préparé sa réponse : 

«Je ne dis pas qu'il n'est pas le plus fort, a-t-il répondu. En 2011, sa performance a été fantastique. c'est vrai que sa voiture était la meilleure. Et quand la voiture est aussi bonne, vous avez tendance à relâcher un peu dans certaines courses. En 2011, dans des conditions changeantes, il n'avait fait aucune erreur. Depuis trois ans, il y a des moments où il a été le meilleur de nous tous, et c'est pour cela qu'il mérite ses trois titres.» 

Concernant sa propre équipe, Alonso s'est dit plus confiant, sachant que bien des choses ont été corrigées chez Ferrari durant l'inter-saison. Notamment le travail en soufflerie, grâce aux installations de Cologne.  

«J'espère que nous pourrons tirer meilleur parti des données de la soufflerie, pour améliorer les performances de la voiture sur la piste, a expliqué Alonso. Nous avons changé beaucoup de choses, pas juste la soufflerie. Nous avons engagé de nouvelles personnes dans l'équipe qui nous rendent plus forts, en qui nous avons complètement confiance.

«Nous devons, Felipe et moi, nous concentrer à bien piloter, a-t-il conclu, car nous savons que tout ira mieux, avec le travail en soufflerie et le travail de développement sur l'auto. Les changements réglementaires sont mineurs, et ça va nous aider. Je suis beaucoup plus confiant, c'est clair.» 

PLUS: