Twitter: JK Rowling, Rihanna, Jean Dujardin... les rumeurs sur les fausses morts de stars ne s'épuisent pas

Publication: Mis à jour:
JK ROWLING
AFP

RÉSEAUX SOCIAUX- Si à 50 ans tu n'es pas mort sur Twitter, t'as raté ta vie. Tel pourrait être le nouvel adage des célébrités tant les rumeurs de décès sur le réseau social sont fréquentes. A tel point que certaines se mettent même à orchestrer leur propre "fausse" mort et acceptent de se faire enterrer vivant. Mercredi 3 janvier, c'était au tour de la romancière britannique JK Rowling, maman d'Harry Potter de mourir sur Twitter. Et la nouvelle vient d'un compte tout à fait crédible passant pour être celui d'un autre auteur britannique (le compte a été suspendu depuis):

john le carré

Le compte twitter n'a d'ailleurs pas hésité à insister face aux critiques de nombreux utilisateurs:

john le carré

Mais rassurez-vous! "C'est une rumeur complètement fausse qui vient d'un faux compte Twitter", assure Mark Hutchinson chargé de la communication de l'écrivaine rapporte le site du Parisien. Bien que la star ait posté un message de son propre compte Twitter aujourd'hui, de nombreux fans continue de s'inquiéter sur les réseaux sociaux.

La même mésaventure est arrivée en octobre dernier à l'humoriste Gérald Dahan:

De Jean Dujardin à Rihanna, en passant par Justin Bieber, retour sur les morts les plus célèbres sur Twitter. D'où est partie la rumeur? Comment s'est-elle répandue? Pourquoi a-t-elle "pris"? Que risquent ceux qui les lancent? Enquête.

Avant tout, il faut savoir que le phénomène, s'il se développe depuis Internet, est loin d'être nouveau. Retour 25 ans en arrière. En 1987, Isabelle Adjani s'invitait à la dernière minute sur le plateau du JT de Bruno Masure sur TF1. Opération: démentir la rumeur qui la déclare morte du Sida. Aujourd'hui, il paraîtrait invraisemblable de voir défiler Johnny Depp, Nelson Mandela, Rihanna, Margaret Thatcher, Johnny Hallyday ou encore Philippe Manœuvre, pour ne citer qu'eux, défiler sur le plateau du 20h démentir leur décès. Et pour cause, avec l'arrivée d'internet la liste des célébrités enterrées trop tôt ne trouve plus de limite.

Si les rumeurs portant sur les fausses morts de célébrités ont toujours existé, internet et plus spécifiquement les forums, les réseaux sociaux et les microblogging leur ont offert un retentissement toujours plus important s'adressant à toujours plus de personnes connectées. Twitter faisant figure de référence dans le domaine. "Twitter n'a pas changé dans le principe de propagation d'une rumeur dans le sens où parler à plusieurs personnes en même temps et fonctionner en réseaux à toujours existé, notamment avec les forums. Mais ce qui change c'est la facilité d'accès à ce réseau sur lequel il y a toujours plus d'abonnés. L'échelle de portée s'est considérablement agrandie, on touche plus vite plus de personnes", précise Pascal Froissart, spécialiste de la rumeur et sociologue à Paris VIII et au CNRS.

Quelques fausses rumeurs sur la mort des célébrités
L'article se poursuit après le diaporama

Close
Quelques morts sur Twitter
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Twitter élargit le champ de la rumeur

Twitter, véritable mégaphone de la rumeur permet à chaque inscrit de s'amuser à poster un message informant de la fausse mort de telle ou telle célébrité avant d'être repris, commenté et parfois porté en pole position des sujets les plus commentés sur le réseau (Trending Topics). "Chaque jour sur Twitter on voit passer une célébrité 'décédée'.

La première étincelle part, le plus souvent, de quelqu'un qui lance volontairement la rumeur, pour nuire ou simplement pour s'amuser. Elle est beaucoup plus rarement le résultat d'un quiproquo. Et une fois qu'il est publié, il peut se propager à une vitesse folle. La plupart du temps, la mayonnaise ne prend pas, comme avec Gérald Dahan qui a rapidement démenti. Mais lorsqu'elles font boule de neige, les effets son dévastateurs, note Sebastien Provencher, entrepreneur web et observateur des réseaux sociaux qui pose la question, "finalement qu'est-ce qui pousse à tweeter ce genre de fausses nouvelles?".

Flatter l'ego

Laurent Gaildraud, auteur du livre Orchestrer la rumeur, estime que ces fausses morts rangées dans la catégorie des rumeurs sociales car spontanées, ne profitent à personne et n'offrent aucun intérêt. Mais Vanessa Lalo, psychologue, pointe le doigt sur l'effet mégalomaniaque qui peut accompagner le geste de poster ce genre de rumeurs.

