NOUVELLES

Gardes armés dans les écoles: Barack Obama sceptique

30/12/2012 11:18 EST | Actualisé 01/03/2013 05:12 EST
Getty
US President Barack Obama speaks on the economy and fiscal cliff negotiations after touring the Daimler Detroit Diesel Plant in Redford, Michigan, December 10, 2012. AFP PHOTO / Saul LOEB (Photo credit should read SAUL LOEB/AFP/Getty Images)

WASHINGTON - Barack Obama s'est dit sceptique face à la suggestion de déployer des gardes armés dans les écoles des États-Unis, une proposition mise de l'avant par la National Rifle Association (NRA) dans la foulée du carnage de Newtown, au Connecticut, où 20 écoliers ont été tués.

«Je doute que la seule réponse soit d'avoir plus de fusils dans nos écoles», a affirmé le dirigeant américain lors d'une entrevue diffusée dimanche matin à l'émission «Meet the Press», sur les ondes de NBC.

«Et je pense que la vaste majorité des Américains est sceptique face à l'idée que cela règle notre problème.»

Le président américain s'est engagé à consulter la population sur cette épineuse question et a fait valoir qu'il n'oublierait pas ce qui s'est passé le 14 décembre à l'école Sandy Hook le 14 décembre dernier.

«Ce fut, vous savez, la pire journée de ma présidence. Et ce n'est pas quelque chose que je veux voir se reproduire», a-t-il plaidé.

Barack Obama a également affirmé lors de son entretien avec l'animateur David Gregory qu'il souhaitait adopter une législation comportant des mesures pour s'attaquer aux crimes avec violence commis à l'aide d'une arme à feu, et ce, dès l'an prochain.

Il a promis de mettre «tout son poids» derrière un ensemble de mesures législatives visant à éviter que de tels drames ne surviennent à nouveau.

«Ce que j'ai l'intention de faire, c'est d'appeler toutes les parties prenantes. Je vais rencontrer les républicains. Je vais rencontrer les démocrates. Je parlerai à tout le monde», a-t-il affirmé.

«Je pense qu'il existe une vaste majorité de propriétaires d'armes responsables qui reconnaissent que nous ne pouvons nous retrouver dans une situation où un individu aux prises avec de graves problèmes de santé mentale arrive à mettre la main sur des armes de ce calibre, comme cette personne à Newtown l'a fait», a poursuivi Barack Obama.

Il s'agissait des propos les plus spécifiques que formulait le président Obama à ce sujet depuis la tuerie de Newtown. Six adultes ont aussi été tués lors de cette tragique journée de décembre. Selon les autorités, le tireur se serait donné la mort après avoir assassiné sa mère à la maison.

INOLTRE SU HUFFPOST

La joie et les pleurs