QUÉBEC - Les sociétés d'État devraient renoncer à diriger leurs cadres vers les cliniques privées pour obtenir des bilans de santé.

Les hauts fonctionnaires de ces sociétés d'État devraient plutôt faire comme tout le monde et fréquenter le réseau public, a prévenu mardi le ministre de la Santé, Réjean Hébert.

Cette pratique, tolérée depuis des années à Québec, a assez duré, a-t-il dit, en point de presse, dénonçant du même coup la complicité du gouvernement libéral précédent qui n'a rien fait pour y mettre un terme, tout en vantant les mérites du secteur public.

Car, selon lui, plus les hauts fonctionnaires se tourneront vers les cliniques privées pour obtenir un bilan de santé et plus les médecins seront tentés de quitter le secteur public pour pratiquer au privé, pénalisant d'autant les patients qui fréquentent le réseau public.

«Il faut couper ce cercle vicieux», a dit le ministre, en notant que cette pratique pouvait avoir pour effet d'augmenter l'attente dans le réseau public, si certains médecins le désertent.

«Il faut cesser cette pratique qui a cours actuellement», a-t-il insisté, accusant l'ex-gouvernement libéral «de s'être mis la tête dans le sable», en refusant de reconnaître ce problème.

«Je pense qu'il y a un problème et il faut le régler», a-t-il ajouté.

Le ministre dit vouloir faire le ménage dans les cliniques privées car certaines d'entre elles, qui offrent des bilans de santé, «sont à la marge de la légalité, et même il y en a que c'est tout à fait illégal».

Il note que la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) va rendre bientôt des décisions sur certaines de ces cliniques, dont la clinique Médysis à Montréal.

«Si le cadre réglementaire et le cadre législatif actuel n'est pas suffisant, il va falloir le changer», a-t-il commenté.

Loading Slideshow...
  • Un gouvernement du Parti québécois ne <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/06/pq-integrite-elus_n_1749328.html" target="_hplink">demandera pas à ses élus de remplir la caisse électorale</a>, pas plus à ses ministres qu'à ses députés. L'effort reposera sur les militants.

  • Le Parti québécois a <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/04/soins-domicile-parti-quebecois_n_1742718.html" target="_hplink">promis la création d'une politique nationale de soins et de services à domicile</a>. Pauline Marois veut regrouper et augmenter les services offerts aux personnes en perte d'autonomie qui souhaitent rester à la maison. La chef péquiste a promis d'ajouter 120 millions de dollars aux 380 millions déjà prévus par le gouvernement, pour atteindre une enveloppe de 500 millions d'ici cinq ans.

  • <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/03/marois-pq-banque-developpement-quebec_n_1737944.html" target="_hplink">Création d'une Banque de développement économique du Québec</a> dont le mandat serait de soutenir la croissance, d'aider les entreprises à démarrer, surtout en région et dans le domaine de l'économie sociale, en leur donnant accès à du capital de risque.

  • La chef du Parti québécois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/13/parti-quebecois-garderies-place-enfant_n_1772776.html" target="_hplink">«garantit» une place en garderie pour tous les enfants qui en ont besoin d'ici la fin du premier mandat d'un gouvernement péquiste</a>. Le PQ maintiendra le tarif à 7$ jusqu'à ce que l'objectif d'une place par enfant soit atteint.

  • Pauline Marois a promis de<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/02/charest-parle-economie-adversaires-le-ciblent_n_1733168.html" target="_hplink"> tenir un vaste sommet sur la gestion et le financement des universités</a> et d'abroger la loi 78, que la leader souverainiste juge «ignoble».

  • Un gouvernement Marois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/02/charest-parle-economie-adversaires-le-ciblent_n_1733168.html" target="_hplink">embauchera 600 professionnels supplémentaires d'ici 2015 afin de contrer le décrochage scolaire</a>. Le PQ évaluera aussi la possibilité d'implanter dans les milieux défavorisés la maternelle à quatre ans à temps plein, et verra à renforcer l'autonomie des établissements scolaires.

  • Un gouvernement péquiste <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/09/pauline-marois-pq-fonds-protection-entreprises_n_1760351.html" target="_hplink">reviendra à une forme de nationalisme économique à la Caisse de dépôt</a> en créant un fonds d'investissement stratégique de 10 milliards $, pour protéger les entreprises contre les prises de contrôle étrangères.

  • Pauline Marois a promis de faire <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/14/pq-propose-une-charte-laicite_n_1775508.html" target="_hplink">adopter une charte de la laïcité</a> dans les services publics advenant l'élection de son parti. La charte reposerait sur les principes de neutralité de l'État et de prépondérance de l'égalité entre les femmes et les hommes.