"C'est bien celui qui lance la rumeur qui va recevoir tous les retours, il y a donc quelque chose de très narcissisant et de très valorisant. On a le sentiment d'être important et d'être écouté au moins une fois dans sa vie. Il peut y avoir une poussée mégalomaniaque qui va de pair avec les retweet et le fait que finalement, on parle de vous, analyse t-elle. "Mais le mécanisme derrière la rumeur reste singulier à chacun" nuance-t-elle.

Créer un Trending Topic

Il y a quelques semaines, un adolescent s'est amusé à lancer ce qu'appelle Pascal Froissart le "pseudocide" de Rihanna. Son message 'OMG RihannaEstMorte' fait rapidement réagir les fans et les incrédules portant son hashtag dans la colonne des Trending Topics, faisant gonfler dans le même temps l'ego du jeune-homme qui se sent "puissant ". C'est cette même démarche narcissique qui semble avoir poussé @Nouwane à enterrer Elie Semoun.

fiere

Agir par jalousie ou par ennui

Il y a un an, la twittosphère s'emballait sur la fausse mort du musicien Bon Jovi. Après avoir démenti la rumeur en publiant une photo de lui sur son compte Twitter, certains commentaires laissait penser que le plaisantin derrière ce hoax avait agi par jalousie envers le rockeur blond.

bon jovie

On se souvient également de la pseudo mort de Jean Dujardin inventée de toutes pièces par un membre du forum "blabla 15-18 ans" de jeuxvideos.com. Alors que ce dernier "s'ennuie s'evere", il interpelle ses camarades afin de lancer une rumeur sur la mort d'une personnalité "pas trop connue mais que les gens connaissent". Le sort s'abat donc sur l'acteur oscarisé pour The Artist. Après avoir posté un commentaire sur le site du Post.fr annonçant sa mort tragique le 17 février 2011, la nouvelle trouve un retentissement important sur Twitter, plaçant le décès de l'acteur dans les Trending Topcics.

dujardin

De fausses nouvelles, une vraie actualité

Si l'on parle bien de fausses rumeurs, les journalistes notamment web, y voient l'occasion de traiter une vraie information. On ne compte plus les articles qui annoncent que non, Jay-Z, Selena Gomez, Hilary Duff, Elie Semoune (la liste est longue) ne sont pas morts, rassurant ainsi le quidam, informant les autres de la rumeur qui a enflammé la twittosphère et affirmant la démarche journalistique qui a dû être faite pour faire taire cette fausse information . "On peut décider d'ignorer la rumeur lorsque l'on n'a pas les moyens de la vérifier. En revanche, on ne peut pas ignorer le phénomène de la rumeur qui devient à elle seule une information. Les 'pseudocides' sont de parfaits marronniers pour les journalistes", analyse très justement Pascal Froissart.

Que risque celui qui lance ces rumeurs?

Si ces faux décès deviennent mortellement ennuyants, il semblerait que rien n'essouffle leurs auteurs. Pourtant, certaines victimes de ces hoax ont déjà pensé à porter plainte. C'était notamment le cas du présentateur Bernard Montiel porté mort quelques années auparavant. "C'est en voyant l'ampleur que ça avait pris avec les appels de mes proches qui voulaient s'assurer que je n'étais pas mort, que j'ai décidé de porter plainte. Par la suite, j'ai appris que la personne ayant lancé la rumeur avait des problèmes "matériels et intellectuels". J'ai donc renoncé à attaquer. Mais le principe m'énerve profondément, d'autant qu'il y a un vrai vide juridique à ce niveau là", nous confie l'animateur.

En effet, selon Etienne Papin, avocat au cabinet Feral-Schul Sainte-Marie spécialisé dans le droit des technologies, le droit français ne prévoit rien en cas de propagation de fausse rumeur.

"En droit français on ne risque rien à lancer une rumeur. Il n'y a pas d'effraction dans le code pénal qui créerait un délit de rumeur. Mais on peut considérer qu'une rumeur porte atteinte à la personne ou à sa sa famille ce qui peut causer des dommages. Dans certains cas, on peut être à la limite de la diffamation mais il relativement difficile de prouver qu'il y avait une intention malhonnête marquée. On est assez démuni d'un point de vue juridique face à ces situations", précise t-il, assurant ne jamais avoir eu un cas de ce type à traiter.

En cette rentrée, c'est l'image de TF1 News qui s'est trouvée entâchée par une personne ayant fait un montage juxtaposant le logo de la chaîne à un texte annonçant la fausse mort de Rihanna. Si TF1 s'est contentée d'un communiqué dénonçant l'affaire, l'avocate Virginie Bensoussan-Brulé, explique que la chaîne "peut invoquer la contrefaçon de marque devant les tribunaux civils ou pénaux."

252

Pour l'instant, ni personnes médiatiques, ni médias ne sont allés jusqu'au bout d'une procédure judiciaire. Faute d'exemple, il y a donc fort à parier que l'on enterre prématurément les célébrités encore un bon bout de temps. Gérald Dahan peut en témoigner...

Sur le web

Top People : Nos stars préférées victimes des pires rumeurs sur ...

La chanteuse Rihanna morte sur internet !

Mort de JK Rowling : la folle rumeur sur Twitter