POLITIQUE

Les conservateurs attaquent Justin Trudeau alors que sa popularité augmente (VIDÉO/PHOTOS)

22/11/2012 06:42 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

OTTAWA - Les conservateurs ont effectué une première attaque concertée à l'endroit de Justin Trudeau — et un nouveau sondage en explique peut-être la raison.

Un sondage La Presse Canadienne Harris-Decima indique que la popularité du favori dans la course à la chefferie libérale n'est pas due à son héritage. Elle est en fait en train d'augmenter et cela pourrait venir ravir des votes à tous les partis, incluant le Parti conservateur.

Un total de 42 pour cent des répondants ont indiqué être certains ou qu'il était probable qu'ils votent pour les libéraux si M. Trudeau est à la tête du Parti — ce qui serait suffisant pour permettre aux Libéraux d'obtenir une majorité au Parlement.

Ce chiffre continue d'augmenter après être passé de 33 pour cent, en juin, à 36 pour cent, en septembre.

Le sondage indique que la popularité de M. Trudeau est particulièrement forte dans les provinces maritimes, où 60 pour cent des répondants ont dit qu'ils appuieraient les libéraux s'il en était le chef. Suivent ensuite le Québec (48 pour cent), la Colombie-Britannique (43 pour cent) et l'Ontario (41 pour cent).

La popularité du Parti libéral augmenterait aussi de manière significative dans les châteaux-forts conservateurs de l'Alberta (30 pour cent), du Manitoba (32 pour cent) et de la Saskatchewan (32 pour cent).

Le sondage téléphonique a été effectué entre le 15 et le 19 novembre auprès de plus de 1000 Canadiens. La marge d'erreur est de 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Il a donc été réalisé avant qu'une entrevue accordée par M. Trudeau en 2010 dans laquelle il tient des propos anti-albertains refasse surface jeudi dans un article de Sun Media. En l'espace de quelques secondes, les députés conservateurs ont commencé à célébrer dans la Chambre des communes alors qu'ils lisaient l'article sur leur téléphone.

Quelques minutes plus tard, les conservateurs ont remis des copies écrites des déclarations aux journalistes à l'extérieur des Communes. Le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, originaire de Calgary, a été désigné afin d'exprimer son indignation.

Dans l'entrevue accordée dans le cadre de l'émission Les Francs-tireurs, M. Trudeau déclare: «Le Canada fait dur maintenant parce que c'est des Albertains qui contrôlent notre agenda communautaire et socio-démocratique et ça marche pas.»

Quand on lui demande si le Canada est mieux servi quand il y a plus de Québécois au pouvoir que d'Albertains, il répond: «Je suis libéral, donc c'est sûr que je pense que oui.

«Quand on regarde les grands premiers ministres du 20e siècle, les seuls qui ont vraiment tenu le coup, c'était des députés du Québec. (...) Ce pays, le Canada, est à nous.»

L'équipe de M. Trudeau a rapidement émis un communiqué dans lequel elle accuse les conservateurs d'utiliser «des déclarations hors-contexte effectuées il y a des années lors d'une longue entrevue» afin de lancer une campagne de dénigrement visant à donner un second souffle aux conservateurs à l'approche d'élections partielles à Calgary.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le style non-conventionnel de Justin Trudeau