Huffpost Canada Quebec qc

Une petite ville du Texas permet aux enseignants de porter des armes à l'école

Publication: Mis à jour:
GUN CONTROL CALIFORNIA
Alamy

HARROLD, États-Unis - Dans la petite ville d'Harrold, au Texas, les élèves et leurs parents ne s'inquiètent pas vraiment de la sécurité dans la seule école de leur communauté, puisque certains enseignants sont armés.

Le bureau du shérif le plus proche est situé à 30 minutes de route, et les résidants de la ville se connaissent et se font confiance. C'est ce qui a poussé l'administration scolaire à voter pour laisser les enseignants porter des armes à feu à l'école.

«Nous n'avons pas d'argent pour embaucher un garde de sécurité, mais nous avons trouvé une meilleure solution, explique un responsable de l'administration scolaire, David Thweatt. Un tireur pourrait neutraliser un garde ou un policier portant une arme bien visible, mais nos enseignants ont des diplômes supérieurs, sont plus âgés et ont reçu un entraînement approfondi. Et leurs armes sont cachées. Nous pouvons protéger nos enfants.»

Dans la foulée du massacre de la semaine dernière dans une école primaire du Connecticut, les élus de plusieurs États américains, dont l'Oklahoma, le Missouri, le Minnesota, le Dakota du Sud et l'Oregon, ont indiqué qu'ils envisageaient d'adopter des lois permettant aux enseignants et aux administrateurs scolaires de porter des armes à feu sur leur lieu de travail.

Les lois du Texas interdisent les armes dans les écoles, sauf si l'établissement a obtenu une autorisation écrite. L'Arizona et six autres États ont des lois semblables, avec des exceptions pour ceux qui ont des permis les autorisant à porter des armes dissimulées.

Le conseil scolaire d'Harrold a voté à l'unanimité en 2007 pour permettre aux employés de porter des armes à l'école. Après avoir obtenu un permis de l'État, chaque employé qui veut porter une arme doit obtenir l'approbation de l'administration scolaire, qui se base sur la personnalité de l'employé et sur ses réactions en temps de crise, explique M. Thweatt.

Les employés doivent suivre une formation sur les interventions en temps de crise et les prises d'otages. Et ils doivent utiliser des balles qui minimisent le risque de ricochets.

CaRae Reinisch, qui vit dans la communauté voisine d'Elliott, a déclaré qu'elle avait retiré ses enfants d'une grande école il y a deux ans pour les inscrire à Harrold, estimant qu'ils seraient plus en sécurité avec des professeurs armés.

«Je crois que c'est une excellente idée que des professeurs formés portent des armes», a-t-elle dit. «Mais je déteste le fait que nous en soyons arrivés là.»

David Thweatt n'a pas voulu dire combien des 50 employés de l'école portaient des armes, affirmant que la divulgation de cette information pourrait mettre en péril la sécurité de l'établissement.

L'école d'Harrold compte 103 élèves de la maternelle à la 12e année. La plupart d'entre eux ne pensent pas au fait que leurs professeurs sont armés.

«C'est la première fois depuis longtemps que je pense à ça», a déclaré Matt Templeton, 17 ans, fils du directeur de l'école. «Et c'est à cause de ce qui s'est passé» au Connecticut, a-t-il dit.

Malgré le débat sur le contrôle des armes à feu, relancé aux États-Unis après le massacre de Newtown, l'école d'Harrold n'a pas l'intention de changer sa politique.

«Rien n'est parfait à 100 pour cent. (...) Mais espérer qu'une tragédie ne se produira pas est un plan terrible», a dit M. Thweatt. «Ma question, c'est qu'avez-vous prévu faire à ce sujet? Comment vous êtes-vous préparés?»

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Sandy Hook Elementary School Shooting
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction