D'après l'Institut international de la presse (IIP), un nombre record de journalistes, 132, sont morts dans l'exercice de leurs fonctions en cette année qui se termine.

Il s'agit du nombre le plus important de journalistes tués depuis que l'Institut international de la presse a commencé à enregistrer de manière systématique la mort violente de journalistes, c'est-à-dire depuis 1997 », précise l'organisme dont le siège est à Vienne, en Autriche.

Son bilan est différent de ceux de Reporters sans frontières (RSF) et du Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Ils estimaient plus tôt ce mois-ci qu'il y a eu en 2012, selon RSF, 88 journalistes tués dans le cadre de leur travail et 67 morts, d'après le CPJ.

« Le précédent record remonte à 2009 avec 110 journalistes tués, dont 32 lors de l'infâme massacre de Maguindanao, aux Philippines », souligne le communiqué de l'IIP.

L'an dernier, en 2011, 102 journalistes étaient morts sur le terrain.

L'Institut international de la presse cible aussi la Turquie dans son bilan de 2012. Quelque 70 journalistes seraient emprisonnés dans ce pays, soit un « record mondial », selon l'IIP.