Le Cirque du Soleil vient d'annoncer que la production IRIS allait prendre fin le 19 janvier 2013, en raison des ventes de billets insuffisantes. Présentée au Dolby Theatre (anciennement connu sous le nom de Kodak Theatre) depuis septembre 2011, l'œuvre mise en scène par le Français Philippe Decouflé a démontré aux dirigeants de l'entreprise québécoise que Los Angeles n'était pas prête pour un spectacle permanent.

« Malgré des critiques phénoménales et une réponse enthousiaste du public, la demande de billets n'a pas atteint nos projections », a déclaré la directrice des communications du Cirque du Soleil, Renée-Claude Ménard dans un communiqué.

Alors que la production d'IRIS devait prendre une pause à partir du 26 janvier, afin de céder les planches à l'organisation de la cérémonie des Oscars, prévue le 24 février, et reprendre les représentations en mars, le Cirque du Soleil a décidé de jeter l'éponge. La direction du Cirque refuse de fournir les statistiques de la billetterie, mais elle affirme que l'affluence était bien en deçà des attentes. « Nous avons fourni d'énormes efforts pour attirer le public étranger, mais rien n'y faisait, a admis Renée-Claude Ménard. Le marché de Los Angeles n'est pas prêt pour un spectacle permanent. » Préférant également ne pas révéler combien d'argent il a perdu, le Cirque explore la possibilité de déplacer le spectacle dans une ou plusieurs autres villes.

En entrevue au Los Angeles Times, le conseiller municipal Dennis Zane émet des réserves sur la capacité des citoyens de s'offrir des billets au coût de 43 $ à 133 $. « La récession de 2008 a été brutale dans la région et nous ne nous en sommes pas encore remis. Si vous allez voir le spectacle avec votre femme et vos enfants, et que vous allez manger au restaurant auparavant, vous devez payer 500 $ pour une soirée. La plupart des gens n'ont tout simplement pas les moyens de payer ça. »

Des critiques citoyennes s'élèvent également au sujet du prêt de 30 millions de dollars concédé par le Département de développement communautaire de la ville. Selon les commentaires retrouvés sur le site Internet du Los Angeles Times, plusieurs habitants affirment que les sommes auraient pu être mieux utilisées en servant à aider les démunis.
La directrice des communications du Cirque du Soleil indique que l'entreprise a investi entre 50 et 55 millions pour produire le spectacle, alors que les coûts de rénovations du théâtre, qui s'élèvent à 40 millions de dollars, ont été défrayés par le propriétaire, CIM Group.

La direction du Cirque du Soleil tente de rediriger le plus d'artistes et d'employés possibles dans ses autres productions à travers le monde. IRIS emploie présentement 70 artistes sur scène et plus de 100 techniciens et employés de soutien.

Considérée comme l'une des productions les plus ambitieuses de l'histoire du Cirque du Soleil, IRIS propose un survol de l'histoire du cinéma, des films muets à aujourd'hui.