Place au cinéma! ... L'Histoire de Pi, Le Grand Soir, L'Aube rouge, Le Bon Côté des choses, Le Réveil des gardiens... Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.


Loading Slideshow...
  • L'Histoire de Pi (Life of Pi) (3)

    <strong>États-Unis. 2012. 125 min.</strong> Aventures de Ang Lee avec Suraj Sharma, Irrfan Kahn, Adil Hussain, Tabu, Rafe Spall, Ayush Tandon, Gautam Belur, Gérard Depardieu, Vibish Sivakumar. Pi Patel grandit entouré des animaux sauvages du zoo fondé par son père à Pondichéry, ancien comptoir français du Sud de l'Inde. À l'adolescence, dans un élan mystique, il annonce à ses parents qu'il souhaite être à la fois bouddhiste, chrétien et musulman. C'est dans cet état d'esprit singulier qu'en 1977, le garçon quitte son pays natal pour aller s'établir au Canada avec sa famille. À bord d'un cargo transportant leurs animaux destinés à être vendus en Amérique, les Patel entreprennent la traversée du Pacifique. Mais une violente tempête provoque le naufrage du navire. Pi, seul humain à survivre, vogue dans un canot de sauvetage, en compagnie d'un zèbre blessé, d'une orang-outan, d'une hyène et d'un tigre du Bengale. Ce dernier ayant éliminé la hyène, qui avait massacré le zèbre et le singe, l'adolescent doit rivaliser d'astuce pour maintenir à distance la bête féroce sur la petite embarcation. Au terme de 227 jours d'une éprouvante cohabitation, marquée par d'étonnantes aventures, Pi, à bout de force, échoue sur une plage de la côte du Mexique. Pour traduire à l'écran l'univers singulier du roman de Yann Martel, Ang Lee (HULK) a opté pour une approche poétique et onirique qui accentue le caractère symbolique de ce récit de survie. Des compositions visuelles d'une beauté à couper le souffle et le jeu fougueux du nouveau venu Suraj Sharma contribuent grandement à cette belle réussite.

  • Le Grand Soir (4)

    <strong>France. 2012. 92 min.</strong> Comédie de Benoît Delépine et Gustave Kervern avec Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Brigitte Fontaine, Areski Belkhacem, Bouli Lanners, Serge Larivière. Not se plaît à errer avec son chien dans la zone commerçante d'une banlieue et à insulter copieusement les clients. La présence de cet autoproclamé "plus vieux punk d'Europe" n'échappe pas à son frère Jean-Pierre, vendeur dans un magasin de lits. Lorsque cet homme rangé et conformiste est réduit au chômage, Not le prend sous son aile, lui fait subir une transformation spectaculaire et le rebaptise Dead. Ensemble, Not et Dead font les quatre cents coups sous le regard médusé de leurs parents, propriétaires d'un restaurant déserté par les clients. Devant la crise économique qui s'aggrave, les deux frères décident de sortir les banlieusards de leur torpeur. Les Belges Benoît Delépine et Gustave Kervern (MAMMOUTH) s'attaquent au consumérisme et à l'apathie citoyenne dans cette comédie visuellement sans grâce, en phase avec le paysage défiguré que les deux protagonistes ratissent avec frénésie. En anarchistes de centres commerciaux, Benoît Poelvoorde et Albert Dupontel ne reculent devant aucune outrance.

  • L'Aube rouge (Red Dawn) (6)

    <strong>États-Unis. 2012. 93 min.</strong> Drame de guerre de Dan Bradley avec Chris Hemsworth, Josh Peck, Adrianne Palicki, Josh Hutcherson, Isabel Lucas, Connor Cruise. Solkane, dans l'État de Washington. Après six ans d'absence, Jed rentre d'Afghanistan et essuie les remontrances de son jeune frère Matt, qui lui en veut d'être parti sans crier gare. Dans la foulée de ses retrouvailles acrimonieuses, l'armée nord-coréenne envahit la ville. Chef de police de Solkane, le père de Jed et Matt est exécuté, tandis que la majorité de la population est faite prisonnière, y compris Erica, la petite amie de Matt. Estimant qu'ils seront plus en sécurité en forêt, Jed rassemble une poignée de camarades de classe de son frère et entreprend de les entraîner au combat. Rapidement, le commando improvisé devient une menace pour l'envahisseur, ainsi qu'un espoir pour l'Amérique. Déjà handicapé par un scénario pauvre et des interprètes peu crédibles, ce remake d'un film de 1984 repose en plus sur une prémisse ridicule. Gauche, la première réalisation de Dan Bradley, un coordinateur de cascades, abuse à la fois du gros plan et de la caméra à l'épaule en mode guérilla. Du coup, le film génère plus de confusion que de tension.

  • Le Bon Côté des choses (Silver Linings Playbook) (3)

    <strong>États-Unis. 2012. 122 min.</strong> Comédie dramatique de David O. Russell avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Jacki Weaver, Anupam Kher, Julia Stiles, Chris Tucker. Sorti prématurément de l'hôpital psychiatrique, Pat, enseignant bipolaire, retourne vivre à Philadelphie auprès de ses parents. Objectif: reprendre le contrôle sur sa vie et surtout, reconquérir son épouse Nikki, qui le maintient à distance au moyen d'une injonction. Résolu à ne plus voir que le bon côté des choses, Pat fait la vie dure à sa mère soumise qu'il adore et à son père, un amateur de football superstitieux qui verse dans les paris clandestins. Par l'intermédiaire d'un ami, il fait la connaissance de Tiffany, une jeune veuve à l'équilibre mental fragile. Dans l'espoir secret de conquérir cet énergumène au franc-parler en qui elle reconnaît une parenté d'esprit, la jeune femme se propose de jouer les intermédiaires entre lui et Nikki. Elle pose toutefois une condition: qu'il participe avec elle à un concours de danse. Cette tragicomédie dans la continuité de THE FIGHTER, du même cinéaste, est pulsée par une intrigue qui déboule sans laisser voir les ressorts qui l'actionnent, ainsi que par une mise en scène d'une vélocité fulgurante, épousant l'état d'esprit du héros bien campé par Bradley Cooper. Jennifer Lawrence est inoubliable en jeune veuve à la fois agnelle et tigresse.

  • Chasseurs de fruits (The Fruit Hunters) (4)

    <strong>Canada. 2012. 95 min.</strong> Documentaire de Yung Chang. Portraits de divers passionnés des fruits, prêts à aller chasser les spécimens les plus rares à l'autre bout du monde, à faire pousser des espèces exotiques dans un verger communautaire à Hollywood ou à protéger les plus menacés contre les maladies et la surcommercialisation. En rupture avec ses films précédents (UP THE YANGTZE, CHINA HEAVYWEIGHT), campés dans son pays natal, Yung Chang se penche sur un sujet inusité et pourtant universel, qu'il traite dans un style visuel exquis, d'une grande sensualité. La qualité des intervenants compense pour le manque de force dramatique de l'ensemble.

  • Ma vie réelle (3)

    <strong>Canada. 2012. 90 min.</strong> Documentaire de Magnus Isacsson. Quatre jeunes de Montréal-Nord tentent de sortir du cercle vicieux de la pauvreté et de la criminalité. Bien déterminé à retourner aux études, le décrocheur Danny Raymond doit d'abord relever son plus grand défi: apprendre à gérer son budget et à résister aux pièges de la surconsommation. Bien qu'il passe ses fins de semaine en prison, Michael Stiverne, ex-membre d'un gang de rue et futur papa, entend inculquer à son enfant des valeurs d'honnêteté et de persévérance. Son petit frère Mikerson, dont il s'occupe seul depuis que leurs parents sont retournés en Haïti, exprime sa rage de vivre dans des pièces de hip hop, produites par Don Karnage, rappeur, intervenant social et mentor auprès des jeunes du quartier. Don aide également Alexandre Bryson, un adolescent talentueux dont la mère est une toxicomane bipolaire. Cet ultime documentaire du regretté Magnus Isacsson (VU DU SOMMET, LA BATAILLE DE RABASKA) s'avère également son plus réussi. Tourné sur une période de 18 mois, le film propose quatre tranches de vie qui témoignent à la fois des préoccupations sociales de l'auteur et de son empathie pour ses sujets attachants, qui se livrent avec abandon.

