Cogeco Diffusion a suspendu, vendredi, son animateur Jacques Fabi après un incident survenu sur les ondes du 98,5FM qui impliquait des propos disgracieux sur la communauté juive. L'animateur est suspendu sans solde pour une durée d'un mois.

Jacques Fabi, un animateur à la longue feuille de route, tient la barre de l'émission «Fabi la nuit», diffusée en semaine de minuit à 5h00.

L'incident en cause est survenu le 21 novembre alors qu'une auditrice nommée «Maria», qui se dit d'origine arabe, intervient lors d'une tribune libre. La conversation survient en plein conflit entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

D'entrée de jeu, l'auditrice débute son intervention en comparant les Israéliens à des chiens. L'animateur n'a pas cru bon de reprendre la dame.

Celle-ci a poursuivi en affirmant que l'Holocauste représente pour elle «la plus belle chose qui puisse arriver pour l'Histoire». Jacques Fabi dit alors qu'il ne pourrait jamais affirmer une telle chose en ondes, sans toutefois corriger ou contredire l'auditrice.

«Ici, dans ce pays démocratique, il ne faut jamais rien dire d'offensant contre les Israéliens, parce que ça peut coûter cher, vous savez», dit l'animateur en réponse aux commentaires de l'auditrice.

Il poursuit: «Nous avons, dans ce beau pays, madame, la liberté d'expression, mais il ne faut jamais s'adresser... il ne faut jamais tenir des propos négatifs de quelque nature que ce soit contre le peuple juif sinon on risque d'avoir des conséquences. C'est comme ça.»

Jacques Fabi ajoute plus loin au sujet de cette supposée omerta juive: «Moi ça m'emmerde en maudit». Il affirme également que les Juifs ont parfois «un comportement emmerdant».

Dans une lettre transmise aux médias lundi, Jacques Fabi a offert ses excuses à la communauté juive, de même qu'aux employés de Cogeco Diffusion et à ses auditeurs.

«De penser que j'endosserais des commentaires de cette nature ne pourrait pas être plus loin de la vérité. Je n'avais pas l'intention de les encourager, mais j'admets que j'ai été négligent. Je n'ai jamais banalisé la tragédie horrible qu'est l'Holocauste et je ne le ferai jamais», écrit-il en anglais uniquement.

Dans un communiqué de presse, Cogeco Diffusion a également présenté ses excuses au sujet de l'incident: « COGECO Diffusion et le 98.5 fm n'endossent d'aucune façon les propos qui ont été tenus en ondes et déplorent sans réserve le manque de jugement de son animateur dans ce dossier», écrit l'entreprise.

Vous pouvez écouter des segments de l'intervention sur le site de Radio EGO.

Loading Slideshow...
  • Les 7 géants des médias au Canada

  • Postmedia - 1,1 milliard $

    Postmedia a été créée en 2010, après le démantèlement de Canwest. Un consortium mené l'ancien PDG de Canwest Paul Godfrey a acheté actifs des journaux de Canwest, dont le National Post, le Ottawa Citizen et le Calgary Herald, de même que deux quotidiens de Vancouver. En photo: le PDG de Postmedia, Paul Godfrey <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Torstar - 1,48 milliard $

    Torstar détient le Toronto Star, plus important quotidien au pays. L'entreprise détient aussi la chaîne de magazine Metroland et l'éditeur Harlequin, qui publie des romans à l'eau-de-rose. En photo: l'édifice de Torstar à Toronto <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Shaw - 4,74 milliards $

    Le géant du câble dans l'ouest canadien est entré dans les ligues majeures en 2009 avec l'achat de plusieurs affiliés de CTV. L'entreprise fondée par Jim Shaw est toujours contrôlée par sa famille. En photo: le PDG Brad Shaw <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Quebecor - 9,8 milliards $

    Fondée par Pierre Péladeau, l'entreprise détient Sun Media et la chaîne de quotidiens Osprey, de même que Vidéotron, TVA et nombre de publications et de sites web. Le fils de Pierre Péladeau, Pierre-Karl, a occupé le poste de PDG de 1999 à 2013. Depuis mars 2013, Robert Dépatie occupe ce poste. Photo: Pierre-Karl Peladeau <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Rogers - 12,1 milliards $

    Fondée par Ted Rogers, Rogers Communications est un acteur de premier plan dans le secteur du câble et des services sans-fil. L'entreprise contrôle Rogers Media, qui détient 70 publications, 54 stations de radio et plusieurs chaînes de télé, dont CityTV et The Shopping Channel. En photo: Le PDG de Rogers, Nadir Mohamed <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Woodbridge (Thomson Reuters) - 13,8 milliards $

    Woodbridge est le holding de la milliardaire famille Thomson. L'entreprise contrôle 55 % de Thomson Reuters, l'une des plus grandes organisations médias. En photo: le fondateur Kenneth Thomson photographié en 2003. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Bell Canada (BCE) - 18,1 milliards $

    BCE est l'une des plus importantes entreprises canadiennes, avec ses services de téléphonie, de web et de télévision. Sa filiale Bell Média a acheté les stations de radio du groupe CHUM en 2006, et celles d'Astral Media en 2012. Bell détient également le réseau CTV. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>