Et si on s'incrustait dans le style de vie des Québécois? Et si l'on cherchait à définir l'impact d'Internet et des réseaux sociaux dans leur vie? C'est ce qu'ont entrepris les Hebdos Québec et Léger Marketing en poussant plus loin leur enquête « Découvrez le vrai visage du Québec ».

L'enquête a été réalisée auprès de 22 200 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans et plus. Elle met en lumière «l'impact relativement négatif sur les rapports entre les personnes» qui serait causé par les réseaux sociaux. 92 % des sondés déclarent par ailleurs avoir développé une forme de dépendance durant leur vie, parmi lesquels 73 % avouent avoir une dépendance à Internet.

Si près de trois Québécois sur quatre (74 %) ont répondu avoir utilisé ou consulté les médias sociaux au cours de la dernière semaine, à la question «Trouvez-vous que les médias sociaux sont en train de modifier profondément les rapports entre les personnes ?», 47 % ont affirmé qu'ils modifient de façon négative les rapports entre les gens. Un taux qui passe à 52 % dans les régions de la Côte-Nord, de Chaudière-Appalaches et des Laurentides.

On dénote aussi que, plus les Québécois sont âgés, plus ils estiment que les médias sociaux ont un impact général négatif.

Les résultats de cette enquête couvrent l'ensemble du Québec, mais aussi chacune des régions et un total de 111 localités. Des résultats et des opinions qui sont loin d'être uniformes et qui varient d'une région et d'une localité à une autre.

Le Québec serait, en fait, divisé en deux sur cette question. Il y a en effet autant de personnes croyant que les médias sociaux accentuent le fossé entre les générations qu'il y a de personnes affirmant le contraire.

Les Québécois de tous âges et de toutes régions estiment, dans une proportion de 78 %, que les médias sociaux créent une fausse impression de contact humain. Ce taux monte à 82 % sur la Côte-Nord ainsi que dans Lanaudière et à 80 % dans Chaudière-Appalaches.
Par contre, 51 % des gens sont d'avis que les médias sociaux aident à lutter contre la solitude.

Parmi les répondants, un sur quatre affirme avoir été mobilisé sur un enjeu social ou politique par les médias sociaux au cours de la dernière année. Sans surprise, c'est à Montréal que le taux est le plus élevé, avec 31 %. Chez les jeunes de 18 à 29 ans, on parle même de 46 %.

Les médias sociaux auraient de plus influencé l'opinion sur une entreprise, un produit ou un service de 17% des répondants.

Trop d'importance aux médias sociaux dans les nouvelles

Pour 37 % des Québécois, la télévision accorderait trop d'importance, dans les émissions d'affaires publiques et les bulletins de nouvelles, aux nouvelles véhiculées par les médias sociaux. Un résultat qui grimpe à 50 % chez les gens âgés de 60 ans et plus.

Fait intéressant, sur les 92 % de Québécois affirmant avoir développé une forme de dépendance dans leur vie, Internet détrône cette chère télévision avec 73 %. En tête de liste, on retrouve donc le web, la télévision (64%), la caféine (49%) et le sexe (45%).

Mis à part Internet, les réseaux sociaux et les dépendances, l'enquête s'est aussi penchée sur l'horaire des enfants d'aujourd'hui (que 39 % des Québécois trouvent trop chargé), le fait qu'ils sont trop laissés à eux-mêmes (51 % des répondants le croient) et le taxage scolaire. Plus de la moitié pense ainsi qu'il y a plus de taxe dans les écoles aujourd'hui que lorsqu'ils étaient enfants.

Loading Slideshow...
  • Des marionnettes NYSYNC

    Ces affreuses marionnettes à l'effigie du groupe NYSYNC sont en vente pour 20$.

  • Un mini cheval

    Radio Chapel Ranch, une organisation du Texas, vendrait son <a href="https://apps.facebook.com/marketplace/sale/pet/horse/-/-/usa:tx:dallas/?rfb_domain=facebook-dallas.oodle.com" target="_hplink">mini palomino mare</a>, prénommé Kharrie, pour 550$.

  • Des massages

    Un marchand de Tulsa, situé en Oklahoma, offre des massages pour 50$.

  • Un bébé dragon bleu (Sur CastleVille)

    Les adeptes de <a href="https://apps.facebook.com/playcastleville/" target="_hplink">CastleVille</a> savent de quoi on parle. Pour 55 couronnes, soit environ 7$ chacun, offrez-vous un <a href="http://blog.games.com/2012/05/15/castleville-baby-dragons/" target="_hplink">bébé dragon bleu</a>!