  • Le Réveil des gardiens (Rise of the Guardians) (4)

    <strong>États-Unis. 2012. 97 min.</strong> Film d'animation de Peter Ramsey. Sous la gouverne d'un Père Noël à l'accent russe, une troupe de valeureux gardiens composée du fougueux lapin de Pâques, de la belle fée des dents et du silencieux marchand de sable, protège les rêves des enfants du monde entier. Or, ces songes sont menacés par le méchant Pitch Black, prêt à tout pour les transformer en cauchemars. Devant cette menace, les gardiens se mobilisent et reçoivent de la Lune l'ordre de recruter le Bonhomme Hiver, qui évolue en solitaire depuis près de trois cent ans. Forts de l'aide de ce dernier, les agents du Père Noël passent à l'action. Mais le temps presse, car il ne reste plus qu'un seul enfant sur Terre à croire que les Gardiens agrémentent leurs rêves. RISE OF THE GUARDIANS fait se croiser l'univers reconnaissable des super-héros avec les personnages du folklore occidental, affublés pour la circonstance de pouvoirs exceptionnels permettant le déploiement d'une impressionnante imagerie fantastique. Si les poursuites peuvent lasser, nous sommes malgré tout en présence d'un divertissement de haut calibre.

  • Le Royaume de glace - À la recherche de la corne enchantée 3D (Blafjell 2 - Jakten pa det magiske horn) (4)

    <strong>Norvège. 2011. 86 min.</strong> Aventures de Arne Lindtner Naess avec Ane Viola Semb, Johan Tinus Lindgren, Toralv Maurstad, Per Christian Ellefsen, Elsa Lystad, Geir Morstad. Émergeant de leur hibernation automnale, les gnomes bleus se mettent à l'ouvrage afin que Noël soit fêté dignement, sur ordre de leur nouvelle reine, la toute jeune Bleuette. Pendant ce temps, dans la vallée des gnomes rouges, un glacier menace les habitations. Le jeune roi Dreng fait appel à son amie Bleuette. Celle-ci se rappelle avoir entendu les Anciens parler d'une corne enchantée capable de souffler aussi bien le chaud que le froid. Mais cette corne, qui pourrait sauver les sujets de Dreng, est cachée au plus profond de la montagne grise, exploitée par les hommes pour ses ressources en charbon de bois. Avec l'aide d'un Troll mousseux rencontré en chemin, Bleuette et Dreng affronteront mille périls dans l'espoir de mettre la main sur le précieux objet. Ce remodelage habile, au moyen de la technologie 3D, des univers du Germinal de Zola, de DARK CRYSTAL et de la mythologie nordique, se démarque surtout par le soin apporté à sa direction artistique, ainsi que par la force de son message écologiste et humaniste. À l'inverse, l'ensemble manque de tonus et l'interprétation n'est pas toujours au diapason.

  • La Vierge, les coptes et moi (5)

    <strong>France. 2011. 91 min.</strong> Documentaire de Namir Abdel Messeeh. Namir Abdel Messeeh, né à Paris au sein d'une famille d'immigrants égyptiens coptes, est intrigué par la réaction crédule de sa mère et de sa tante devant une vidéo nébuleuse prétendant montrer une apparition de la Vierge au Caire. Aussitôt, le cinéaste décide de faire de cette obsession mystique le sujet de son prochain film. Avec l'aval de son producteur, il s'envole vers l'Égypte avec une petite équipe afin d'aller filmer les lieux où la Vierge serait apparue au fil des dernières décennies, et de recueillir les témoignages des personnes présentes lors de ces étranges manifestations. Chemin faisant, Namir renoue avec des parents qu'il n'avait pas vus depuis plusieurs années, ravivant certaines blessures familiales. Lorsqu'en raison de circonstances hors de son contrôle le tournage s'éternise, le producteur fait volte-face. C'est alors que la mère de Namir débarque en sauveure. L'idée du film qui, par la force des embûches, s'invente au fur et à mesure et devient son propre making-of, peut sembler originale a priori. Hélas, le traitement éparpillé du sujet et la réalisation relâchée manquent de faire lever le film et de lui donner une unité. Par ailleurs, Namir Abdel Messeeh, bien que sympathique, compose un "héros" un peu fade.