Les Canadiens n'ont jamais été aussi endettés, selon Statistiques Canada. La dette des ménages a atteint cette année 164 % du revenu disponible. Ce qui inquiète les analystes, c'est que ce niveau est presque similaire à celui affiché aux Etats-Unis avant la crise financière.

Qu'on soit à Vancouver, à Montréal ou à Gaspé, l'endettement ne risque pas de diminuer durant les Fêtes, une période où les rabais sont alléchants.

« Je crois que les gens se créent des besoins, puis des fois on a tendance à se procurer des trucs dont on n'a pas nécessairement besoin surtout dans le Temps des Fêtes... Donc c'est peut-être pour suivre le reste de la société que les gens s'endettent pour donner des cadeaux », fait remarquer Philippe Bilodeau, un visiteur de Québec de passage à Gaspé.

Dans des commerces de Gaspé, ce n'est pas l'endettement qui freiné les consommateurs, même que les ventes ont augmenté avant et après Noël.

« La dernière semaine avant le boxing day, ça été une grosse semaine », confirme Christina Fournier, gérante de la boutique Jeans bleu.

Les cartes de crédit sont en bonne partie responsables du niveau d'endettement. Elles sont accessibles facilement, même pour les gens déjà endettés. Les analystes constatent que les cartes sont offertes à des consommateurs de plus en plus jeunes.

« Les gens acceptent ces offres-là et s'aperçoivent qu'après un certain temps les obligations sont trop importantes pour les revenus disponibles. Des gens reviennent en succursale, reviennent nous voir et c'est à ce moment-là qu'on doit aller vers la conciliation », constate Marlène Lacasse, directrice de la Banque TD à Gaspé

Elle conseille aux consommateurs de diminuer les dettes au maximum et d'établir un plan d'épargne.

Les analystes soulignent que la Banque du Canada ne devrait pas augmenter son taux directeur, du moins à court terme, le temps que les plus endettés puissent commencer à rembourser leurs dettes.

Loading Slideshow...
  • Le salaire des PDG des grandes banques canadiennes en 2012

  • 6. Louis Vachon, Banque Nationale - 7,5 M$

    <strong>Profit pour chaque dollar pour le PDG: 162,27$</strong> PDG de la Banque Nationale, Louis Vachon n'a gagné que 7,5 million de dollars l'an dernier, le salaire le plus bas des PDG des six plus grandes banques canadiennes.

  • 5. Gerry McCaughey, CIBC - 9,5 M$

    <strong>Profit pour chaque dollar: 326,32$</strong> Source: <a href="https://www.cibc.com/ca/pdf/investor/proxy2012.pdf" target="_hplink">CIBC Management Proxy Circular</a>

  • 4. Bill Downe, BMO - 9,9 M$

    <strong>Profit pour chaque dollar: 330,81$</strong> Source: <a href="http://ca.reuters.com/article/businessNews/idCATRE81Q1W320120227" target="_hplink">Reuters</a>

  • 3. Gordon Nixon, RBC - 10,1 M$

    <strong>Profit pour chaque dollar: $480.40</strong> Source: <a href="http://www.rbc.com/newsroom/2012/0206-proxy.html" target="_hplink">RBC Management Proxy Circular</a>

  • 2. Rick Waugh, Banque Scotia - 10,6 M$

    <strong>Profit pour chaque dollar: 501,71$</strong> Source: <a href="http://www.thestar.com/business/article/1137400--scotiabank-ceo-s-pay-down-slightly-from-2010" target="_hplink">Toronto Star</a>

  • 1. Ed Clark, Banque TD - 11,3 M$

    <strong>Profit pour chaque dollar: $517.45</strong> Source: <a href="http://www.thestar.com/business/article/1135817--td-bank-ceo-ed-clark-s-pay-down-to-11-3-million-in-2011" target="_hplink">Toronto Star</a>