  • Une baguette magique «de fée»

    Au cas où vous en auriez besoin d'une, vous pouvez l'acheter sur Facebook. Celle-ci (en photo) s'est vendue pour 45$.

  • Un ours Grizzly en peluche de vaie taille

    Cet ours était dans la vitrine d'un magasin de jouets. Qui voudra l'adopter pour 800$?

  • Des prédictions «karmiques» de vos relations

    Des problèmes dans vos relations? Pour seulement 5$, vous pouvez y voir plus clair.

  • Un «Birdquake» (sur Angry Birds)

    Si vous êtes accro au jeu <a href="https://apps.facebook.com/angrybirds/?ref=ts" target="_hplink">Angry Birds</a>, vous apprécierez sûrement d'avoir un «Birdquake», vendu à différents prix variant de 20 à 1000$.

  • Des poignets de portière de GMC 2009

    Si vous avez perdu les poignées des portières de votre Sierra GMC 2009, vous pouvez vous en procurer pour 140$.

  • L'équipement pour faire des tatouages

    Disponible pour 300$, selon l'annonce sur Facebook.

  • Des fruits de mer frais d'Alaska

    Vous pouvez acheter neuf livres de pinces de homard géant pour 207$ et vous les faire envoyer gratuitement.

  • Une licorne (Sur FishVille)

    Vous pouvez acheter une licorne pour <a href="https://apps.facebook.com/fishville/money.php?appRef=marketDialogGetCoins&force_s=1" target="_hplink">10 dollars de sable, ou 2$</a>.

  • Un singe roi (au poker Zynga)

    Au poker Zynga), vous pouvez utiliser vos jetons pour acheter n'importe quoi... et pas juste parier. <a href="https://apps.facebook.com/texas_holdem/?fb_source=dashboard_toplist&state=f45a27fdbaa56291612be6d9f1331bc4&code=AQAgiZ94BIfiWj4fd1dX97r0aToyLH7ydhonI5VAcDLW8fQzSjvv-ImJOKA6S0fw1f1XKNDNcM_g3y2u5b4vX4MHvJgwKLhpN0dIzJab7-RsOCB8FV5AQL45aqZ_5bwB4i9myq9K36SAI6l1Mn2JZld0qpbd9HHiIgu2haV8vteWDc6u9PHihqv7XqRbNjE-Ko4#_=_" target="_hplink">Ce singe roi</a>, par exemple, se vend environ 1,40$.


Loading Slideshow...
  • Attendez-vous à une réponse

    Prenez-le comme un karma: si quelqu'un a publié quelque chose sur votre mur, il/elle s'attend à une réponse.

  • Pas de manque de respect

    Le vieil adage «Si vous n'avez rien de gentil à dire, ne le dites pas» s'applique aussi sur Facebook.

  • Réfléchissez avant de publier

    Tout ce que vous publiez sur le mur d'un(e) amie(e) a des conséquences. Souvenez-vous en.

  • Ne republiez pas

    Si un(e) ami(e) supprime quelque chose sur son mur (photo, commentaire...), il/elle a sûrement une bonne raison. N'allez pas vous l'approprier et le republier.

  • N'agissez pas comme un étranger

    Un média social peut être un bon moyen de rester en contact avec des amis, mais il ne remplace pas le contact humain. Voyez vos amis de temps en temps <strong>en personne</strong>.

  • Soyez honnête

    Personne ne veut être ami avec un(e) menteur(se), même sur Facebook!

  • Ne soyez pas «accro»

    Il est difficile de se déconnecter de Facebook avec les cellulaires et autres appareils mobiles... Mais ce n'est pas une excuse pour devenir dépendant de Facebook. Ce n'est pas parce qu'un(e) ami(e) ne vous a pas répondu tout de suite que vous devez lui en vouloir.

  • Protégez-vous

    Facebook est une arme à double tranchant: ce n'est pas parce que la plupart de vos amis ont adoré cette photo rigolote de vous publiée pendant le temps des fêtes que quelqu'un ne va pas la ressortir plus tard... pour se venger de vous.

  • Gardez ça «professionnel»

    Utilisez votre «bon sens» quand il s'agit d'interagir avec vos «amis» sur Facebook.

  • Pensez au boulot!

    Si vous avez un doute, demandez-vous avant de publier un <em>post</em>: «Que va en penser mon patron, ou encore les amis de mon patron?»


Suivre Le HuffPost Québec