Huffpost Canada Quebec qc

Financement politique à Laval : un prête-nom dévoile son histoire

Publication: Mis à jour:
JEAN BERTRAND GILLES VAILLANCOURT
Me Jean Bertrand et Gilles Vaillancourt lors d'une soirée électorale. | Radio-Canada.ca

De nouvelles informations obtenues par Radio-Canada soulèvent des doutes sur les pratiques de financement du parti de l'ancien maire Gilles Vaillancourt, le PRO des Lavallois. Radio-Canada a mis la main sur deux lettres signées par le représentant officiel du parti, qui ouvrent la porte à l'utilisation de prête-noms.

Me Jean Bertrand était le grand responsable des finances du PRO des Lavallois jusqu'à la dissolution récente du parti. Il était agent officiel et représentant officiel du PRO depuis 1984, et a été aux côtés de Gilles Vaillancourt à toutes ses victoires à la mairie.

En 2009, il a écrit à un entrepreneur basé à plus de 150 km de Laval, Gérald Gagné, au sujet d'un cocktail de financement.

« J'ai reçu une lettre d'un avocat nous demandant si on veut contribuer. On est libre. Mais d'un avocat, si c'est pas légal... », raconte Gérald Gagné.

Dans sa lettre, Jean Bertrand indique à M. Gagné qu'il doit « faire parvenir un chèque personnel émis par un électeur lavallois ». M. Gagné demande alors l'aide d'un ami de Laval, Réal Béland.

« Il me dit: "Peux-tu le faire parvenir à ton nom, j'entends comme signataire, au nom du PRO Lavallois, et je vais te rembourser en conséquence" », explique M. Béland.

Réal Béland accepte de faire un chèque de 500 $. Mais peu de temps après, il éprouve des remords. Il réalise qu'il a joué le rôle de prête-nom et se dénonce par courriel au Directeur général des élections (DGE).

« Je me suis questionné à propos d'une municipalité qui sollicite des non-résidents de sa municipalité pour des fins d'élections », se rappelle-t-il.

À la suite de l'enquête du DGE, seule l'entreprise de Gérald Gagné est condamnée à payer une amende. Rien n'est retenu contre le PRO des Lavallois, ni son agent officiel, Me Jean Bertrand.

Nous avons montré les lettres de Me Bertrand à Me Daniel Chénard, spécialiste en droit municipal. « Ces deux documents sont un scénario de la commission d'une infraction. C'est clair que la cause ne serait pas difficile à établir au niveau de l'infraction », explique-t-il.

Nous n'avons pas pu savoir si le Directeur général des élections a enquêté sur les façons de faire du représentant officiel du PRO des Lavallois. Son bureau a refusé nos demandes d'entrevue. Me Jean Bertrand a lui aussi refusé de nous parler.

D'après un reportage de Gino Harel