NOUVELLES

Hydro-Québec enregistre une perte nette de 1,45 milliard de dollars pour le 3e trimestre

26/11/2012 02:51 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST
Radio-Canada.ca

MONTRÉAL - Les contrats avantageux consentis aux alumineries et le lock-out chez Rio Tinto Alcan ont une fois de plus grevé les résultats d'Hydro-Québec au troisième trimestre.

Au cours de la période qui a pris fin le 30 septembre, les profits nets ont atteint 376 millions $ lorsqu'on exclut l'impact de la fermeture annoncée de la centrale nucléaire Gentilly-2. Il s'agit d'une baisse de 6,9 pour cent par rapport aux 404 millions $ dégagés pendant le trimestre correspondant de 2011.

Au troisième trimestre, les contrats déficitaires conclus avec les alumineries ont fait perdre 61 millions $ de plus à Hydro-Québec qu'au cours de la même période de l'an dernier. Les tarifs d'électricité prévus dans ces contrats fluctuent en fonction des cours de l'aluminium, qui ont baissé au cours des derniers mois.

Les résultats trimestriels d'Hydro ont aussi souffert des achats d'électricité de 45 millions $ que la société d'État a dû effectuer auprès de Rio Tinto Alcan en raison du lock-out décrété par cette dernière à son aluminerie d'Alma. En vertu d'une entente, Hydro doit acheter toute l'électricité produite par la centrale de Rio Tinto Alcan associée à cette usine.

Depuis le début de l'année, Hydro-Québec a ainsi versé 119 millions $ à Rio Tinto pour de l'électricité dont elle n'avait pas besoin, ce qui a diminué d'autant son bénéfice net. Même si le conflit a été réglé cet été, l'usine d'Alma n'a pas encore repris sa vitesse de croisière, de sorte qu'Hydro a encore dû acheter de l'électricité auprès de l'entreprise en octobre.

La demande d'électricité a par ailleurs reculé au Québec au troisième trimestre, plus particulièrement dans le secteur industriel.

Seul point positif: les revenus provenant des exportations nettes d'électricité ont augmenté de 51 millions $ grâce surtout à une hausse des volumes de vente.

Au final, les revenus trimestriels ont progressé d'à peine 0,3 pour cent pour s'établir à 2,62 milliards $.

Comme le gouvernement l'a déjà annoncé, la fermeture de Gentilly-2 entraînera pour Hydro-Québec une perte comptable de 1,8 milliard $, laquelle a été inscrite aux résultats du troisième trimestre. La perte nette de la période s'élève donc à 1,46 milliard $.

Dans la radiation de 1,8 milliard $, une portion de 978 millions $ représente la valeur des travaux préparatoires réalisés depuis 2001 en vue de la réfection de la centrale, un projet qui a finalement été abandonné avec l'arrivée au pouvoir du Parti québécois, en septembre. Gentilly-2 cessera ses activités le 28 décembre.

Une portion de 365 millions $ de la radiation de 1,8 milliard $ est quant à elle attribuable au fait que la fermeture de la centrale a été devancée de 27 ans par rapport à ce qui était prévu jusqu'ici.

Deuxième trimestre

Hydro-Québec a également publié lundi ses résultats du deuxième trimestre, qui auraient dû être rendus publics en août mais qui ne l'ont pas été en raison de la campagne électorale.

Les profits nets de cette période ont atteint 386 millions $, en baisse de 14,6 pour cent par rapport aux 452 millions $ enregistrés en 2011.

Comme au troisième trimestre, la hausse des pertes découlant des contrats conclus avec les alumineries, les achats d'électricité auprès de Rio Tinto Alcan et la baisse de la demande du secteur industriel ont nui aux résultats du deuxième trimestre.

Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre a totalisé 2,69 milliards $, en baisse de 4,3 pour cent.