POLITIQUE

Budget Marceau: trois questions au ministre des Finances (PHOTOS/VIDÉOS/TWITTER)

20/11/2012 07:44 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Le ministre des Finances Nicolas Marceau a déposé son premier budget mardi à l'Assemblée nationale. Le gouvernement Marois prévoit atteindre l'équilibre fiscal pour l'année 2013-2014 grâce à quelques hausses de taxes et de tarifs, en plus de compressions dans les divers ministères. Déjà, l'opposition affirme qu'elle pourrait voter contre le budget et faire tomber le gouvernement péquiste minoritaire. Nicolas Marceau, lui, se dit confiant que libéraux et caquistes ne mettront pas leurs menaces à exécution.

Le PLQ ne sait toujours pas s'il appuiera le budget, tandis que le chef de la CAQ François Legault a annoncé que son parti votera contre. Croyez-vous que votre gouvernement survivra au vote sur le budget?

Oui, je pense que le gouvernement va survivre. Il s'agit d'un budget responsable avec des gains importants pour la classe moyenne. Il permet de réduire le fardeau fiscal de 3,1 millions de Québécois avec la réduction de la contribution-santé. Ce budget comprend également une réduction de la facture d'électricité. Le gouvernement précédent, appuyé par la CAQ, a mis en place une hausse de 20% sur cinq ans. Nous proposons plutôt une indexation au coût de la vie. Pour une maison de taille moyenne, ça signifie une économie de 288$ par année.

Vous n'annoncez pas de hausse des redevances minières. Avez-vous eu peur de faire fuir les entreprises minières?

Honnêtement, le temps nous a manqué pour intégrer cet élément au budget. Mais le travail est entrepris avec les acteurs concernés. Nous annoncerons au cours des prochains mois le nouveau régime de redevances pour les entreprises minières. Nous tablons toujours sur une hausse des redevances minières, comme nous l'avons annoncé en campagne électorale. Cela pourrait signifier de taxer les entreprises sur la valeur brute du minerai ou sur le surprofit.

Comment pouvez-vous couper 2 000 postes par attrition chez Hydro-Québec sans affecter le service à la clientèle?

Ces compressions se feront grâce à des départs à la retraite. En fait, le nombre de départs à la retraite totalisera plus que les 2 000 postes que nous abolirons. Nous avons simplement demandé à Hydro-Québec de ne pas renouveler 2 000 des postes vacants. Ils nous ont assuré que cela pourra être fait grâce à des réorganisations et des mesures d'efficience qui permettront de ne pas affecter les services à la clientèle.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les faits saillants du 1er budget Marceau
Les coulisses du budget
Budget provincial: vos réactions sur Twitter