Après une présence plus discrète depuis quelques années en Outaouais, les motards criminels seraient de retour dans la région.

Plusieurs d'entre eux se sont rassemblés samedi soir dans un bar d'effeuilleuses du boulevard Gréber. Les images exclusives obtenues par Radio-Canada montrent plusieurs d'entre eux arborant une veste bien identifiée aux couleurs des Hells Angels.

Des dizaines d'auto-patrouilles et l'escouade canine de la police de Gatineau ont été dépêchées sur les lieux pour surveiller la situation.

Selon l'expert en tactique policière Mathias Tellier, ce genre de rassemblement est loin d'être pris à la légère par les corps policiers. Il explique que les agents peuvent établir des liens entre les différentes sections de ces groupes criminels en étudiant qui participe aux réunions. « Ça leur permet également de mettre à jour leur album de famille » dit M. Tellier.

En 2007, un rassemblement semblable au même endroit avait aussi fait les manchettes.

L'auteur spécialiste des bandes de motards criminels et journaliste au Toronto Star, Julian Sher, estime que si ce genre de rassemblement est toujours inquiétant, il n'a cependant rien de surprenant.

Le journaliste explique que, non seulement les Hells Angels ont toujours été capable de revenir en force après des vagues d'arrestations, mais ils ouvrent de nouveaux chapitres au Québec et un peu partout au Canada.

Julian Sher ajoute que les Hells Angels ont toujours déployé beaucoup d'efforts pour recruter de nouveaux membres et les former. « Pendant que les forces policières sont en train de surveiller les membres notoires, ceux qui sont moins connus dans l'organisation, eux, sont très actifs » souligne-t-il.

Un cocktail dangereux

Le journaliste soutient en revanche qu'un cocktail dangereux est en train de se former parce que « l'on a une nouvelle génération de jeunes attirés vers les Hells qui sont recrutés dans les clubs-école, mais en même temps on a les vétérans. Les gars qui étaient à côté de Maurice « Mom » Boucher et toute une série de criminels arrêtés lors du printemps 2001 sont en train de sortir de prison. »

Selon Julian Sher, la région d'Ottawa-Gatineau a toujours été un endroit profitable pour les Hells Angels et les autres groupes criminels.

Une fête qui inquiète

Le maire de Gatineau, Marc Bureau, ne se réjouit pas qu'une telle fête ait eu lieu sur son territoire, mais il préfère attendre le rapport de la police municipale avant de s'inquiéter.

Les résidents de ce secteur de la ville, par contre, se disent préoccupés par la situation. Certains affirment qu'ils seront plus prudents.

La police de Gatineau a refusé de fournir davantage d'informations sur ce rassemblement, mais on ne rapporte aucun incident.