BIEN-ÊTRE

Les scientifiques ne comprennent toujours pas l'origine du hoquet

26/11/2012 03:31 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST
Shutterstock

TORONTO - On boit trop, on mange la mauvaise chose — et soudainement, on est aux prises avec une crise de hoquet. Qu'est-ce qui se passe?

Pourquoi des facteurs en apparence insignifiants incitent-ils notre corps à produire des sons bizarres et dérangeants à répétition ? Pourquoi, dans certains cas malheureux, le hoquet dure-t-il si longtemps — voire pendant des années? La seule réponse honnête: les scientifiques ne le savent pas.

Même s'il est plutôt fréquent, surtout à l'enfance, la science ne comprend pas l'utilité — s'il y en a une — du hoquet.

«Le hoquet n'a aucune fonction évidente. Ça ne veut pas dire qu'il n'y en a pas — mais on ne l'a pas encore trouvée», explique Robert Provine, neuroscientifique et professeur à l'université du Maryland.

M. Provine étudie les origines et fonctions sociales de certains comportements humains étranges, comme le hoquet. Il a publié un livre sur le sujet plus tôt cette année, «Curious Behaviours: Yawning, Laughing, Hiccupping and Beyond» (Le bâillement, le rire, le hoquet et autres comportements bizarres).

Même si rien n'explique concrètement le comportement, plusieurs faits intéressants sont associés au hoquet. Commençons par ce bruit inusité.

Le hoquet se produit quand deux choses surviennent en succession rapide: inhalation soudaine et involontaire, suivie d'une fermeture abrupte de la glotte — l'ouverture entre les cordes vocales dans la partie supérieure du larynx.

«Le son 'hic' du hoquet provient de la glotte qui se referme», a expliqué le professeur Provine.

Le hoquet pourrait avoir une origine vestigiale, une fonction oubliée par l'évolution dans le développement humain et dont l'utilité — si elle a jamais existé — est maintenant disparue. Il pourrait aussi s'agir de quelque chose dont nous avons besoin au début de notre développement mais inutile par la suite. Le foetus souffre du hoquet dans l'utérus, à partir de la huitième semaine environ. «Ce n'est pas seulement présent, c'est un des comportements prénataux les plus fréquents. C'est plus fréquent que les mouvements respiratoires», a dit M. Provine.

Les bébés prématurés ont fréquemment le hoquet. En fait, un commentaire sur le hoquet publié il y a plusieurs années dans la revue médicale «Gut» affirmait que les prématurés passent en moyenne 2,5 pour cent de leur temps à avoir le hoquet. Le commentaire rédigé par Peter Kahrilas et Guoxiang Shi, de la faculté de médecine de l'université Northwestern, révèle que les foetus et les bébés prématurés ont des crises de hoquet qui ne semblent causées par aucun stimulus identifiable.

«Cela porte à croire que pendant la période prénatale, quand les voies respiratoires ont besoin d'évoluer rapidement, le hoquet joue un rôle de survie, ont-ils écrit. Peut-être le hoquet est-il essentiellement un exercice isométrique programmé des muscles inspiratoires qui sont superflus in utero mais qui n'ont pas le temps d'évoluer après la naissance.»

MM. Kahrilas et Shi ajoutent que le hoquet est peut-être un réflexe vestigial après la naissance.

En fait, on sait que la tendance à souffrir du hoquet décline avec l'âge. Les enfants ont le hoquet plus souvent que les adultes, et la fréquence du hoquet diminue avec l'âge, a dit M. Provine.

Seule exception: les hommes plus âgés qui sont opérés au thorax souffrent parfois de crises prolongées de hoquet, a-t-il ajouté. Si le hoquet n'est fréquemment qu'un problème agaçant, il pourra interférer avec la guérison après une chirurgie.

Une autre différence existe entre les sexes: les femmes ont le hoquet plus souvent que les hommes après la puberté, surtout pendant les jours qui précèdent l'ovulation, mais très rarement pendant la grossesse.

Un hoquet de 68 ans

Le hoquet ne survient généralement pas seul, et peut durer quelques minutes et plus. Pendant combien de temps?

Le record est détenu par feu Charles Osborne, d'Anthon, dans l'Iowa. M. Osborne a eu le hoquet pendant 68 ans, le problème ne disparaissant que deux ans avant sa mort en 1991 à l'âge de 98 ans. Le Livre des records Guiness révèle qu'il avait le hoquet environ 40 fois par minute, une fréquence qui a réduit de moitié vers la fin de la crise.

Un hoquet incessant peut aussi témoigner d'une maladie. La littérature médicale indique que le problème peut être provoqué par une multitude de problèmes, y compris des traumatismes et lésions au cerveau, des infections, des ulcères gastroduodénaux, des problèmes du système nerveux central, des problèmes métaboliques et même l'anesthésie.

Quoi faire ?

Les remèdes potentiels sont presque plus fréquents que les causes, a dit l'expert. Et ce qui fonctionne pour un ne fonctionnera pas nécessairement pour l'autre.

La section des lettres à l'éditeur du British Medical Journal a ouvert ses pages à une discussion sur une «solution magique» au hoquet en 2006. On suggérait de boucher les deux oreilles en appuyant sur le tragus — le petit morceau de cartilage qui se trouve devant le conduit auditif — tout en utilisant une paille pour boire un verre d'eau entier, sans faire de pause.

On suggérait aussi de boire de l'eau à partir du côté opposé du verre, d'avaler une cuillerée de sucre ou de siroter du jus de citron.

M. Provine croit que le simple fait d'observer la personne touchée peut suffire à faire disparaître le hoquet. C'est ce qui s'est produit quand il a tenté de filmer des enfants ayant le hoquet pour ses recherches.

«En fait, lors de mes neuf premières tentatives, le hoquet est disparu dès que j'ai allumé la caméra, a-t-il dit. C'est ma 'solution de la caméra'.»

Il inclut d'autres solutions dans la catégorie de ce qu'il appelle «la remise à zéro neurologique». La consommation d'eau et de sucre, explique-t-il, vise à provoquer une réaction motrice primaire pour rivaliser avec le hoquet et le supplanter.

«Dans tous ces cas, il y a une expérience sensorielle très intense, a dit M. Provine. Mais je ne comprends pas si c'est la composante sensorielle ou si c'est la réponse de déglutition ou quoi, quand on provoque une réponse qui en bloque une autre.»