Plusieurs études et recherches ont suggéré dans le passé que les oméga-3 étaient bénéfiques pour contrer les effets de la fibrillation auriculaire, ou atriale, une condition qui se définit par des battements irréguliers du cœur.

La plus récente étude sur le sujet, rapportée par www.nlm.nih.gov, suggère qu’il n’en est rien. À tout le moins, si les oméga-3 ont un effet sur cette condition, il serait minime, selon les chercheurs.

« Il n’y a aucun rôle de prévention joué par les oméga-3 en ce qui concerne la fibrillation auriculaire. Les patients qui souffrent de cette condition n’obtiennent pas de résultats grâce aux oméga-3. Par contre, il est possible que ceux-ci puissent aider à la prévention, mais la preuve est loin d’être faite », lance un Dr Alejandro Macchia convaincu.

Ce dernier est responsable de l’étude et voit d’un mauvais œil que l’on attribue aveuglément des propriétés aux oméga-3.

Les problèmes de fibrillation auriculaire sont plus communs qu’on pourrait le croire et peuvent mener à de sérieux problèmes de santé, voire la mort, en plus d’être très coûteux aux systèmes de santé dans le monde.

Les chercheurs indiquent cependant que la prise d’oméga-3 ne peut nuire aux gens qui souffrent de cette condition, et que ceux-ci possèdent réellement de belles qualités pour la santé cardiaque.

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net