NOUVELLES

Massacre de chiens de traîneau : peine de 3 ans avec sursis

22/11/2012 09:24 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

La cour a infligé une peine de 3 ans avec sursis et une amende de 1500 $ à l'homme qui a mis à mort de 56 chiens de traîneaux à Whistler en 2010.

Robert Fawcett faisait face à une peine possible de cinq ans de prison et une amende maximale de 75 000 $.

À l'audience de détermination de la peine jeudi, la cour a entendu de la diabolisation publique de l'homme était d'une certaine façon une punition plus sévère que ce que la justice pouvait lui infliger.

La cour a également entendu que le propriétaire de la compagnie exerçait des pressions auprès de Robert Fawcett pour que ce dernier se débarrasse d'un certain nombre de chiens en raison du déclin touristique qui a suivi la fin des Jeux olympiques.

Ce dernier se serait donc senti obligé de les euthanasier.

La Couronne, qui soutenait que l'homme avait commis un acte légal en utilisant une méthode illégale, demandait trois ans avec sursis et 5000 $ d'amende.

Description du massacre

Robert Fawcett a tué plusieurs chiens à coup de balle, mais certains ne sont pas morts sur le coup. La tuerie a semé la panique parmi les bêtes restantes qui se sont enfuies.

Robert Fawcett les a poursuivies et a parfois dû les maintenir au sol pendant qu'il leur tirait une balle ou les égorgeait.

Selon la Courone, au moins neuf chiens ont souffert une mort horrible.

La description du massacre a fait réagir plusieurs membres de l'assistance. Certains ont versé des larmes et d'autres n'ont pu retenir leurs exclamations.

Un homme qui aime les chiens

La Courone a également souligné que les chiens étaient davantage des animaux de compagnie que des animaux de labeur pour Robert Fawcett et que ce dernier a été terriblement traumatisé par le massacre.

Les avocats de la Courone l'ont décrit comme étant défait, démonisé, et selon une évaluation psychologique, un danger uniquement pour lui-même.

La Courone a demandé à la Cour de s'en tenir aux faits et de ne pas se laisser influencer par les réactions du public.

Des manifestants qui s'étaient déplacés pour l'audience ont déclaré que la Cour devrait également tenir compte du fait que Robert Fawcett aurait tout simplement pu refuser de tuer les chiens.

Rappel des faits

La tuerie a été découverte en janvier 2011 quand Robert Fawcett a déposé une demande d'indemnisation pour désordre de stress post-traumatique auprès de la société de la santé et de la sécurité provinciale (WorkSafeBC).

La nouvelle du massacre a choqué les citoyens de la province et fait le tour du monde.

Les carcasses d'une cinquantaine de chiens ont été exhumées d'une fosse commune en mai 2011 dans le cadre d'une enquête de la Société de la prévention de la cruauté envers les animaux de la Colombie-Britannique (BC SPCA).

Au moment du crime, Robert Fawcett était gérant de l'entreprise touristique Howling Dog Tours dont les chiens servaient à Outdoor Adventures de Whistler pour des excursions touristiques.

PLUS: