NOUVELLES

Les hôpitaux de Québec font la lutte aux bactéries résistantes

16/01/2013 01:35 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT

Les infections contractées lors d'un séjour à l'hôpital diminuent dans les établissements hospitaliers de Québec. L'application rigoureuse des plus récentes normes de désinfection des chambres des patients infectés expliquerait cette baisse des maladies nosocomiales.

Depuis cinq ans, les autorités médicales notent, dans certains cas, une diminution de 50 % des infections à la bactérie C difficile.

Par exemple, à l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, le succès dépend surtout de la façon d'appliquer le traitement. « Donc de mettre de la force quand on nettoie pour justement déloger des bactéries qui pourraient demeurer en surface, on poursuit avec l'étape de la désinfection avec une solution chlorée », soutient Guylain Pelletier, chef de service en hygiène et salubrité de cet hôpital.

Une fois ces étapes effectuées, une vérification à l'aide d'un instrument permet de vérifier s'il reste des micro-organismes sur les surfaces.

Ces règles de nettoyage, implantées d'abord aux hôpitaux de l'Enfant-Jésus et Saint-Sacrement, ont été uniformisées récemment dans tous les établissements du Centre hospitalier universitaire de Québec.

Cette lutte efficace à ces infections a valu à l'organisme de santé une reconnaissance d'Agrément Canada, un organisme sans but lucratif et indépendant, qui aide les organismes à promouvoir des soins de santé de qualité depuis plus de 50 ans.

« On a une reconnaissance pour notre pratique exemplaire au niveau de notre hygiène et salubrité dans tous nos types de désinfection que ce soit la C difficile ou des désinfections normales des chambres », affirme Geneviève Dupuis porte-parole du Centre hospitalier universitaire. (CHU)

Plusieurs hôpitaux en région travaillent actuellement à parfaire leur méthode de désinfection pour mieux contrôler les maladies nosocomiales.

PLUS: