MONTRÉAL - Lisez-vous l'ensemble des conditions d'utilisation d'un site Web ou d'une application avant de cliquer sur «J'accepte»? Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas les seuls.

Les tablettes et les téléphones dits «intelligents» se sont retrouvés sous plusieurs sapins à Noël; les grands-mamans comme les nouveaux-nés sont sur Facebook, mais attention, avertit le Commissaire à l'information et à la protection de la vie privée (CIPVP), tout ne devrait pas être partagé sur la Toile.

Comme l'explique Jean-Sébastien Chouinard, chef d'équipe en stratégie Internet chez Adviso, les paramètres des sites comme Facebook font en sorte que plusieurs informations — localisation, photos, statuts ou liens partagés par ses utilisateurs, notamment — sont publics par défaut.

Il revient donc aux internautes de connaître les moyens de limiter l'audience avec laquelle ils souhaitent partager l'information qu'ils placent en ligne, d'où l'importance de lire les conditions d'utilisation, comme le suggère le CIPVP.

Ici, par contre, l'excuse du manque de temps risque d'être valable. Les chercheuses Aleecia M. McDonald et Lorrie Faith Cranor, de l'université Carnegie Mellon, à Pittsburgh, ont estimé en 2008 que la lecture des conditions d'utilisation des sites que les internautes américains consultent le plus souvent prendrait environ 201 heures par an, ou un peu plus de 25 journées de travail complètes!

La famille Zuckerberg, dont le plus célèbre, Mark, a créé Facebook, s'est elle-même fait prendre au jeu. La soeur du fondateur, Randi Zuckerberg, a publié le soir de Noël une photo de famille sur le populaire réseau social, mais elle a mal réagi quand l'une de ses «amies» Facebook a diffusé le cliché sur son fil Twitter.

«J'ai envoyé cette photo à mes amis Facebook seulement. Ce n'est pas "cool" que tu la places sur Twitter», a écrit Randi Zuckerberg, sur Twitter justement. L'affaire semble finalement s'être réglée à l'amiable: la photo a été retirée et Mme Zuckerberg s'est félicitée d'avoir engagé un débat en 140 caractères sur «l'étiquette virtuelle».

«Il n'y a pas de mode d'emploi», déplore M. Chouinard. «Ça se fait par essais et erreurs. Les conditions d'utilisation, à la base, c'est pour le côté légal, pas pour le côté fonctionnel. Facebook offre un service d'aide pour l'utilisation, mais ce n'est pas très facile d'y avoir accès.»

Le CIPVP conseille donc de passer en revue «régulièrement» les paramètres de confidentialité des réseaux sociaux. Il ajoute qu'il vaut mieux peser le poids de ses commentaires avant de les rendre publics, être très prudent quand vient le temps de diffuser des renseignements personnels et avoir des mots de passe variés et difficiles à deviner.

«Puisque nous passons de plus en plus de temps en ligne, il est nécessaire de faire preuve de diligence pour protéger notre vie privée et la confidentialité de nos renseignements personnels sur le Web afin d'éviter le vol d'identité et la fraude», lit-on dans un communiqué du CIPVP.

Et au passage, peut-être vaut-il mieux accompagner un cadeau comme une tablette électronique de quelques mises en garde.

EN IMAGES:

Loading Slideshow...
  • Google Glasses

    Qui n'a jamais rêvé de posséder le détecteur le fameux <a href="http://www.youtube.com/watch?v=SiMHTK15Pik">détecteur saiyan de Végéta</a>? Ou encore d'avoir <a href="http://www.dailymotion.com/video/xpx3tg_terminator-view_shortfilms">la même vision que Terminator</a>? Un tel rêve sera peut-être réalisé dans quelques années avec les lunettes Google. Présentée en avril, cette paire de lunette entend vous proposer une réalité augmentée et vous faire décoller les yeux de votre smartphone. Si aucune date de commercialisation n'est encore officielle, les premières versions destinées aux développeurs devraient être disponibles début 2013. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/05/lunettes-google-glasses-wearable-realite-augmentee_n_1651632.html">Plus d'informations sur les Google glasses dans notre article</a>.

  • Le serre-tête lecteur de pensées

    Il y a 20 ans, personne ne croyait qu'il serait possible de dicter un ordre à un ordinateur. Les technologies de reconnaissances vocales ont prouvé le contraire. C'est dans cette logique que la société Interaxon travail sur des appareils permettant de communiquer avec les objets du futur... par la pensée. Lors de la conférence Le Web, <a href="http://www.franceinfo.fr/high-tech/nouveau-monde/un-lecteur-de-pensees-presente-a-leweb12-822969-2012-12-05">la société a ainsi présenté "Muse", un serre-tête qui permet de traduire des émotions contextuelles</a>. On peut ainsi dicter un texte, mais aussi afficher un mot en gras juste en se concentrant. Intéressé? N'espérez pas pour autant vous l'offrir pour le prochain Noël, le projet est loin d'être finalisé.

  • Lightraise, le projecteur tactile

    Attention aux traces de doigts sur les murs! L'entreprise canadienne Smart a mis au point fin novembre <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/15/projecteur-innovant-transforme-mur-ecran-tactile_n_2134992.html">un projecteur interactif tactile qui permet de transformer n'importe quelle surface ou mur en écran tactile</a>. L'appareil sera commercialisé d'abord aux Etats-Unis au premier trimestre 2013, au prix de 1999 dollars l'unité, puis dans le monde entier, et notamment en France, au printemps prochain.

  • Oculus Rift: le casque virtuel enfin à portée de tête?

    Tous les geeks en rêvent depuis les années 80. Mais toutes les commercialisations de casques virtuels, permettant théoriquement de s'immerger totalement dans un univers, ont été un échec. Oculus Rift pourrait bien changer la donne. Présenté en 2012, le projet a réussi à obtenir plus de 2 millions de dollars sur une plateforme de financement participatif (ils n'en demandaient que 250.000 à l'origine). Ce casque possède plusieurs qualités qui font dire aux professionnels qu'il pourrait bien faire l'effet d'une bombe, surtout dans l'univers des jeux vidéo: bonne résolution en 3D (chaque oeil ne voit qu'un écran), champ de vision couvrant quasiment celui de l'oeil humain, léger... le tout pour moins de 300 dollars. La bête pourrait être commercialisée dès 2013.

  • Li-Fi: Internet par la lumière

    Tout le monde connaît le WiFi, <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Li-Fi#cite_note-1">place maintenant au Li-Fi</a>! Li pour light (lumière en anglais). Cette nouvelle technologie sans fil permet de faire passer des informations non plus via une onde radio mais une onde lumineuse. En clair, si vous mettez votre tablette sous une certaine lumière, elle va être capable de lire de nouvelles données (comme jouer une musique spécifique). Quelques exemples ont été présentés au salon LeWeb 2012, comme expliqué dans ce reportage vidéo de La Chaîne Techno.

  • Un ordinateur portable transparent et tactile

    Intel a fait forte impression auprès des mordus de nouvelles technologies lors du salon CES 2012 en présentant un ordinateur portable à mi-chemin de la tablette. L'idée consiste à avoir un panneau tactile permettant d'accéder aux fonctions essentiel de l'ordinateur, même quand celui-ci est fermé. Regardez la vidéo pour bien comprendre l'intérêt de la chose.

  • YotaPhone: Un smartphone à écran LCD et encre électronique

    Alors que les smartphones semblent marquer le pas avec peu de ruptures technologiques ces derniers temps, c'est peut-être d'un constructeur russe que viendra le renouveau. La société Yota Devices a présenté début décembre un prototype de smartphone. La nouveauté? Si la face avant dispose d'un écran LCD classique, la face arrière elle, propose un écran utilisant la technologie de l'encre électronique utilisée dans les liseuses. Ce qui permet notamment de pouvoir lire un texte sans se fatiguer les yeux, même en plein soleil. Aucune commercialisation n'est prévue avant le dernier trimestre 2013.

  • Des gants pour le langage des signes

    En juillet, quatre étudiants ukrainiens <a href="http://mashable.com/2012/07/11/enable-talk-gloves/">ont gagné le concours Imagine cup organisé par Microsoft</a>. Leur projet? Une paire de gants fonctionnant en bluetooth et permettant de faire comprendre le langage des signes à tout un chacun. L'idée est d'une simplicité étonnante: les gestes réalisés par la personne sont transmis à un smartphone qui retranscrit par écrit le langage des signes. Une solution qui permettrait à termes à tous les sourds et muets de se faire comprendre. Regardez la vidéo à partir de 13 minutes pour un exemple concret.

  • Le gant bluetooth pour le ski

    En parlant de gants, il serait difficile de ne pas citer le vainqueur de l'émission de télé "l'inventeur 2012" diffusé sur M6. Le gagnant de l'émission, Jules Thuillier, a présenté un gant fonctionnant lui aussi en bluetooth et permettant de téléphoner et d'écouter de la musique de manière intuitive, sans avoir à sortir la main de son gant. Parfait pour le ski, <a href="http://www.m6.fr/magazine-l_inventeur_2012/videos/11237664-test_le_gant_bluetooth.html">comme le montre la vidéo de présentation de M6</a>. Problème: l'invention a fait polémique car.. un gant bluetooth de ce type <a href="http://www.lexpress.fr/culture/tele/l-inventeur-0212-le-gant-bluetooth-existe-deja_1125801.html">a déjà été inventé en 2008</a>. M6 et Jules Thuillier ont répondu que leur prototype proposait plus de fonctionnalités et qu'aucun brevet n'a été déposé avant le sien.

  • Hop, la valise intelligente

    "Ha, j'ai oublié ma valise à l'aérport!" Une phrase bientôt désuète? Rodrigo Garcia, un étudiant de l'université polytechnique de Madrid, a en effet imaginé <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/26/hop-valise-suit-intelligente-automatique-rodrigo-garcia_n_2022642.html">une valise intelligente qui vous suit d'elle-même</a>, sans que vous ayez besoin de la tirer derrière vous. Pour la commander, il suffit d'utiliser son smartphone. Facile.