Bye bye 2012 : pas de controverse inutile, promet Louis Morissette

Publication: Mis à jour:
BYE BYE
(Radio-Canada.ca) | Radio-Canada.ca

Louis Morissette nous prévient d’emblée : le Bye bye 2012, que Radio-Canada diffusera, comme le veut la tradition, le 31 décembre à 23h, ne versera pas dans l’humour noir et ne cherchera pas à provoquer la polémique à tout prix. Il n’y sera donc question ni de la libération de Guy Turcotte, ni de Luka Rocco Magnotta, ni de l’attentat survenu au Métropolis le 4 septembre dernier, soir des élections provinciales.

« Le Bye bye se doit d’être festif, a justifié l’auteur, producteur et comédien, attrapé au vol entre deux séances de montage et de postproduction pour une entrevue téléphonique. On rejoint un public très large, et les gens regardent ça avec une coupe de champagne à la main. Sur quatre millions de téléspectateurs, s’il y en a seulement 10% qui sont fâchés, ça équivaut quand même à 400 000 personnes. Il y a des sujets qui font plisser des yeux et qui sont tout simplement trop délicats pour être abordés dans une revue humoristique. Le but demeure de s’amuser et non pas de soulever la controverse. »

Louis Morissette et ses comparses Véronique Cloutier, Joël Legendre, Hélène Bourgeois-Leclerc et Michel Courtemanche ont complété le 21 décembre le tournage des saynètes qui donneront corps au rendez-vous télévisuel le plus attendu de l’année. L’équipe en est actuellement à l’étape de la finition; si un événement majeur devait survenir d’ici lundi prochain, il serait ainsi passé sous silence dans le Bye bye, les acteurs ayant déjà remisé leurs costumes et leurs perruques.

Un bel équilibre

Deux grands thèmes ont retenu l’attention médiatique en 2012 : le printemps érable et les scandales de corruption. « Ç’a monopolisé 75% de l’actualité », a noté Louis Morissette. Le créateur et ses co-auteurs, Benoit Pelletier, Jean-François Léger, Pascal Bariault et Louis Tremblay, n’ont donc eu d’autre choix que de concocter un Bye bye à forte saveur politique, dans la même veine que celui de l’an dernier. Or, Morissette assure que chacun trouvera son plaisir en regardant l’émission et que d’autres points chauds des derniers mois y seront aussi traités.

« On avait la crainte de devenir redondants, a-t-il expliqué. Le maire de Montréal, le maire de Laval, le maire de Mascouche, c’est toujours la même nouvelle qui revient. Mais je crois qu’on a réussi à bien équilibrer les sketchs entre le divertissement, les variétés et la politique. »
Et, s’il ne souhaite pas fournir de munitions à ses détracteurs en s’aventurant sur des terrains trop minés, l’artiste affirme ne pas craindre les représailles d’une moquerie bien placée ou d’un commentaire un peu trop acerbe, si le contexte s’y prête.

« Les critiques ne changent pas ma façon d’écrire, ni ce que j’ai à dire, a-t-il martelé avec conviction. Si c’est drôle et pertinent, et que je suis capable de défendre ma blague si je rencontre la personne le lendemain, pour moi, il n’y a pas de problèmes et j’assume complètement. »

Et le mariage...?

Lorsqu’on s’enquiert des événements qui l’ont personnellement interpellé en 2012, Louis Morissette revient sur la grève étudiante et tous les soubresauts entraînés par la crise.

« De façon générale, je dirais tout le bruit qu’il y a eu dans la province au printemps. J’ai vraiment pensé qu’une vague de changement balayait le Québec, qu’on allait réellement amorcer une réflexion sur notre société… jusqu’au 4 septembre, où les libéraux ont failli reprendre le pouvoir et que le Parti Québécois l’a emporté en minorité. Qu’on n’ait pas été capables de faire reculer les libéraux plus que ça, ça m’a découragé et m’a fait poser beaucoup de questions sur la réelle volonté de mutation de mon peuple. »

Toujours discret sur sa vie privée, l’homme n’évoquera toutefois pas son mariage avec Véronique Cloutier dans le palmarès de ses moments marquants de l’année. Le couple, que l’on sait adepte de l’autodérision, abordera-t-il cet important chapitre de sa vie à deux dans le Bye bye? Après tout, son passage devant l’autel, le 30 juin dernier, a fait l’objet d’un long reportage dans un magazine féminin, et ses nombreux admirateurs se délecteraient sans doute d’un clin d’œil comique à cette union on ne peut plus attendue.

« Si on en parle, est-ce qu’on s’accorde trop d’importance ? Si on n’en parle pas, est-ce qu’on se protège ? Il faut se demander si ç’a occupé assez d’espace médiatique pour qu’on en parle. On a joué notre mariage de façon plutôt low profile… », a posément laissé tomber Louis Morissette en guise de conclusion, sans bien sûr vendre la mèche.

Le Bye bye 2012 sera présenté le lundi 31 décembre à 23h sur les ondes de Radio-Canada, et en rediffusion le lendemain à 21h. L’émission sera aussi diffusée en direct sur le web. Pour plus d’informations: www.radio-canada.ca.

UN BILAN DE 2012 EN IMAGES:

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Les photos canadiennes de l'année
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction