La banque HSBC accepte une amende de 1,9 milliard $ US

Publication: Mis à jour:
BLANCHIMENT HSBC
AFP

HSBC - La banque britannique HSBC a accepté de payer 1,92 milliard de dollars US, un montant record, pour mettre fin aux poursuites aux Etats-Unis où elle était accusée de complicité de blanchiment au profit de trafiquants, de terroristes et de l'Iran.

Le titre de la première banque britannique, cotée à Londres et Hong Kong, est resté quasi indifférent mardi à cette annonce, largement attendue après la parution d'informations de presse en ce sens dans la nuit. Il a terminé en hausse de 0,31% à Hong Kong et a fini en progression de de 0,56% à Londres.

"HSBC a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d'investigations concernant des infractions aux lois sur les sanctions (frappant certaines entités criminelles ou assimilées) et la lutte contre le blanchiment d'argent", a annoncé la banque dans un communiqué. HSBC entend ainsi mettre fin à une série d'enquêtes menées par le Trésor, le Département de la Justice, des agences fédérales et le procureur général de Manhattan à New York.

Dispositif anti-blanchiment entre 2009 et 2011

"Nous assumons la responsabilité de nos erreurs passées (...). HSBC est toutefois aujourd'hui une organisation fondamentalement différente de celle qui a commis ces erreurs", a déclaré le patron de la banque, Stuart Gulliver. Et de citer en particulier le quasi décuplement des fonds et du personnel consacrés à un dispositif interne anti-blanchiment entre 2009 et 2011, et la rupture de liens d'activité douteux avec 109 entités diverses.

Pour Castor Pang, analyste de la banque d'investissement Core Pacific-Yamaichi, l'annonce constitue une bonne nouvelle pour les investisseurs en ce qu'elle "lève une partie des incertitudes" sur l'avenir de HSBC aux Etats-Unis. La banque avait reconnu en juillet des "défaillances" et présenté publiquement ses excuses devant une commission d'enquête du Sénat américain pour avoir manqué de vigilance face à de possibles opérations de blanchiment d'argent.

Le rapport du Sénat américain avait souligné de "graves carences" dans les garde-fous anti-blanchiment de la banque qui a fait prendre des risques au système financier du pays en l'exposant à de possibles activités de blanchiment d'argent liées au trafic de drogue ou au financement du terrorisme dans les années 2000.

16 milliards avec l'Iran, 7 avec les cartels mexicains

Selon ce rapport, HBUS - filiale américaine de HSBC - a notamment réalisé en six ans 16 milliards de dollars de transactions secrètes avec l'Iran, tandis que sa filiale mexicaine a transféré 7 milliards de dollars vers HBUS entre 2007 et 2008 qui pourraient être de l'argent appartenant à des cartels mexicains de la drogue. L'accord conclu avec le ministère américain de la Justice prévoit la désignation d'un auditeur indépendant qui évaluera régulièrement la mise en œuvre des engagements de la banque dans les cinq années à venir.

L'Autorité britannique des marchés financiers (FSA) lui a aussi demandé mardi de prendre plusieurs mesures concrètes, comme la création d'un comité au sein de son conseil d'administration pour superviser les questions relatives à la lutte contre le blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme.

Le gendarme des marchés réclame aussi un audit indépendant pour vérifier le respect par HSBC des règles en vigueur au Royaume-Uni dans ces domaines. HSBC est également dans le collimateur de la justice britannique après la publication d'articles de presse indiquant que de gros trafiquants vivant au Royaume-Uni avaient ouvert des comptes offshore chez HSBC à Jersey pour blanchir de l'argent ou frauder le fisc.

Une autre banque britannique visée

Selon les informations du Daily Telegraph, il s'agirait notamment d'un client condamné pour trafic de drogue qui se trouve actuellement au Venezuela, d'un homme condamné pour possession de centaines d'armes et de trois banquiers poursuivis pour des fraudes de grande ampleur. HSBC avait récemment augmenté à 1,5 milliard de dollars ses provisions pour couvrir les pénalités financières qu'elle encourait aux Etats-Unis.

Ces provisions ne couvrent pas les pénalités mais le règlement judiciaire définitif évite ainsi à HSBC de coûteuses réparations civiles. De son côté une autre banque britannique, Standard Chartered, va devoir payer près de 670 millions de dollars pour avoir violé les sanctions américaines imposées notamment à l'Iran, aux termes d'un arrangement financier dévoilé lundi par les autorités à Washington.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le salaire des PDG des grandes banques canadiennes en 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

HSBC écope d'une amende record pour avoir trompé des clients âgés

HSBC s'expose à une lourde amende aux Etats-Unis

HSBC : amende record de 1,92 milliard de dollars dans l'affaire de ...

Affaire HSBC – La banque britannique mise à l'amende au Mexique ...

HSBC paie une amende de 1,92 milliard $ aux États-Unis

HSBC : une amende de 1,9 Md$ pour blanchiment d'argent !

HSBC stable et Standard Chartered en hausse après les amendes américaines

Accusée de blanchiment, la banque HSBC va payer une amende record

HSBC : vers une amende 1,8 Md$ pour blanchiment d'argent ?