Maladie, incapacité, raisons personnelles: les congés dans la fonction publique coûtent cher aux Canadiens

Publication: Mis à jour:
PARLIAMENT HILL
AP

MONTRÉAL - Une étude réalisée par un regroupement de petites et moyennes entreprises conclut que les cinq jours de congé annuels de plus dont profitent les employés du secteur public représentent jusqu'à 3,5 milliards $ par année.

Ces jours d'absence sont motivés par des causes de maladie, d'incapacité ou par des raisons personnelles.

Martine Hébert, vice-présidente pour le Québec de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), perçoit dans le secteur public une culture où l'on considère avoir le droit de prendre plus de certains types de congés que les travailleurs du privé. À son avis, le système actuel peut entretenir le sentiment que les congés de maladie sont un droit acquis et qu'ils peuvent être pris, même si, dans la réalité, ils n'ont quasiment rien à voir avec la maladie.

L'étude rappelle que certains employés du secteur public peuvent aussi accumuler les congés de maladie inutilisés. Il leur est donc possible de prendre une retraite anticipée ou de recevoir un montant forfaitaire à leur départ à la retraite, même s'ils sont restés en bonne santé.

La recherche constate que les employés du gouvernement du Canada prennent largement le plus de tels congés, soit 15,2 jours par an en moyenne, alors que la moyenne générale du secteur public est de 12,9 jours, par rapport à 8,2 jours dans le secteur privé.

La FCEI demande que les congés de maladie soient harmonisés avec ceux du secteur privé et que les congés de maladie non utilisés ne puissent plus être accumulés.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Les faits saillants du budget 2012
sur
Partager
Tweeter
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Réglementation - Le portail du personnel fédéral

Information pour les employés du gouvernement fédéral

Deux fois plus de congés de maladie pour les travailleurs fédéraux

Les pensions dans la fonction publique fédérale – le mythe du - CAPE