FREDERICTON - Le Canada et les États-Unis n'arrivent toujours pas à régler une dispute territoriale concernant une petite île située entre le Nouveau-Brunswick et l'État du Maine.

L'île Machias Seal est une île rocheuse, plate, sur laquelle aucun arbre ne pousse. Elle est située à environ 19 kilomètres au sud de l'île néo-brunswickoise de Grand Manan et à quelque 16 kilomètres à l'ouest de la côte du Maine, à l'embouchure de la baie de Fundy.

Il s'agit non seulement d'un refuge pour de nombreuses espèces d'oiseaux marins, incluant le macareux de l'Atlantique, mais également d'un lieu très prisé par les touristes provenant des quatre coins du monde, qui y affluent afin d'observer la faune.

Si l'on fait exception des quelques gardiens qui effectuent des rotations de 28 jours pour assurer la surveillance d'un phare exploité par la Garde côtière canadienne, l'île est inhabitée.

Pourquoi donc le Canada et les États-Unis se disputent-ils cette île?

La réponse se trouve à 720 kilomètres carrés de là, dans les eaux entourant l'île Machias Seal — une «zone grise» où Canadiens et Américains pêchent le homard.

«La communauté de pêcheurs de Grand Manan a la permission de pêcher là, et il n'y a aucune limite à cette pêche. C'est notre façon de revendiquer cette zone qui est au coeur de la dispute entourant l'île Machias Seal», explique le député John Williamson, qui représente la circonscription de Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest.

«Je pense que notre revendication est légitime, mais au final, ce sera au ministre de ce pays et à Washington de régler cette question. Je pense qu'il est dans l'intérêt de nos deux pays de le faire», poursuit-il.

Ce sentiment est partagé par Stephen Kelly, professeur au Centre d'études canadiennes de l'université Duke et diplomate américain à la retraite.

«Il me semble curieux que nous ayons l'occasion de régler un irritant potentiel et d'aller de l'avant, et que nous ne saisissions pas cette occasion», a-t-il dit en entrevue depuis son bureau de Durham, en Caroline du Nord.

M. Kelly a fait part de son opinion sur la question en publiant une lettre dans le New York Times le mois dernier. Il dit avoir rédigé cette missive en observant le Japon et la Chine se disputer âprement des îles inhabitées situées en mer de Chine orientale.

«Qu'arrivera-t-il si des ressources de valeur sont découvertes dans la zone grise autour de l'île Machias Seal? Et qu'arrivera-t-il si d'autres contingences de nature stratégique surviennent?»

«Il se pourrait que nous regrettions de ne pas avoir saisi l'occasion de régler cette question, alors que les enjeux ne sont pas d'une importance capitale», conclut-il.

Du côté du gouvernement canadien, la réponse est toute simple: l'île Machias Seal est canadienne, point.

«La souveraineté et la juridiction du Canada en ce qui concerne l'île Machias Seal et les 210 milles marins carrés des eaux environnantes sont clairement inscrites dans les lois internationales», a résumé Barbara Harvey, porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères.

Loading Slideshow...
  • 1. Le Québec

  • 2. Nord-est des États-Unis

  • 3. Sud-ouest des États-Unis

  • 4. Paris, France

  • 5. Royaume-Uni

  • 6. Nord de l'Italie

  • 7. Côte d'Azur, France

  • 8. Portugal

  • 9. Barcelone, Espagne

  • 10. Allemagne

  • 11. France

  • 12. Sud-est des États-Unis

  • 13. Grèce

  • 14. Provinces maritimes du Canada

  • 15. L'ouest canadien

  • 16. Sud de l'Italie

  • 17. Turquie

  • 18. Corse

  • 19. Aquitaine, France

  • 20. Ontario

  • 21. Rome, Italie

  • 22. Japon

  • 23. Rhône-Alpes, France

  • 24. L'Espagne

  • 25. Belgique

  • 26. Pays-Bas

  • 27. Mexique

  • 28. Autriche

  • 29. Andalousie, Espagne

  • 30. Languedoc-Roussillon, France