Claude Trudel a annoncé lundi matin son départ de la vie politique municipale. Il quitte à la fois ses fonctions de conseiller à la Ville de Montréal et de maire de l'arrondissement de Verdun.

M. Trudel, qui dit avoir été secoué par le départ précipité de Gérald Tremblay, a expliqué sa décision en disant ne pas se reconnaître dans la coalition maintenant au pouvoir. Il dit avoir peu d'estime pour les tractations qui ont mené à cette coalition et le choix fait par des élus de son parti de l'appuyer.

« Au cours des dernières semaines, rien n'aura été épargné à mon parti Union Montréal au nom du Renouveau, du Grand Nettoyage et de la nécessité de la Grande Coalition. Devant un tel spectacle, alors que les objectifs personnels de nombreux politiciens l'emportent sur le bien collectif, que les allégeances sont au service des ambitions et non des idées et que les promesses se transforment en trahisons, j'ai le devoir moral de tirer ma révérence », a-t-il dit en conférence de presse.

Après avoir claqué la porte d'Union Montréal, Michael Applebaum a réussi à rallier les élus de Vision Montréal et de Projet Montréal, ainsi que certains élus de son ancien parti, autour d'une coalition.

M. Trudel était considéré comme un allié de Richard Deschamps, qui a perdu la course à la succession du maire sortant Gérald Tremblay, au profit de M. Appelbaum.

« Je souhaite vivement que le contexte de la coalition qui suscite tant d'espoirs au Comité exécutif se répercute au conseil municipal et que l'harmonie y règne pendant les quelques mois qui nous séparent de l'élection de novembre 2013. Je leur souhaite sincèrement la meilleure des chances », a-t-il cependant ajouté.

L'homme de 70 ans a travaillé au cabinet de l'ex-premier ministre Robert Bourassa dans les années 70 avant d'être député libéral à l'Assemblée nationale la décennie suivante.

Il a accédé au conseil municipal de Montréal en 2001 avec le parti Union Montréal de Gérald Tremblay.

Contrairement à de nombreux élus depuis un mois, Claude Trudel ne claque cependant pas la porte du parti Union Montréal. Claude Trudel avait refusé la semaine dernière une proposition du maire Applebaum qui lui demandait de continuer à présider le conseil d'agglomération de Montréal.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine