NOUVELLES

Sommet sur le budget de l'UE: pas d'entente en vue

23/11/2012 12:37 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

Le sommet de Bruxelles sur le budget européen 2014-2020 a été interrompu dans la nuit de jeudi à vendredi, sans que les parties présentes n'aient trouvé une entente. Les négociations reprendront vendredi midi.

Les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne présents examineront, d'ici la reprise des négociations, de nouvelles propositions du président du Conseil européen, selon diverses sources. Elles seront débattues vendredi.

Avant le début du sommet, Herman Van Rompuy a rencontré tous les dirigeants de l'UE jeudi, afin de connaître les positions de chacun. Celles-ci sont toutes teintées d'intérêts nationaux, alors que l'économie reste en crise. Il propose un budget de 973 milliards d'euros, ce qui équivaut à 1,01 % du produit intérieur brut européen. Son nouveau compromis devrait toutefois voir la répartition des sommes modifiée, afin de satisfaire diverses demandes nationales.

Par exemple, la Politique agricole commune pourrait voir son enveloppe bonifiée de 8 milliards d'euros, en raison de l'insistance de la France, tandis que la politique de cohésion en faveur des pays les plus pauvres recevrait près de 11 milliards d'euros de plus. Toutefois, ses ajustements ne semblent rendre personne particulièrement heureux.

Peu d'optimisme

En conférence de presse après la suspension des travaux, le président François Hollande a déclaré qu'il était « probable » qu'il n'y ait pas d'accord sur le budget lors de cette rencontre. Il a toutefois estimé qu'il était à prévoir que la conclusion d'un compromis prenne du temps et qu'il ne s'agissait pas du « sommet de la dernière chance ».

Même son de cloche du côté de la chancelière allemande Angela Merkel, qui s'est aussi dite peu convaincue que les dirigeants apposeront leur signature sur une entente négociée. Elle avait déjà avancé qu'elle croyait qu'un deuxième sommet pourrait être nécessaire.

Le premier ministre britannique David Cameron a quitté la rencontre sans faire de déclaration, mais un diplomate a déclaré que les chiffres étaient loin de plaire au gouvernement britannique. M. Cameron pourrait porter l'odieux d'un sommet sans entente, puisqu'il souhaite des compressions beaucoup plus drastiques que ce qui est proposé. Une source a avancé qu'il plaide pour des coupes supplémentaires de 40 à 40 milliards d'euros.

M. Cameron refuse aussi de perdre le rabais de la contribution britannique à l'UE obtenue en 1984.

PLUS: