QUÉBEC - Le gouvernement Marois s'apprête à serrer la ceinture des dirigeants des universités.

Il prépare une règle budgétaire pour «encadrer de façon plus précise» la rémunération globale du personnel de direction des établissements.

Cette nouvelle intervention de Québec dans la gestion des universités est délicate, au vu du malaise persistant entre les recteurs et le gouvernement péquiste, tous deux engagés dans une guerre de chiffres. Dans une lettre parue jeudi, pas moins de 18 grands patrons des universités et institutions d'enseignement supérieur du Québec contestent les données soumises par le gouvernement Marois en vue du prochain sommet sur l'enseignement supérieur.

Au cours d'un débat avec l'opposition vendredi matin à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, a dit que le gouvernement est ainsi «à l'écoute de ce que la population demande» en planchant sur ce projet.

En effet, les cas de traitements somptuaires de hauts dirigeants des universités ont souvent fait la manchette en provoquant l'indignation de l'opinion publique au cours des dernières années.

«La population se questionne sur la façon dont notre argent est dépensé», a déclaré Pierre Duchesne au cours d'une interpellation, tout en ajoutant qu'il ne faut pas généraliser en prétendant que «toute la situation est contaminée».

Il n'en reste pas moins que le gouvernement veut «encadrer de façon plus précise» la rémunération globale de la haute direction, a-t-il poursuivi. Le taux de croissance des salaires et des conditions de travail des membres du personnel de direction supérieure ne devra pas dépasser celui de la politique salariale du gouvernement.

La politique de rémunération de chaque université sera sujette à l'approbation du ministre, a-t-il précisé. Et si elle n'est pas conforme aux lignes directrices, le gouvernement sévira.

«Il y a une possibilité que la subvention (versée à l'université) soit diminuée», a-t-il indiqué clairement.

Par la mise en place de nouvelles règles plus strictes, le gouvernement veut s'assurer d'être «à l'écoute de ce que la population demande et éviter un trop grand écart entre le salaire de tous ceux qui travaillent à différents niveaux et (celui du) personnel de direction», a conclu M. Duchesne.

Selon des sources péquistes, cette règle budgétaire devrait être confectionnée avec la collaboration du Conseil du trésor.

L'imposition de cet encadrement risque d'être accueillie plutôt froidement par les recteurs, au même moment où le ministre refuse d'adhérer pleinement à la notion de sous-financement des universités, afin de garder toutes les options ouvertes au sommet de février.

De leur côté, les dirigeants des universités plaident pour un réinvestissement massif de plusieurs centaines de millions et contestent l'étude du gouvernement qui remet en cause la notion du sous-financement des universités.

Conscient du contexte plutôt délicat, un autre porte-parole péquiste proche du dossier a pour sa part affirmé que des règles budgétaires étaient déjà en cours de préparation sous le gouvernement libéral précédent et que le gouvernement actuel a simplement décidé de mener la démarche à terme.

Loading Slideshow...
  • Un gouvernement du Parti québécois ne <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/06/pq-integrite-elus_n_1749328.html" target="_hplink">demandera pas à ses élus de remplir la caisse électorale</a>, pas plus à ses ministres qu'à ses députés. L'effort reposera sur les militants.

  • Le Parti québécois a <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/04/soins-domicile-parti-quebecois_n_1742718.html" target="_hplink">promis la création d'une politique nationale de soins et de services à domicile</a>. Pauline Marois veut regrouper et augmenter les services offerts aux personnes en perte d'autonomie qui souhaitent rester à la maison. La chef péquiste a promis d'ajouter 120 millions de dollars aux 380 millions déjà prévus par le gouvernement, pour atteindre une enveloppe de 500 millions d'ici cinq ans.

  • <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/03/marois-pq-banque-developpement-quebec_n_1737944.html" target="_hplink">Création d'une Banque de développement économique du Québec</a> dont le mandat serait de soutenir la croissance, d'aider les entreprises à démarrer, surtout en région et dans le domaine de l'économie sociale, en leur donnant accès à du capital de risque.

  • La chef du Parti québécois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/13/parti-quebecois-garderies-place-enfant_n_1772776.html" target="_hplink">«garantit» une place en garderie pour tous les enfants qui en ont besoin d'ici la fin du premier mandat d'un gouvernement péquiste</a>. Le PQ maintiendra le tarif à 7$ jusqu'à ce que l'objectif d'une place par enfant soit atteint.

  • Pauline Marois a promis de<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/02/charest-parle-economie-adversaires-le-ciblent_n_1733168.html" target="_hplink"> tenir un vaste sommet sur la gestion et le financement des universités</a> et d'abroger la loi 78, que la leader souverainiste juge «ignoble».

  • Un gouvernement Marois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/02/charest-parle-economie-adversaires-le-ciblent_n_1733168.html" target="_hplink">embauchera 600 professionnels supplémentaires d'ici 2015 afin de contrer le décrochage scolaire</a>. Le PQ évaluera aussi la possibilité d'implanter dans les milieux défavorisés la maternelle à quatre ans à temps plein, et verra à renforcer l'autonomie des établissements scolaires.

  • Un gouvernement péquiste <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/09/pauline-marois-pq-fonds-protection-entreprises_n_1760351.html" target="_hplink">reviendra à une forme de nationalisme économique à la Caisse de dépôt</a> en créant un fonds d'investissement stratégique de 10 milliards $, pour protéger les entreprises contre les prises de contrôle étrangères.

  • Pauline Marois a promis de faire <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/14/pq-propose-une-charte-laicite_n_1775508.html" target="_hplink">adopter une charte de la laïcité</a> dans les services publics advenant l'élection de son parti. La charte reposerait sur les principes de neutralité de l'État et de prépondérance de l'égalité entre les femmes et les hommes.