Twin Twin: Décharge électronique de bonheur (ENTREVUE/VIDÉOS)

Publication: Mis à jour:
TWIN TWIN
(Courtoisie / Théo Gennitsakis) | Theo Gennitsakis

Si les gars de Twin Twin étaient des céréales, ils seraient sûrement des Froot Loops, ou encore des Mini-Wheats avec deux côtés givrés. De énergie, ils en ont à revendre! Leur musique mélangeant électro, rock et hip hop est une réelle décharge de bonheur. De passage à Montréal dans le cadre de M pour Montréal, le trio composé des jumeaux Lorent et François ainsi que de leur ami beatboxeur Patrick, en a profité pour promouvoir leur EP By my side, mais aussi leur prochain effort qui paraîtra au printemps prochain chez Warner.

Vous vous souvenez des FrancoFolies? Trois bêtes de scène colorées comme des œufs de Pâques pour qui l’on pouvait apporter quelques ressemblances capillaires au duo LMFAO!? Vous les replacez? Twin Twin avait en effet offert deux prestations plus que festives en ouverture de Radio Radio et Orange Orange. Depuis, quelques changements ont été intégrés à leur projet musical: «On a un DJ maintenant sur scène, un DJ électro qui nous accompagne. Il balance les vrais sons de l’album, les vrais sons que l’on a produits! Donc, on peut dire qu’au niveau du son, le projet a grossi! », racontait Lorent, le chanteur, en entrevue.

Twin Twin saison 2

Si l’album de Twin Twin n’a pas encore trouvé son nom, Lorent, François et Patrick croient qu’il y a en quelque sorte un passage de l’EP à la conception du disque, comme s’il en était d’une nouvelle saison pour une émission de télévision. Lorent explique : « Le fond de la musique que l’on fait maintenant a évolué. Au début, c’était une musique qui était plus bricolée; une vieille boîte à rythmes, un vieux synthétiseur… Donc, il y avait un côté un peu plus eighties. Aujourd’hui, notre son est devenu plus moderne, plus actuel au niveau des sonorités et de la production. » Au fil du temps, l’esprit Twin Twin s’est aussi installé sur scène, puis transposé sur l’album afin de ramener des éléments identitaires de chacun des membres, expliquait Patrick.

Visuel capital

Une musique accrocheuse, des paroles rigolotes qui restent en tête pendant des heures après une seule écoute (on n’a qu’à penser à Vive la Vie), Twin Twin propose un visuel identitaire tout aussi allumé. À coup sûr, leur garde-robe doit ressembler à une caverne d’Ali baba, un réel royaume «twintwinnesque»… Leur look, leurs costumes, leurs apparitions, tout ce qu’ils font devient visuellement capital pour eux, en autant que cela reste centré sur la joie. En entrevue, les trois délurés s’amusaient : « On a des petits pulls de Noël! », s’est exclamé François, me montrant son chandail avec des petits chiots qui font du patinage. « On aime la vie. Quand tu as faim, tu vas dans un bon resto et tu manges bien. Nous on aime la vie, on aime les ‘’saps’’ (les habits), on aime Vivienne Westwood, Nike, New Era, les cravates avec les fleurs de lys du Canada », disait Patrick en pointant la cravate de Lorent.

Une base solide

Ce qui est d’autant plus captivant de ces trois Français, c’est qu’ils peuvent agir en petits clowns, mais l’on ressent tout de même lorsqu’on les rencontre, une magnifique profondeur et une belle lucidité dans leurs propos. Twin Twin a des racines très sociales. « Quand on a commencé, on était chacun dans des destins de vie un peu difficile, avouait Lorent. On s’est donc dit qu’il fallait faire de la musique pour donner du fun, du plaisir, comme un carnaval. Un carnaval, ça a des bases très dures; c’est l’esclavage, la pauvreté et c’est une journée dans l’année où les rôles s’inversent. […] Nous, c’est pareil. On a une histoire qui a un sens, une base solide et dessus, on essaie de construire la fête, la joie. » Accordant un intérêt et une attention au monde qui les entoure, le groupe a même performé volontairement dans des maisons de retraite et des prisons.

La musique de Twin Twin est disponible sur iTunes. Consultez leur site Web pour connaître tous les détails entourant la sortie de leur album.

EN MUSIQUE:

Moi-Même, le nouveau simple du groupe:

Les gars de Twin Twin créent actuellement de courtes capsules musicales avec le magazine Les Inrocks. En voici un exemple: