NOUVELLES

Opération Attention: de la formation au conseil (PHOTOS)

15/01/2013 10:13 EST | Actualisé 15/01/2013 10:30 EST
Nicolas Laffont

Nicolas Laffont a passé plusieurs semaines en compagnie des Forces canadiennes en Afghanistan dans le cadre de l'Opération Attention.

Commencée officiellement en juillet 2011, la contribution canadienne à la mission de formation en Afghanistan, l'Opération Attention, a évolué au fil des derniers mois pour passer de la formation au conseil.

Les rotations 0 et 1 de l'Opération Attention avaient notamment pour mission de former directement les soldats afghans. Pour la rotation 2 actuelle, la mission a changé.

Après avoir formé les soldats et les instructeurs des soldats, c'est désormais de simples conseils et recommandations que doivent donner les militaires canadiens.

Rencontré à son bureau au coeur de la zone verte à Kaboul, le major-général Jim Ferron, commandant de la contribution canadienne à la mission de formation en Afghanistan et général commandant adjoint de la mission de formation de l’OTAN en Afghanistan, a précisé pour Le Huffington Post Québec et 45eNord.ca le rôle des Canadiens.

«Les Canadiens, d’un point de vue tactique, conseillent l’armée et la police, en terme de compétences, sur la façon d’être un soldat dans les forces de sécurité nationales afghanes. Mais nous n’assurons plus la formation nous-mêmes. Nous sommes maintenant principalement des conseillers.»

Le 31 mars 2014, date du retrait du Canada d'Afghanistan, approchant de plus en plus, la transition entre les autorités canadiennes et afghanes se fait plus pressante.

Ainsi, en avril 2012, le Centre d'instruction militaire régional Ouest a été entièrement placé sous le contrôle des Afghans. En juillet, c'était au tour du Quartier général du Centre d'instruction militaire régional Nord.

Le Centre d'entraînement militaire de Kaboul (Kabul Military Training Center, KMTC) est en train d'être transféré peu à peu aux militaires afghans. Au 1er janvier 2014, l'intégralité du KMTC passera entre les mains des Afghans.

Dans des documents que nous nous sommes procurés, le plan prévoit ainsi que le Quartier général sera uniquement «monitoré» au 1er juillet 2013, dès la prochaine rotation canadienne. Dès lors, le rôle des quelques Canadiens restants sera de faire le suivi et contrôle qualité.

On forme toujours

Il y a toujours une exception à la règle, et l'Opération Attention n'y échappe pas. Ainsi, l'équipe de mentorat de la force aérienne afghane continue de faire de la formation.

«Il s’agit d’un projet à plus long terme pour nous et les Canadiens ne verront pas la fin de la mission pour le développement de l’armée de l’air, explique le major-général Ferron. Nous allons quitter le 31 mars 2014 et l’armée de l’air afghane continuera à se développer en partenariat avec la coalition jusqu’en 2017.»

Il faut dire que la force aérienne du pays est encore plus jeune que l'armée ou la police. La mise en place de la force s'est faite en 2007.

À l'aéroport international de Kaboul (KAIA), on renforce même l'équipe canadienne de mentorat. Au 1er janvier 2013, près de 25 nouveaux militaires se sont ajoutés à l'équipe déjà en place.

Tout frais débarqué de l'avion, un major canadien indique que c'est son premier jour ici. «C'est très challengeant, intéressant. C'est bien de voir tous ces gens ici qui veulent avancer et résoudre les problèmes.»

Le colonel Roch Pelletier, commandant-adjoint de l'Opération Attention, fait le point sur la roto 2. «Trois mois après être arrivés, les soldats canadiens en Afghanistan sont dans "leur zone de confort", souligne-t-il. Ils ont appris ce qu'ils avaient besoin d'apprendre initialement, ils ont fait de bonnes relations avec les Afghans et maintenant on se dirige vers la vitesse de croisière optimale.»

«On est maintenant dans la planification dans le cadre de la mission d'entraînement de l'OTAN. On écoute ce que nos alliés en pensent, puis on essaie de planifier au mieux du côté canadien pour préparer la prochaine rotation qui va arriver l'été prochain», précise le colonel.

Interrogé sur le prochain départ des Canadiens, le major-général Ferron pense qu'il est plus que temps de partir.

«Je crois qu’en ce moment, étant donné tout ce que je vois de notre contribution au système de sécurité, d’ici le 31 mars 2014, la sécurité afghane, le ministère de la Défense, le ministère de l’Intérieur, l’armée et la police seront prêts à voler de leurs propres ailes. Alors, est-ce le temps? Oui, à mon avis, je crois qu’il est temps pour le Canada de quitter ce pays. Les Canadiens peuvent être fiers de ce que nous avons fait ici.»

Vous pouvez lire l'intégralité de l'interview avec le major-général Jim Ferron sur 45eNord.ca.

Lire aussi:

- L'hiver des militaires québécois en Afghanistan

- Vivre avec le secret des Dieux

- Richard Petit et Eva Avila rendent visite aux soldats de l'Opération Attention à Kaboul

- Opération Attention en Afghanistan: la formation d'un soldat

- Nicolas Laffont: Mes anges gardiens

Suivre Nicolas Laffont sur Twitter: www.twitter.com/nlaffont

INOLTRE SU HUFFPOST

Opération Attention: de la formation au conseil