DIVERTISSEMENT

HMV Canada reste à flot malgré les ennuis de son ancien propriétaire britannique

15/01/2013 03:33 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT
AFP/Getty Images

TORONTO - Tandis que le détaillant britannique de musique, films et autres produits de divertissement HMV tente de préserver toute partie viable de ses activités, le pendant canadien de la célèbre marque affirme être loin de connaître les difficultés financières de son ancien propriétaire.

Les deux entreprises se sont séparées il y a un peu plus d'un an lorsque la société mère HMV Group a vendu les magasins canadiens à la société privée Hilco, en échange de 3,2 millions $.

Cela signifie que pendant que l'avenir de HMV au Royaume-Uni semble de moins en moins brillant, les magasins de HMV Canada continuent de grouiller de monde — et parfois même de croître — alors que les clients achètent films et musique.

«Nous pensons que c'est un secteur qui a un certain nombre d'années devant lui», a déclaré mardi lors d'un entretien le président de HMV Canada, Nick Williams, faisant remarquer que la croissance des téléchargements de fichiers numériques avait été pas mal plus lente au Canada.

«Nous avons adopté un modèle d'affaires largement différent (de celui de la société britannique)», a ajouté M. Williams.

Le changement de direction semble avoir évité à HMV Canada le sort immédiat de son ancien propriétaire, qui a rendu les armes après plus de 90 années d'existence, mardi, en suspendant toute transaction sur ses actions.

HMV est la dernière grande chaîne de magasins de musique enregistrée au Royaume-Uni, employant plus de 4000 personnes dans 238 magasins, qui demeurent ouverts pour le moment.

La direction de l'entreprise britannique a indiqué ne pas avoir été en mesure de s'entendre avec ses prêteurs et fournisseurs. Elle a désigné trois partenaires de Deloitte afin d'administrer ses activités.

HMV, dont le premier magasin a pignon sur rue à Londres depuis 1921, a ouvert des établissements au Canada à la fin des années 1980, avant de s'installer aux États-Unis, au Japon, en Australie, à Hong Kong et à Singapour.

Les magasins canadiens semblent toutefois s'être adaptés plus rapidement aux nouvelles conditions du marché que les autres du groupe international.

Après avoir réduit à 113 le nombre de ses magasins lors des 18 derniers mois, HMV Canada se prépare maintenant à réintégrer certains marchés, en particulier dans des centres commerciaux, a affirmé M. Williams.

Celui-ci a expliqué la patience du détaillant vis-à-vis du marché canadien par la décision d'abandonner plusieurs produits de divertissement à faible marge, notamment les jeux vidéo et le matériel électronique comme les tablettes et les stations d'ancrage pour iPod, en faveur de produits de marque à marge supérieure tels que les tee-shirts de héros ou les tasses décorées de logos de groupes comme Kiss.

Cette décision a permis à HMV Canada d'enregistrer de solides ventes lors de la période des Fêtes de fin d'année. Le détaillant a réalisé des revenus de 65,4 millions $ durant la période, soit davantage que son objectif de 63,5 millions $ et que les ventes de 64,5 millions $ de la même période en 2011.

Néanmoins, les ventes de disques physiques — en partie celles de CD musicaux — demeurent au coeur des activités de HMV Canada.

Les ventes d'albums physiques diminuent au Canada depuis des années et elles ont reculé d'un autre 17 pour cent en 2012, à 13,2 millions d'unités, selon Nielsen SoundScan, qui suit l'évolution de l'industrie. Celles de fichiers musicaux par des détaillants en ligne tels que iTunes et Puretracks ont quant à elles augmenté de 25 pour cent, à 6,1 millions d'unités.