Les familles des victimes du meurtrier en série, Robert Pickton, qui enlevait et tuait des femmes du Downtown Eastside de Vancouver, connaîtront enfin les conclusions de l'enquête publique le 17 décembre, soit dix ans après l'arrestation du tueur.

Les résultats du rapport final ne devraient pas satisfaire les attentes des critiques qui avaient qualifié le procès d'échec.

Le rapport final du commissaire Wally Oppal sera accessible au public au cours de l'après-midi du 17 alors que les familles des victimes et des disparues qui ont assisté aux auditions pourront avoir une copie quatre heures plus tôt, selon une lettre qui leur a été distribuée jeudi.

Un résumé du rapport de 1448 pages sera présenté en direct sur Internet par le commissaire Oppal qui a entendu 80 témoins entre octobre 2011 et juin 2012. Parmi eux, des parents des victimes, des travailleurs du sexe, des avocats et des universitaires.

Le document devrait pouvoir expliquer pourquoi la police de Vancouver et la GRC n'ont pas réussi à épingler Pickton avant 2002, malgré toutes les preuves le reliant à la disparition des prostituées. Il devrait contenir également des recommandations pour éviter qu'une telle situation se reproduise.

Les résultats du rapport seront toutefois scrutés à la loupe à la suite des critiques sévères auxquelles la commission a dû faire face depuis le début. Un grand nombre de ces critiques portaient sur le fait que la commission s'attardait sur le travail des policiers et des avocats plutôt de s'attaquer d'abord aux raisons qui poussent des femmes démunies dans le secteur mal famé du Downtown Eastside.

Les détracteurs alléguaient également que le commissaire Wally Oppal, un ex-procureur général de la province, était trop près du gouvernement libéral pour être impartial. On lui a aussi reproché d'avoir conclu la commission trop rapidement, sans avoir entendu tous les témoins.

Le mois dernier, avant même que le rapport soit complété, plusieurs groupes ayant boycotté les audiences avaient tenu une conférence de presse pour dénoncer le document.

Pickton qui a été reconnu coupable de six meurtres au deuxième degré a reçu une sentence de prison à vie. Il est toujours emprisonné.

Des traces d'ADN de 33 femmes ont été retrouvées sur la ferme de Pickton, mais il avait confessé à un agent d'infiltration en avoir tué 49.